•   
  •   

France La crise du Covid va coûter 424 milliards d'euros à la France sur trois ans

01:15  14 avril  2021
01:15  14 avril  2021 Source:   parismatch.com

Covid-19. En France, les amendes en cas de non respect des mesures moins élevées qu'ailleurs en Europe

  Covid-19. En France, les amendes en cas de non respect des mesures moins élevées qu'ailleurs en Europe Quand il s'agit de verbaliser ses citoyens pour non respect du confinement, du couvre-feu ou encore en cas de non-port du masque, la France est le pays qui affiche les amendes les moins élevées. L'ensemble des Français renouent depuis samedi 3 avril avec des restrictions de déplacement pour freiner la flambée de Covid-19. Côté amende, rien ne change : en cas d'infraction aux mesures sanitaires, le montant est toujours fixé à 135 euros.

Le coût de la crise sanitaire pour ces trois années se décompose en 158 milliards d'euros pour 2020, 171 milliards pour 2021 - dont 56 milliards dédiés aux mesures d'urgence -, et 96 milliards d'euros en 2022, selon les chiffres du ministère.

  La crise du Covid va coûter 424 milliards d'euros à la France sur trois ans © Vincent Feuray/ABACAPRESS.COM

L'épidémie de Covid-19 va coûter 424 milliards d'euros sur trois ans aux finances publiques en France, a estimé mardi le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt qui a aussi déclaré à l'AFP que la fin des aides aux entreprises serait progressive. Le coût de la crise sanitaire pour ces trois années se décompose en 158 milliards d'euros pour 2020, 171 milliards pour 2021 - dont 56 milliards dédiés aux mesures d'urgence -, et 96 milliards d'euros en 2022, selon les chiffres du ministère, d'abord publiés par Le Figaro. Ces sommes comprennent des baisses de recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles liées à la crise sanitaire comme le fonds de solidarité et le chômage partiel.

Covid-19. Le gouvernement relève sa prévision de déficit et de dette publics pour 2021

  Covid-19. Le gouvernement relève sa prévision de déficit et de dette publics pour 2021 Cette dernière devrait être plus élevée en raison des nouvelles mesures de restrictions sanitaires. Le gouvernement a rehaussé ses prévisions de déficit et de dette publics de la France en 2021, conséquence d'une croissance qui devrait être moins élevée que prévu en raison des nouvelles restrictions sanitaires, a annoncé dimanche le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

Olivier Dussopt a déclaré dans un entretien à l'AFP que "pour l’essentiel, ces trois années sont les années de réponse d'urgence et de mesures de relance". Pour 2020, "ça paraissait logique d'intégrer le coût de la crise sur l'année qu'elle a impactée de mars à décembre". Ensuite "2021, c’est un mélange de mesures de réponse à la crise et mise en œuvre du plan de relance et 2022, c'est la deuxième année du plan de relance avec 40 ou 50 milliards prévus". Enfin, "7 ou 8 milliards d'euros vont peut-être arriver en 2023, correspondant à des prises en charge de défaillances sur des PGE (prêts garantis par l'Etat, ndlr) ou des restes à payer du plan de relance qui n'auront pas été soldés au 31 décembre 2022", a encore détaillé le ministre.

"Il y a aura très certainement un besoin de trésorerie, d'accompagnement"

Le 26 mars, soit quelques jours avant l'extension à l'ensemble du territoire métropolitain de mesures de restriction sanitaires renforcées, Olivier Dussopt avait estimé que les mesures de soutien de l'Etat à l'économie coûteraient cette année 32 milliards d'euros.

Air France-KLM reçoit un sauvetage de 4,7 milliards de dollars, France à soulever des pieuses

 Air France-KLM reçoit un sauvetage de 4,7 milliards de dollars, France à soulever des pieuses (Bloomberg) - © © Piéton portant un masque de protection contre le visage Passes Airbus A318, gauche et A319 Avion passager, exploité par Air France-KLM , sur le tarmac de l'aéroport de Blagnac à Toulouse, en France, le mardi 9 juin 2020. Le gouvernement français a dévoilé un plan de sauvetage pour l'industrie aérospatiale en difficulté qui inclut des milliards d'euros pour soutenir Airbus SE et ses fournisseurs durement touchées par la Covid- 19 pandémie.

Après l'annonce des nouvelles mesures pour endiguer la troisième vague de Covid-19, le ministre de l'Economie et des finances Bruno Le Maire avait évalué leur coût à 11 milliards d'euros par mois pour les finances publiques. Le gouvernement avait rehaussé dans la foulée sa prévision de déficit public de 8,5% à 9% du PIB pour cette année, après 9,2% l'an dernier.

La sortie de crise sonnera la fin du quoi qu'il en coûte mais "il y a aura très certainement un besoin de trésorerie, d'accompagnement: des dispositifs dans le cadre du plan de relance peuvent être mobilisés, je pense aux prêts participatifs par exemple, mais au-delà nous travaillons avec les équipes de Bercy à imaginer comment on pourra sortir progressivement des dispositifs qui sont en cours", a encore indiqué Olivier Dussopt. "Bien évidemment, si on autorise la réouverture des restaurants mais en leur demandant de n'utiliser que le quart ou le tiers de leur salle, il faut qu'on puisse les accompagner pour pallier la perte de leur chiffre d’affaires", a-t-il cité en exemple. Et "on ne peut pas avoir versé le Fonds de solidarité à ces entreprises pendant sept, huit ou neuf mois et arrêter du jour au lendemain".

100 000 morts liés au Covid-19 en France : comment comparer ce chiffre avec celui des autres pays .
Avec plus de 100 000 morts à cause du Covid-19, la France fait tristement partie des huit pays les plus endeuillés au monde. Un chiffre qu’il faut toutefois prendre avec de nombreuses pincettes, car la taille de la population, son âge ou encore la fiabilité des données statistiques modifient clairement le classement mondial. Si l’on s’appuie sur le nombre brut de personnes décédées du Covid-19, le bilan français est éloquent.

usr: 0
C'est intéressant!