•   
  •   

France Macron joue la carte « sécurité » pour 2022

00:55  20 avril  2021
00:55  20 avril  2021 Source:   nouvelobs.com

Sean Parnell est celui qui a battu en 2022 Pennsylvania Course

 Sean Parnell est celui qui a battu en 2022 Pennsylvania Course La grande foule des républicains regardant une offre sénate 2022 à Pennsylvanie pourrait se retrouver encadré par Sean Parnell, qui est sur le point de sauter et recevrait probablement immédiatement l'endossement de Donald Trump Jr. © fourni par Washington Examiner Parnell, 39 ans, a remporté des accolades à l'avance l'année dernière pour Waging Une campagne animée pour un siège de la maison de la région de Pittsburgh, tombant juste à la représentation démocratique titulaire. Conor Agneau.

  Macron joue la carte « sécurité » pour 2022 © Copyright 2021, L'Obs

Le régalien, quel régal ! Quoi de mieux pour entamer une campagne électorale qu’un bon coup de projecteur sur l’insécurité, histoire de se dégager de l’enlisement dans lequel le Covid-19 a plongé le président ! Lancement d’une école de police format XXL, à Montpellier, soutien indéfectible aux forces de l’ordre, promesse de la présence de 10 000 gardiens de la paix sur l’ensemble du territoire avant la fin du quinquennat, de nouveaux crédits toujours plus ronflants, Emmanuel Macron fait feu de tout bois, ces dernières heures.

« Plus qu’aucun autre, Emmanuel Macron a compris la force du symbole »

Pourquoi une telle opération « biceps » à un an du rendez-vous de 2022 ? Parce que les signaux qui remontent jusqu’à l’Elysée, depuis quelques semaines, évoquent tous, à des degrés divers, un pays meurtri par la pandémie, par la violence qui gagne à nouveau les banlieues, le fameux « ensauvagement » cher à Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur. Et par une forme de peur du chaos, avec son cortège de drames sociaux et d’émeutes en tous genres. Vieux débat entre l’insécurité sociale et l’insécurité urbaine.

"Ça effraie beaucoup Brigitte", Emmanuel Macron un trompe-la-mort ?

  Brigitte Macron est une femme inquiète. En effet, son époux, le président de la République, étant constamment menacé de mort comme l'assure Le Point, elle ne peut s'empêcher de penser au pire.Menacé, mais pas inquiet. Celui qui aimerait bien être réélu en 2022 se fait beaucoup plus de mourons pour ses proches que pour lui. "C'est un casse-cou qui se dit : "Au pire, je serais un héros."," confie un proche à nos confrères. Et de poursuivre : "Ça effraie beaucoup Brigitte". Sa femme se fait du souci, mais ça ne l'empêche pas d'aller à la rencontre des Français, qui ne se gênent pas pour lui faire part de leurs reproches. Qu'importe, Emmanuel Macron est blindé.

En temps normal, le chef de l’Etat use habilement de l’arme de la dialectique, le deux-en-un, pas de sécurité sociale sans sécurité publique, en évoquant l’arlésienne du retour des services de l’Etat dans les zones défavorisées, le soutien aux plus pauvres, mais toujours corrélé à l’ordre public. Cette fois, le président n’a pas mis de gants. Il a fait l’impasse sur le social, pour se concentrer exclusivement sur une opération de câlinothérapie envers les forces de l’ordre, mises à rude épreuve, il est vrai, depuis le début de son quinquennat.

Réunion des gauches : « Pas de fumée blanche, pas de bras de fer »

Premier flic de France ?

Que dit cette offensive présidentielle ? Il y a, bien sûr, le choix délibéré de repartir à la pêche aux voix de droite, d’aller aussi faire les yeux doux à une partie de l’électorat de Marine Le Pen. Dans une période incertaine, aussi exceptionnelle que celle que nous vivons depuis plus d’un an, l’exécutif peut, si Emmanuel Macron ne commet pas de bourde médiatique comme il en a le secret, représenter la seule voie qui ne soit pas celle de l’aventure. Paradoxal ? Macron le Turbulent devenu homme de paix, un shérif au cœur tendre mais à la poigne solide ? Le compagnon de route du PS métamorphosé en disciple de Charles Pasqua ? Sans doute. Mais il faut se préparer au jeu de rôles à venir : Macron ou le chaos. Macron ou la chienlit ! C’est le slogan que préparent à bas bruit les disciples du chef de l’Etat. En d’autres termes, le pays a été suffisamment traumatisé par la crise des « gilets jaunes » et par l’épidémie dévastatrice du Covid ; il n’a nul besoin de subir un autre tsunami avec l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir.

Débat sur la drogue, recrutement de policiers... Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron sur la sécurité

  Débat sur la drogue, recrutement de policiers... Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron sur la sécurité Emmanuel Macron appelle, dans un entretien au Figaro dimanche soir, à "lancer un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères". Il promet également de tenir son objectif de 10.000 policiers supplémentaires d'ici 2022.La sécurité va être un des thèmes de la prochaine campagne présidentielle et Emmanuel Macron le sait. Certains ont déjà commencé à l'attaquer sur son bilan en la matière à l'instar de Xavier Bertrand, qui a dénoncé dimanche l'"échec total" d'Emmanuel Macron en matière de sécurité.

Présidentielle de 2022 : « Trois candidatures à gauche, ça va dans le mur ! »

Cette petite musique de la peur va se diffuser dans les chaumières. L’image d’un président pompidolien, droit dans ses bottes, prêt à durcir son jeu si le pays vire à l’anarchie. Vieille rengaine de droite à l’approche de l’échéance présidentielle ? A coup sûr. Mais c’est aussi le signe que le locataire de l’Elysée a plus besoin que jamais d’une police qui ne soit pas sous anxiolytiques, qui croit encore en sa mission républicaine de défense de l’Etat de droit, en d’autres termes qui ne se laisse pas dériver vers les extrêmes. En deux jours, ce président a réussi le tour de force de supplanter Gérald Darmanin dans le rôle de premier flic de France. Sur le terrain, les policiers ont-ils vraiment goûté le spectacle ? Leurs syndicats ont déjà répondu : ils attendent des actes, pas des ronds de jambe…

« Il va foncer » : comment Macron se prépare déjà à la présidentielle

« 19 h c’est très tôt » : Macron évoque un futur assouplissement du couvre-feu .
Le chef de l’État a échangé, ce lundi 26 avril, pour la rentrée des vacances de printemps, avec des élèves d’une école primaire à qui il a expliqué que la levée des restrictions se ferait « tout doucement », en évoquant toutefois un effort à venir pour « décaler un peu » le couvre-feu.Emmanuel Macron s’est fait pédagogue en répondant pendant une heure aux nombreuses questions des élèves d’une classe de CM2 de l’école Paul Cézanne de Melun (Seine-et-Marne) au premier jour de la rentrée en présentiel dans les maternelles et le primaire. « Je suis très content que vous ayez repris, vous avez l’air en forme. Il faut faire attention à bien respecter les règles, se laver les mains et porter le masque.

usr: 1
C'est intéressant!