•   
  •   

France Nicolas Sarkozy condamné : « Je ne baisserai pas la tête »

01:30  04 mars  2021
01:30  04 mars  2021 Source:   nouvelobs.com

Carla Bruni : sa fille Giulia se dévoile comme jamais dans une adorable vidéo

  Carla Bruni : sa fille Giulia se dévoile comme jamais dans une adorable vidéo Ce mercredi 24 février, Carla Bruni a partagé avec ses abonnés Instagram les coulisses du tournage de son clip "Un grand amour". Durant celui-ci, l'épouse de Nicolas Sarkozy en a profité pour demander à sa fille Giulia sa définition du grand amour. La fillette a accepté de se prêter au jeu et a même fait une adorable confidence ! À 53 ans, Carla Bruni est comblée sur tous les plans. Fière de son mariage qui dure et de la famille qu'elle a construit, elle est aussi une artiste épanouie.

  Nicolas Sarkozy condamné : « Je ne baisserai pas la tête » © Copyright 2021, L'Obs

C’est devant un autre tribunal, médiatique celui-ci, que Nicolas Sarkozy a choisi de s’expliquer, deux jours après sa condamnation à trois ans de prison, dont un an ferme, par le tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire dite « des écoutes » - une décision dont il a fait appel. L’ancien chef de l’État était l’invité mercredi 3 mars du journal télévisé de TF1, présenté par Gilles Bouleau.

« Je ne baisserai pas la tête, parce qu’on me reproche des faits que je n’ai pas commis », a-t-il lancé.

Il a une nouvelle fois plaidé son innocence et a estimé que « l’accusation s’est effondrée ». « On parle d’un pacte de corruption alors qu’il n’y a pas un centime » qui ait été versé, « pas un avantage » qui ait été accordé, a déclaré Nicolas Sarkozy. « Après sept ans d’enquête, on n’a rien trouvé, rien », a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy sera-t-il relaxé ou condamné dans l’affaire des « écoutes » ? Le jugement est attendu lundi

  Nicolas Sarkozy sera-t-il relaxé ou condamné dans l’affaire des « écoutes » ? Le jugement est attendu lundi Quatre ans d’emprisonnement dont deux avec sursis ont été requis contre l’ancien chef de l’Etat, suspecté de corruption et trafic d’influence. © Fournis par Le Monde Nicolas Sarkozy, le 8 décembre, au tribunal de Paris.

Nicolas Sarkozy condamné pour corruption : « Il s’est servi de son ancien statut de président de la République »

Il a toutefois refusé de critiquer l’institution judiciaire dans son ensemble : « Je n’ai jamais parlé de justice politique et je ne le ferai jamais. (...) Je ne tomberai pas dans le piège d’un combat politique contre une institution que je respecte. (...) D’ailleurs si je ne faisais pas une immense confiance (…) aux magistrats, je n’aurais pas fait appel. »

Alors qu’on lui demandait pourquoi il n’a pas pu convaincre les juges, il a répondu : « Dans un état de droit, c’est à l’accusation d’apporter la preuve de la culpabilité, ce n’est pas à moi d’apporter la preuve » de (mon) innocence, « il y a des règles ».

« Je suis habitué à subir ce harcèlement depuis dix ans », a-t-il assuré. « Ce qui se passe aujourd’hui est une injustice profonde et la vérité explosera. »

Nicolas Sarkozy condamné dans l'affaire des écoutes : ce qu'il faut retenir d'un jugement historique

  Nicolas Sarkozy condamné dans l'affaire des écoutes : ce qu'il faut retenir d'un jugement historique L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à Paris à de la prison ferme, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes", née en 2014 d'interceptions téléphoniques avec son avocat historique Thierry Herzog. C'est une première pour un ancien président sous la 5e République. Une condamnation historique. L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à Paris à trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes", née en 2014 d'interceptions téléphoniques avec son avocat historique Thierry Herzog.

Un « pacte de corruption »

Le tribunal correctionnel est pourtant d’un tout autre avis. Nicolas Sarkozy a été jugé coupable de corruption et de trafic d’influence, le tribunal ayant reconnu l’existence d’un « pacte de corruption » avec l’avocat Thierry Herzog et l’ancien magistrat Gilbert Azibert.

« Les faits dont s’est rendu coupable Nicolas Sarkozy sont d’une particulière gravité ayant été commis par un ancien président de la République qui a été le garant de l’indépendance de la justice », écrit la présidente du tribunal dans son jugement. « Il s’est servi de son statut d’ancien président de la République et des relations politiques et diplomatiques qu’il a tissées alors qu’il était en exercice pour gratifier un magistrat ayant servi son intérêt personnel. »

Au procès Bismuth, Nicolas Sarkozy assume : « J’ai passé ma vie à donner des coups de pouce »

« J’ai tourné la page de la politique »

Après une interview au « Figaro » mardi soir, l’intervention de Nicolas Sarkozy sur TF1 est le second acte d’une riposte qui signe sa volonté de prendre l’opinion des Français à témoin - à défaut d’avoir pu convaincre les juges. L’ancien patron des Républicains a pourtant déclaré dans « Le Figaro » qu’il ne serait pas candidat à la présidentielle l’année prochaine : « J’avais dit que je ne serai pas candidat à l’élection présidentielle, je le maintiens », a-t-il dit au quotidien. Sur TF1, il a persisté et signé :

Pourquoi Nicolas Sarkozy, condamné à un an ferme, n’ira pas en prison

  Pourquoi Nicolas Sarkozy, condamné à un an ferme, n’ira pas en prison Une telle peine peut être aménagée au moyen d’un bracelet électronique… à condition qu’elle ne soit pas alourdie en appel.C’est d’abord parce que sa condamnation n’est pas définitive. Nicolas Sarkozy a en effet décidé de faire appel de la peine prononcée ce lundi 1er mars. L’ancien leader de la droite sera donc rejugé lors d’un nouveau procès.

« « Je n’ai pas la volonté de revenir dans la politique, j’ai tourné la page de la politique. »

Il s’agit de la première condamnation pour Nicolas Sarkozy, mis en examen dans de nombreuses affaires. Sa peine de prison ferme est une première pour un ancien chef de l’État sous la Ve République – avant lui, Jacques Chirac avait été sanctionné par deux ans de prison avec sursis en 2011 dans le dossier des emplois fictifs de la ville de Paris. Même si sa peine est confirmée en appel, Nicolas Sarkozy ne devrait pas être incarcéré, un aménagement de peine étant possible, par exemple sous la forme d’un bracelet électronique.

Nicolas Sarkozy sur TF1 : cette erreur de langage qui a fait bondir les internautes .
Ce mercredi 3 mars, Nicolas Sarkozy a répondu aux questions de Gilles Bouleau sur TF1. Dès le début de son interview, l’ancien chef de l’Etat a fait une erreur qui n’a pas échappé aux oreilles des téléspectateurs. La sentence est tombée le lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy est condamné à trois ans de prison dont un ferme dans l’affaire dite des “écoutes téléphoniques”. L’ancien président de la République a déclaré par le biais de son avocate faire appel de cette décision du tribunal. “L'appel était une évidence.

usr: 0
C'est intéressant!