•   
  •   

France Covid-19. Des enseignants pourront bien faire passer des tests salivaires seuls

19:50  26 février  2021
19:50  26 février  2021 Source:   ouest-france.fr

Trump Jr. utilise des armes à feu comme toile de fond dans une diatribe vidéo sur les écoles et les syndicats d'enseignants

 Trump Jr. utilise des armes à feu comme toile de fond dans une diatribe vidéo sur les écoles et les syndicats d'enseignants Donald Trump Jr. a ciblé les syndicats d'enseignants dans une diatribe plaidant pour des politiques plus larges de réouverture des écoles, qu'il a filmées alors qu'il se tenait devant ce qui semble être un mur bordé avec des fusils. Trump Jr., le fils aîné de l'ancien président Donald Trump et cadre de l'organisation Trump, est un utilisateur prolifique des médias sociaux qui publie fréquemment des diatribes en ligne. © Alex Wong / Getty Donald Trump Jr.

Un élève crache dans un petit tube de prélèvement dans une école de Bordeaux (Gironde). © Philippe Lopez, AFP Un élève crache dans un petit tube de prélèvement dans une école de Bordeaux (Gironde).

Normalement, ils doivent être accompagnés de techniciens de laboratoires. Mais, dans certains cas et sur la base du volontariat, ils seront seuls avec leurs élèves pour réaliser des tests salivaires, confirme le ministère de l’Éducation. Certaines directions académiques emploient même un ton beaucoup plus directif.

Les tests antigéniques, expérimentés auprès de 200 000 élèves du secondaire depuis la fin de l’année 2020 vont se poursuivre dans les collèges et lycées.

Les tests salivaires, proposés gratuitement et sur la base du volontariat aux élèves ne présentant pas de symptômes, débutent à l’école. Après Bordeaux, Poitiers et la région Auvergne Rhône-Alpes, où ils ont débuté jeudi 24 février, les tests vont être déployés « massivement » ​dans le reste de la France, annonce le ministère de l’Éducation nationale.

Covid-19 : quatre questions sur les tests salivaires déployés dès ce lundi dans les écoles

  Covid-19 : quatre questions sur les tests salivaires déployés dès ce lundi dans les écoles Ce lundi démarre la campagne de dépistage par tests salivaires dans les écoles de zone A qui rouvrent leurs portes après deux semaines de vacances. © Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / various sources / AFP Un élève crache dans un tube lors d'un prélèvement destiné à un test salivaire de dépistage du Covid-19, le 11 février. La cloche de la rentrée a sonné ce lundi pour les élèves de zone A. Et avec elle, une nouveauté : les tests salivaires.

On doit pouvoir « tester rapidement 300 000 enfants par semaine », a déclaré jeudi soir le Premier ministre Jean Castex. Problème : l’organisation subit quelques couacs, au grand dam des syndicats enseignants, invités dans certains cas à effectuer seuls les prélèvements. Décryptage.

Suivez notre direct du vendredi 26 février sur la pandémie de coronavirus

Qui est censé faire passer les tests salivaires ?

Officiellement, ce sont les laboratoires, les syndicats de médecins et d’infirmières scolaires ayant prévenu qu’ils n’avaient pas les moyens de se déployer dans chacune des 50 100 écoles françaises.

L’opération consiste à recueillir 1 ml de salive dans un petit récipient dont le fond doit être recouvert de salive. « Le prélèvement part ensuite en analyse pour identifier d’éventuels cas positifs dans la soirée et éviter ainsi le retour des élèves à l’école le lendemain. »

Covid-19: des tests salivaires pour les élèves de la zone A

  Covid-19: des tests salivaires pour les élèves de la zone A L’objectif de ces dépistages est de permettre aux enfants de retourner en classe en toute sécurité et d’éviter l’écouvillon nasal du test PCR. «C’est pourquoi nous les proposons en premier lieu aux plus jeunes, qui acceptent plus difficilement le test nasal classique», indique le ministère de l’Éducation nationale au Figaro.Les kits de tests sont fournis par les laboratoires. Mais pour pouvoir dépister un élève, l’école doit avoir l’accord des parents. Une fois les prélèvements effectués, ces derniers sont envoyés en centres d’analyses. «Après 24 heures, les résultats sont adressés aux familles.

Quel rôle est assigné aux enseignants ?

