•   
  •   

France Mosquée de Strasbourg : l'association turque Millî Görüs retire sa demande de subvention

18:20  16 avril  2021
18:20  16 avril  2021 Source:   lexpress.fr

Nouvelle mosquée de Strasbourg : ses promoteurs rejettent des accusations "infondées"

  Nouvelle mosquée de Strasbourg : ses promoteurs rejettent des accusations L'association Millî Görüs a dénoncé les propos de Gérald Darmanin et du gouvernement en général à son encontre lors d'une conférence de presse. Porteuse d'un projet de construction d'une mosquée à Strasbourg, financée en partie par la mairie EELV, l'association a assuré qu'elle est "franco-française et indépendante". Elle a également réfuté toutes les "accusations d'islam politique".Le vote par le conseil municipal de Strasbourg, le 22 mars, du "principe" d'une subvention de 2,5 millions d'euros pour la construction de cette mosquée a déclenché la colère du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Les promoteurs du projet ont renoncé à demander la subvention municipale à l'origine d'une véritable épreuve de force entre la mairie écologiste et l'Etat.

Après plusieurs semaines de polémique, l'association Millî Görüs retire sa demande de subvention concernant la construction de sa mosquée à Strasbourg. © AFP Après plusieurs semaines de polémique, l'association Millî Görüs retire sa demande de subvention concernant la construction de sa mosquée à Strasbourg.

Coup de théâtre. La mosquée Eyyub Sultan de Strasbourg ne sera pas financée par la mairie écologiste. La Confédération islamique du Millî Görüs a renoncé à demander la subvention municipale à l'origine d'une véritable épreuve de force entre la mairie EELV et l'Etat. Afin d'expliquer ce retournement de situation, l'édile de la capitale alsacienne, Jeanne Barseghian, s'est exprimée via une "lettre aux Strasbourgeois.es" publiée vendredi par le quotidien régional Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

Mosquée de Strasbourg. La préfète du Bas-Rhin saisit la justice

  Mosquée de Strasbourg. La préfète du Bas-Rhin saisit la justice Le tribunal administratif a été saisi par la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier ce mardi 6 avril de saisir après la « délibération litigieuse » du conseil municipal de Strasbourg au sujet d’une subvention de plus de 2,5 millions d’euros pour la construction d’une mosquée, a annoncé la préfecture dans un communiqué. La préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier a décidé mardi 6 avril de saisir le tribunal administratif de la « délibération litigieuse » du conseil municipal de Strasbourg qui a voté le principe d’une subvention de plus de 2,5 millions d’euros pour la construction d’une mosquée, a annoncé la Le vote du Cons

La maire précise que les "porteurs du projet" de la mosquée Eyyub Sultan, dont la construction, toujours en cours, avait débuté en 2017, ont "retiré le 15 avril leur demande de subvention" municipale, constatant "le besoin de consolider leur plan de financement". "Je prends acte de ce retrait et la Ville ne versera donc pas en l'état de subvention pour la poursuite de la construction de la mosquée", ajoute Jeanne Barseghian. Celle-ci rappelle qu'elle avait conditionné cette subvention à l'adhésion des porteurs du projet aux "principes républicains" et "à la présentation d'un plan de financement transparent et consolidé".

LIRE AUSSI>>Mosquée, antisémitisme : cinq questions sur la polémique qui touche la mairie EELV de Strasbourg

Vidéo: Régionales: «On avait demandé le vote par correspondance», rappelle Valérie Rabault (Le Figaro)

Subvention controversée à la mosquée de Strasbourg : la préfète saisit la justice

  Subvention controversée à la mosquée de Strasbourg : la préfète saisit la justice Le conseil municipal de Strasbourg a voté le principe d'une subvention de plus de 2,5 millions d'euros pour la construction d'une mosquée, une décision a été vivement critiquée au sein du gouvernement. Avec cette saisine du tribunal administratif, la préfecture veut "obtenir l'annulation de la délibération du conseil municipal".Le ministre a également reproché à l'association Millî Görüs, qui porte le projet, de ne pas avoir signé en janvier la "Charte des principes de l'islam de France".

