•   
  •   

France Vaccination ou relâchement des gestes barrières : comment expliquer la baisse de l’âge des patients hospitalisés ?

18:12  02 mars  2021
18:12  02 mars  2021 Source:   nouvelobs.com

Défiés par Emmanuel Macron, Mcfly et Carlito dévoilent leur vidéo sur les gestes barrières

  Défiés par Emmanuel Macron, Mcfly et Carlito dévoilent leur vidéo sur les gestes barrières Mcfly et Carlito ont publié une vidéo dans laquelle ils rappellent les gestes barrières contre le covid-19. Si elle atteint 10 millions de vues, ils pourront aller tourner à l'Elysée avec le président de la République. © Capture écran chaîne Youtube Mcfly et Carlito Mcfly et Carlito ont relevé le défi lancé par Emmanuel Macron. Les deux Youtubeurs ont publié dimanche matin une vidéo pour appeler leurs quelque 6,27 millions d'abonnés à respecter les gestes barrières contre le covid-19.

  Vaccination ou relâchement des gestes barrières : comment expliquer la baisse de l’âge des patients hospitalisés ? © Copyright 2021, L'Obs

Les hospitalisations en réanimation de cas graves de Covid-19 sont reparties à la hausse lundi 1er mars : avec 347 nouvelles admissions dans les dernières vingt-quatre heures, 3 544 patients sont désormais pris en charge. Mais si le taux d’occupation des lits est revenu à un niveau similaire à début décembre, le profil des patients, lui, a changé.

« Environ 25 % des patients qui ont été hospitalisés dans les dix derniers jours ont moins de 40 ans », explique ce mardi 2 mars sur Franceinfo le professeur Bruno Mégarbane de l’hôpital Lariboisière à Paris. « Une particularité qui est notée dans l’ensemble des hôpitaux de l’Assistance publique », ajoute-t-il.

Covid-19 : ce que nous apprend la campagne de vaccination massive en Israël sur l'efficacité du vaccin

  Covid-19 : ce que nous apprend la campagne de vaccination massive en Israël sur l'efficacité du vaccin L'Etat hébreu présente aujourd'hui la plus grande couverture vaccinale du monde à la faveur d'un accord avec le groupe Pfizer pour fournir des données médicales sur l'efficacité de son produit en échange de millions de doses. © Fournis par franceinfo L'optimisme est de mise en Israël.

Antoine Flahault : « Il est possible de mettre en œuvre une vaccination de proximité en France »

D’autres médecins partagent cette impression de devoir prendre en charge une proportion plus importante de personnes moins âgées, que ce soit en réanimation ou en hospitalisation conventionnelle. « On le constate depuis environ trois semaines. La moitié de nos patients a moins de 65 ans, alors que l’âge médian était plutôt autour de 70 ans auparavant », indique au « Parisien » Carole Ichai, cheffe du service de réanimation au CHU de Nice.

« La tension en service de réanimation reste forte dans notre pays […] nous ne sommes pas réellement sortis de la deuxième vague en termes de charge hospitalière et de charge de réanimation » a pour sa part souligné Olivier Véran, lors d’une conférence de presse le 25 février, avant de faire remarquer que « l’âge moyen des patients qui font des formes graves, aux urgences ou en réanimation diminue de 6/7 ans en moyenne ».

Covid-19. Quand pourrez-vous être vaccinés ? Sept questions sur la campagne de vaccination

  Covid-19. Quand pourrez-vous être vaccinés ? Sept questions sur la campagne de vaccination Lors de son point sanitaire, jeudi 25 février, le Premier ministre a précisé les dernières conditions d’accès à la vaccination contre le Covid-19. Les « 65-74 ans », souvent considérés comme les oubliés de la campagne, devraient pouvoir prétendre à la vaccination en avril, date à laquelle la France devrait voir son stock de doses considérablement augmenter. Une fois de plus, le gouvernement a précisé son calendrier de vaccination contre le Covid-19, lors de son point sanitaire, jeudi 25 février.

Un effet positif de la vaccination ?

