•   
  •   

Insolite Si les jeux d’argent et de hasard ont moins la cote en France, il y a par contre de plus en plus de joueurs accros

17:35  30 juin  2020
17:35  30 juin  2020 Source:   20minutes.fr

: jouer ou pas?

: jouer ou pas? Boîtes à butin de jeu vidéo Si vous êtes quelqu'un qui joue à des jeux vidéo, vous connaissez peut-être des boîtes à butin avec lesquelles les joueurs de tous les horizons entretiennent une relation amour-haine depuis leur première sortie sur leur titre préféré.

Selon une étude, la proportion de joueurs excessifs a doublé en cinq ans, passant de 0,8 à 1,6 % des joueurs

Un joueur en train de faire des paris sportifs (illustration). © PFG/SIPA Un joueur en train de faire des paris sportifs (illustration). ADDICTION - Selon une étude, la proportion de joueurs excessifs a doublé en cinq ans, passant de 0,8 à 1,6 % des joueurs

Chaque année, un Français dépense environ 200 euros dans les jeux d’argent et de hasard. Evidemment c’est une moyenne, car ceux qui font leur Loto chaque semaine ou qui passent leurs journées à scruter les résultats des courses hippiques ou des matchs de foot après avoir parié dépensent nettement plus.

L’an dernier, si les habitants de l’Hexagone ont moins joué par rapport à cinq ans auparavant, ceux qui s’y sont risqués ont été par contre dans des pratiques plus intensives selon une vaste étude publiée mardi.

Le buraliste avait tenté de détourner l’argent de la Française des Jeux

  Le buraliste avait tenté de détourner l’argent de la Française des Jeux L’homme a omis de restituer la somme de 34.000 euros à la société française. Il a été condamné à six mois de prison assortis d'un sursis probatoire de dix-huit mois. Il a joué, il a perdu. Un buraliste a été condamné pour avoir tenté de détourner l’argent de la Française des Jeux (FDJ). L’homme de 31 ans a en effet "omis" de reverser l’argent que la société l’avait chargé de collecter entre avril et octobre 2017. Un oubli qui lui a permis de conserver plus de 34.000 euros, détaille La Provence.

Le poker, la loterie ou encore les jeux de grattage restent l’une des distractions préférées des Français qui y consacrent environ 10 % de leur budget loisirs, en hausse de 12,5 % sur les cinq dernières années.

L’an dernier, ils ont toutefois un peu moins joué qu’en 2014 : 47,2 % des Français l’ont fait au moins une fois durant l’année écoulée, contre 56,2 % il y a cinq ans, selon la première enquête du genre depuis cinq ans, menée auprès de 10.352 Français âgés de 18 à 75 ans par Santé publique France, l’Observatoire français des drogues et toxicomanies et l’Observatoire des jeux.

Tennis crée un fonds pour les joueurs de virus et lève 8,9 millions de dollars

 Tennis crée un fonds pour les joueurs de virus et lève 8,9 millions de dollars © MAURO PIMENTEL L'Autrichien Dominic Thiem est sceptique quant à un fonds de secours pour les joueurs de tennis en difficulté Un fonds pour les joueurs de tennis les plus touchés par la pandémie de coronavirus a été créé, ont annoncé les organes directeurs du sport. Mardi, ajoutant qu'ils avaient contribué plus de 8,9 millions de dollars (3 millions d'euros).

Ce qui n’est pas le cas de la catégorie des paris sportifs, qui ont enregistré eux une progression d’environ 60 % et sont désormais pratiqués par 11 % des joueurs.

Addiction aux paris sportifs

Le volume des mises des paris sportifs a ainsi été « multiplié par 2,8 en cinq ans avec une croissance plus marquée encore pour les mises sur Internet », selon l’étude, alors que l’ouverture du jeu en ligne remonte à 2010. Et avec une conséquence qui n’est pas anodine : l’addiction. S’ils sont pratiqués par seulement un peu plus d’un joueur sur dix par contre « un cinquième à un quart du jeu problématique peut leur être attribué ».

Le jeu problématique englobe les joueurs à risque modéré soit « en difficulté mais qui n’ont pas encore perdu le contrôle, et ceux excessifs tombés dans l’addiction », explique Jean-Michel Costes de l’Observatoire des jeux.

Des accros qui sont souvent professionnellement moins actifs et appartiennent à des milieux socio-éducatifs plus modestes que les autres joueurs. S’ils représentent 6 % des joueurs, ils génèrent 38,3 % du chiffre d’affaires du secteur. Une proportion de joueurs excessifs qui a doublé en cinq ans, passant de 0,8 à 1,6 % des joueurs.

Avant que les «accros à la panique» ne s'imposent, ils doivent prendre en compte les faits

 Avant que les «accros à la panique» ne s'imposent, ils doivent prendre en compte les faits Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo Avant que les «accros à la panique» ne reprennent le dessus, les Australiens doivent tous regarder les faits autour des derniers chiffres COVID-19, selon Sky Présentateur de nouvelles Andrews Bolt. Samedi, Victoria a enregistré 25 nouveaux cas de COVID-19, une quinzaine de jours après les grands rassemblements Black Lives Matter à travers le pays.

« En termes de santé publique, on est très loin des autres addictions comme l’alcool ou le tabac, qui touchent beaucoup plus de personnes. Mais il y a une augmentation significative du nombre de personnes en difficulté », explique Jean-Michel Costes, pour qui cette évolution et l’augmentation des dépenses « peuvent paraître préoccupantes », alors même qu’elles ont été mesurées avant la privatisation de la FDJ, en novembre 2019.

Mathilde Seigner : ses craintes liées au déconfinement et son tacle aux accros d'instagram .
Dans un entretien accordé à Paris Match, l’actrice Mathilde Seigner raconte son quotidien à Paris et fait part de ses craintes à l’annonce des mesures de déconfinement. © maxppp Mathilde Seigner : ses craintes liées au déconfinement et son tacle aux accros d'instagram Depuis mi-mars, les Français doivent respecter une mesure de confinement afin de ralentir la propagation du coronavirus. Mais à partir de ce lundi 11 mai, ils pourront retrouver un semblant de retour à la normalité. Interrogée par Paris Match ce samedi 9 mai sur son quotidien, Mathilde Seigner s’est confiée.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!