Depuis plusieurs jours, la polémique avait dépassé les frontières de la ville. L'Etat et la mairie écologiste avaient engagé un bras de fer après le vote le 22 mars par le conseil municipal adoptant le principe d'une subvention de plus de 2,5 millions d'euros pour la construction d'une mosquée Millî Görüs - une association de la communauté turque - dans le quartier populaire de la Meinau. A noter que cette subvention devait couvrir "10% du montant des travaux" selon la maire EELV. Mais il n'avait pas fallu longtemps pour que ce vote provoque l'ire du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Ce dernier n'avait pas mâché ses mots en accusant la maire de financer une "ingérence étrangère", en l'occurrence celle de la Turquie, en France.

Passe d'armes entre l'Etat et la mairie

Pour l'exécutif, le retrait de la demande de subvention est une bonne nouvelle. Sur le plateau de LCI, Marlène Schiappa ministre déléguée à la Citoyenneté a réagi, ce vendredi à l'annonce de l'élue de Strasbourg : "Je me réjouis sur le fond que ces deux millions et demi d'euros n'aillent pas financer une association qui promeut l'islam politique". Sur le plateau de la chaîne d'information en continu, elle s'est indignée jugeant que la majorité municipale avait "subi cette histoire du début à la fin". Pour autant, la ministre "ne pense pas qu'il faille interdire" Millî Görüs.

Nantes : un incendie devant la mosquée Arrahma, la mairie réclame des poursuites

  Nantes : un incendie devant la mosquée Arrahma, la mairie réclame des poursuites C'est un "acte criminel", dénonce un des membres de la mosquée. La police va examiner la vidéosurveillance pour retrouver les auteurs de l'incendie.Un incendie vraisemblablement volontaire a eu lieu juste devant la mosquée Arrahma à Nantes, dans la nuit de jeudi à vendredi, rapporte vendredi 9 avril France Bleu Loire Océan. Les flammes ont fortement endommagé la porte principale de la mosquée et abimé la façade.

Tout comme Gérald Darmanin, Marlène Schiappa reproche à l'association islamique turque de ne pas avoir signé en janvier la Charte des principes de l'islam de France. De plus, cette polémique a éclaté sur fond de relations tendues entre le président Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Dans un documentaire diffusé le 23 mars sur France 5, le chef de l'Etat n'a pas hésité à mettre en garde contre des tentatives d'ingérence de la part d'Ankara lors de la prochaine élection présidentielle. Signe de l'escalade entre la mairie strasbourgeoise et l'exécutif, la préfète du Bas-Rhin Josiane Chevalier avait saisi début avril le tribunal administratif de la "délibération litigieuse" du conseil municipal sur la subvention pour demander son annulation.

LIRE AUSSI>> Mosquée à Strasbourg : passe d'armes entre Darmanin et la maire EELV

"L'Etat maintient cette demande de retrait de la délibération du conseil municipal devant le tribunal administratif" et "attend de la maire une réponse précise sur ce retrait", a insisté vendredi Josiane Chevalier. Ainsi, la hache de guerre est loin d'être enterrée entre l'Etat et la municipalité écologiste. De son côté, Millî Görüs, avait récusé les accusations "infondées" d'allégeance à Ankara ou de "séparatisme". Ce n'est "pas tolérable dans un grand pays comme la France", avait estimé le président de la mosquée Eyyub Sultan de la CIMG Est, Eyüp Sahin.

Cette polémique se double d'une seconde à Strasbourg, à laquelle la maire fait allusion dans sa lettre ouverte, assurant qu'elle "combat les discriminations faites aux musulmans comme (elle) combat l'antisémitisme sous toutes ses formes". Le jour même où il avait voté en faveur d'une subvention à la mosquée Eyyub Sultan, le Conseil municipal avait refusé d'adopter la définition de l'antisémitisme proposée par l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste, soulevant colère et incompréhension au sein de la communauté juive.

Strasbourg : Une commission terrasses désignée pour organiser une réouverture mi-mai .
La ville de Strasbourg met en place une Commission terrasses pour organiser une éventuelle réouverture le 15 mai prochain et éviter certains débordements connus l’année dernière © G. Varela / 20 Minutes Illustration.

usr: 1
C'est intéressant!