Le phénomène est observé dans d’autres régions françaises. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la part de patients âgés d’au moins 70 ans en réanimation est passée de 52 à 40 % en un mois et demi. À l’inverse, les moins de 60 ans représentaient, au 22 février, 24 % des patients, contre 13 % le 4 janvier. Au niveau national, les moins de 60 ans représentent désormais près de 15 % des patients hospitalisés, contre près de 11 % un mois et demi plus tôt. Or, le nombre total d’hospitalisations reste quasiment identique.

Selon Guillaume Rozier, fondateur de Covid Tracker, « cette hausse des admissions en réanimation est principalement due aux 40-59 ans ». On observe également une légère hausse chez les 60-69 ans, ainsi que chez les 20-39 ans.

Alors comment expliquer cette baisse de l’âge des patients admis en ranimation ? D’abord par la vaccination. À l’heure actuelle, plus de 3 millions de Français, en grande majorité des personnes de plus de 75 ans, ont reçu leur première injection de vaccin anti-Covid.

Peu de doses disponibles, des délais... la vaccination en entreprise démarre au ralenti

  Peu de doses disponibles, des délais... la vaccination en entreprise démarre au ralenti La vaccination en entreprise a commencé officiellement jeudi sur la base du volontariat, pour les salariés âgés de 50 à 64 ans atteints de comorbidités.Elle a commencé officiellement jeudi sur la base du volontariat pour les salariés âgés de 50 à 64 ans atteints de comorbidités (maladies cardiovasculaires, diabète, obésité, cancers...), qui se voient administrer le vaccin AstraZeneca.

« Les trois quarts des personnes de plus de 80 ans habitant dans les Ehpad mais également une certaine proportion de personnes plus âgées sont vaccinés, donc protégées », note le professeur Mégarbane.

Le vaccin doit-il être un bien public mondial ?

Si les vaccins pourraient déjà avoir permis de limiter la transmission du virus et donc les contaminations chez ces personnes âgées, « il est trop tôt » pour affirmer que cela a aussi impacté de façon majeure les hospitalisations, nuance Marc Leone, chef du service anesthésie réanimation de l’Hôpital Nord de Marseille, dans les colonnes du « Parisien ». « On est au bout de la chaîne, donc a priori la vaccination n’a pas encore de gros impacts sur la situation à l’hôpital », renchérit Emmanuel de la Coussaye, chef des urgences du CHU de Nîmes.

L’explication de cet abaissement de l’âge pourrait également résider dans « la vigilance aux gestes barrières », plus poussée chez les personnes âgées, et qui se relâche chez les plus jeunes, les trentenaires et les quarantenaires.

Le variant britannique plus contagieux

Dernière hypothèse, celle d’un lien avec le variant britannique, estimé entre 30 et 70 % plus contagieux. D’après les dernières données de « criblage » communiquées par Santé publique France jeudi 25 février, sa proportion parmi les tests positifs était de 40,1 % chez les 70-79 ans, contre 49,7 % chez les 50-59 ans et 46,2 % pour les 60-68 ans. « Peut-être que ce variant a une spécificité un peu plus marquée pour une population moins âgée, pas forcément parce qu’il s’en prend par nature plus facilement à eux mais plutôt car ils ont davantage de contacts sociaux », avance Carole Ichai.

Des scientifiques britanniques ont aussi estimé que ce variant pourrait entraîner davantage de formes graves. Mais, à ce jour, rien dans la littérature scientifique ne permet de l’établir. Si les informations sont nombreuses, le débat est encore loin d’être tranché.

Covid-19 : face à l'accélération soudaine de la campagne de vaccination, les médecins libéraux naviguent entre "colère", "fatigue" et "réactivité" .
Dans plusieurs régions de France, des opérations de vaccination massives ont été lancées ce week-end. Des médecins généralistes racontent à franceinfo leur mobilisation au pied levé et dénoncent "un coup de communication".Un week-end sous le signe du vaccin contre le Covid-19. Face à la propagation du virus et de variants, le gouvernement a lancé une opération de vaccination de masse, samedi 6 et dimanche 7 mars, dans les régions les plus touchées par l'épidémie. En Ile-de-France, plus de cent centres ont été ouverts pour écouler plus de 50 000 doses. Le Pas-de-Calais a aussi ouvert de nouveaux sites.

usr: 2
C'est intéressant!