C’est là que le bât blesse. Mardi soir, une note adressée à une école du Rhône a mis le feu aux poudres. On y apprenait qu’après avoir été formé par un technicien de laboratoire, le personnel de l’Éducation nationale – donc les enseignants en élémentaire – devrait « superviser » ​les tests.

Il s’agit juste de « rassurer » ​les enfants, en aucun cas les enseignants ne procéderont au prélèvement, assurait mercredi le ministère.

Changement de ton aujourd’hui. Le cabinet de Jean-Michel Blanquer précise que « dans certains cas »​, et « sur la base du volontariat »​, des enseignants pourront bien se retrouver seuls avec les élèves lors du prélèvement : « Il n’y aura aucun contact direct entre le professeur, l’élève ou le prélèvement. Il s’agit uniquement de tendre un récipient à un élève et de vérifier qu’il procède bien comme il faut. Le risque de contamination est nulle. »

Les enseignants devraient recevoir le vaccin Covid-19 avant la réouverture des écoles, selon une nouvelle enquête américaine

 Les enseignants devraient recevoir le vaccin Covid-19 avant la réouverture des écoles, selon une nouvelle enquête américaine Une majorité d'adultes américains - près de six sur 10 - disent que les écoles K-12 qui ne sont pas actuellement ouvertes pour l'apprentissage en personne devraient attendre jusqu'à ce que tous les enseignants reçoivent le vaccin Covid-19 avant leur réouverture, selon une nouvelle enquête.

Le protocole est-il bien respecté ?

Aucune circulaire générale n’a été publiée. À chaque académie de transmettre les consignes. Ce qui pose manifestement problème.

Ce vendredi 25 février, des enseignants d’une école de la Loire ont refusé d’accueillir le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, venu assister à une opération de tests.

Ils entendaient protester contre une note de la direction départementale de services de l’Éducation nationale, transmise la veille, qui indique qu’après une phase de formation, « ces prélèvements sont à faire par les personnels de l’école qui seront dotés d’équipement de protection individuel (EPI) ». L’expression « à faire » ​ne laisse guère place à la liberté de choix, promise par le ministère.

À partir de lundi, les tests salivaires déployés dans les écoles de la zone C

  À partir de lundi, les tests salivaires déployés dans les écoles de la zone C Les tests salivaires arrivent dans les établissements scolaires de la zone C à partir de lundi, une semaine après celles de la zone A. Les écoles maternelles et les primaires seront les premières ciblées, en particulier celles situées dans les zones de fortes contaminations, indique sur Europe 1 Delphine Bürkli, maire LR du 9e arrondissement de Paris.

Comment réagit le ministère ?

« C’est la débrouille, il n’y a pas de mien entre le ministère et les académies, alors que ça fait six mois qu’on réclamait ces tests et trois semaines que la haute autorité de santé les a validés »​, avance Guislaine David, secrétaire générale du Snu-ipp, le principal syndicat du primaire.

« Il ne faut pas généraliser l’idée que ce serait conflictuel partout », s’agace-t-on au cabinet de Jean-Michel Blanquer. Qui insiste : « En aucun cas des enseignants ne seront obligés de faire passer ces tests. S’ils ne le souhaitent pas, ils doivent faire remonter l’information aux directions académiques qui feront alors appel à des secouristes, comme ceux de la Croix Rouge. »

Et ailleurs ?

De son côté, la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) a proposé que des parents qui disposent d’un diplôme de secouriste puissent aider à faire passer ces tests.

« Aucune réponse du ministère »​, critique son co-président Rodrigo Arenas. À Paris, la mairie, qui s’inquiète d’une explosion des chiffres à la rentrée des vacances de la zone C lundi, veut définir avec le rectorat « la stratégie la plus efficace » ​pour organiser jusqu’au mois de juin les tests salivaires réguliers dans ses 600 écoles.

INFORMATION EUROPE 1 - Covid : les premiers tests salivaires en Île-de-France montrent une faible contamination .
D'après les informations d'Europe 1, sur les 720 premiers tests salivaires effectués dans les établissements scolaires en Île-de-France, huit sont revenus positifs. Ces tests ont été réalisés dans deux écoles primaires de Bourg-la-Reine (92). Quelque 200.000 tests salivaires doivent être déployés dans la région dans les trois prochaines semaines selon l'ARS.

usr: 4
C'est intéressant!