•   
  •   

France Féminicide de Mérignac : le mari mis en examen pour homicide volontaire

15:15  07 mai  2021
15:15  07 mai  2021 Source:   ouest-france.fr

Décès dû aux partis de Covid-19 pourraient conduire à des accusations d'homicide involontaire: experts

 Décès dû aux partis de Covid-19 pourraient conduire à des accusations d'homicide involontaire: experts Les personnes qui cassent des règles de santé par des parties qui mènent à la mort de Covid-19 devraient tenir compte de l'avertissement d'un juge de la Colombie-Britannique à propos d'un accusation d'homicide involontaire. dire.

Une femme dépose des fleurs à l’extérieur de la maison où une Française de 31 ans, mère de trois enfants, a été brûlée vive par son mari, le 5 mai 2021 à Mérignac. © Mehdi FEDOUACH / AFP Une femme dépose des fleurs à l’extérieur de la maison où une Française de 31 ans, mère de trois enfants, a été brûlée vive par son mari, le 5 mai 2021 à Mérignac.

Le mari violent et récidiviste accusé d’avoir immolé par le feu sa femme Chahinez, mardi à Mérignac, est mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint. Il a été placé en détention provisoire.

Le mari violent et récidiviste accusé d’avoir immolé sa femme par le feu mardi à Mérignac a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Bordeaux vendredi 7 mai à l’AFP.

Une jeune maman a été retrouvée sans vie et son mari a été placé en garde à vue

  Une jeune maman a été retrouvée sans vie et son mari a été placé en garde à vue À Chartres, un homme soupçonné de féminicide a été placé en garde à vue. Sa femme a été retrouvée sans vie dans les escaliers de leur immeuble dans la nuit de lundi à mardi. La jeune femme était devenue maman il y a à peine trois semaines… © iStock Une jeune maman a été retrouvée sans vie et son mari a été placé en garde à vue Dans la nuit de lundi 3 à mardi 4 mai 2021, à Chartres, une jeune femme a été retrouvée morte dans les escaliers de son immeuble. Elle était devenue maman il y a seulement trois semaines… Son mari, et père de l’enfant, a été placé en garde à vue pour homicide par conjoint.

Lire aussi : Féminicides. Trois graphiques qui montrent que la situation ne s’améliore pas en France

Mounir B. a été mis en examen « des chefs d’homicide volontaire par conjoint, destruction volontaire par incendie, violences volontaires sans ITT avec arme en récidive légale », un dernier point lié au fait qu’il a menacé un voisin qui tentait de porter secours à la victime, a-t-on précisé de même source.

La mère avait déjà porté plainte

L’homme, âgé de 44 ans, déjà emprisonné pour violences conjugales en 2020, a poursuivi sa femme, Chahinez mère de trois enfants, qu’il guettait depuis le matin. Il lui a tiré plusieurs coups de feu dans les jambes puis l’a aspergée d’un liquide inflammable alors qu’elle était encore en vie et l’a immolée par le feu. Le suspect a ensuite mis le feu au domicile de la victime, âgée de 31 ans et mère de trois enfants.

Les ministères de la Justice et de l’Intérieur ont déclenché une mission d’inspection qui devra notamment étudier les conditions de remise en liberté et le suivi de l’homme qui purgeait une peine de prison avec sursis.

Mounir B., à la double nationalité franco-algérienne, avait été condamné le 25 juin 2020 à Bordeaux à 18 mois de prison dont neuf avec sursis pour « violences volontaires par conjoint » en récidive, sur son épouse. À la mi-mars, Chahinez avait porté plainte au commissariat de Mérignac contre son conjoint pour une nouvelle agression. Mais l’homme, recherché par la police, était resté « introuvable ».

Marche pour le climat, hommage au policier tué à Avignon, Fabien Roussel candidat du PCF à la présidentielle... L’actualité du week-end .
Retrouvez toute l’actualité de ce week-end. toute l’actualité de ce week-end.Foule à Avignon en hommage au policier tué. Dans un grand recueillement, une foule de policiers et d’Avignonnais s’est rassemblée devant l’hôtel de police d’Avignon en hommage à un brigadier de 36 ans, Eric Masson, tué mercredi lors d’une intervention contre un point de trafic de drogue. Avant un hommage national mardi, présidé par le Premier ministre à la préfecture de Vaucluse, quelque 5 000 personnes, selon la police, ont observé une minute de silence. «Ce drame, on va en parler pendant quinze jours et on nous oubliera…» nous a confiés un policier présent lors du rassemblement.

usr: 1
C'est intéressant!