•   
  •   

Monde RDC: Y a-t-il eu des abus sexuels dans le cadre de la riposte au virus Ebola?

02:50  14 mai  2021
02:50  14 mai  2021 Source:   rfi.fr

« Dans l’est de la RDC, des millions de personnes sont au bord de la famine »

  « Dans l’est de la RDC, des millions de personnes sont au bord de la famine » Aline Ouedraogo, de l’ONG CARE, rappelle que près de 20 millions d’habitants ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence dans ce pays qui affronte la plus grande crise humanitaire au monde. Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ». © Fournis par Le Monde Le marché du camp de déplacés de Bijombo, au Sud-Kivu, en octobre 2009.

Certaines des personnes accusées avaient été embauchées par l ’État congolais, d’autres par des organisations internationales comme l ’Organisation mondiale de la santé. Du côté de l ’OMS, on explique que, depuis septembre, un comité indépendant a été recruté et que les enquêteurs sont, en ce moment même, sur le terrain en train de vérifier ces allégations. Et selon la fondation Thomson Reuters et The Humanitarian, Oxfam aurait licencié deux de ses responsables au Nord-Kivu sur des charges d ’ abus sexuels . Il y a ce qu'on peut considérer comme un abus d'autorité.

Le virus Ebola est identifié pour la première fois en 1976 en République démocratique du Congo ( RDC , à l'époque Zaïre). Ce virus de la famille des filoviridae (filovirus) doit son nom à une rivière du nord du pays, près de laquelle la première épidémie a éclaté. Y a - t - il eu des périodes critiques ? Partie du sud de la Guinée en décembre 2013, l'épidémie la plus violente de l 'histoire avait fait jusqu'en janvier 2016 plus de 11 300 morts pour environ 29 000 cas recensés, selon l'OMS. Les victimes étaient concentrées à plus de 99 % au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

Selon la fondation Thomson Reuters et The Humanitarian, pas moins de 70 femmes ont été contraintes de coucher avec des responsables de la riposte Ebola à Beni et à Butembo. (image d'illustration) © John WESSELS AFP Selon la fondation Thomson Reuters et The Humanitarian, pas moins de 70 femmes ont été contraintes de coucher avec des responsables de la riposte Ebola à Beni et à Butembo. (image d'illustration)

Selon la fondation Thomson Reuters et The Humanitarian, pas moins de 70 femmes, des femmes de ménage pour la plupart, ont été contraintes de coucher avec des responsables de la riposte à Beni et à Butembo. Les premiers cas ont été dénoncés en septembre dernier à Beni. Aujourd’hui, c’est à Butembo que les deux médias ont recueillis des témoignages sur le même type d’abus. Plusieurs organisations, notamment internationales, sont accusées. Qu’ont-elles fait pour y répondre depuis septembre dernier ?

État de siège en RDC: d’anciens rebelles nommés gouverneurs militaires

  État de siège en RDC: d’anciens rebelles nommés gouverneurs militaires En République démocratique du Congo, c’est la veille de l’instauration d’un état de siège dans les provinces meurtries du Nord Kivu et de l’Ituri. Cet état de siège vise à mettre fin aux massacres qui endeuillent ces populations depuis plus de 20 ans. Et pour parvenir, le président Tshisekedi a décidé de transférer les pouvoirs des autorités civiles à des autorités militaires pour un mois, y compris dans le domaine de la justice. Des gouverneurs militaires et vice-gouverneurs policiers ont été nommés mardi 4 mai. Parmi eux d’anciens rebelles.

Le virus Ebola fait tranquillement ses allers-retours dans le pays. Depuis mai dernier, l ’épidémie frappe la RDC pour la neuvième fois depuis 1976. Aucun autre pays au monde n’a été frappé autant de fois. La récurrence d’ Ebola en RDC ne révèle-t-elle pas des failles dans le système sanitaire congolais ? Qui dit épidémie d’ Ebola dit mort d’hommes, contagion rapide, mise en quarantaine, isolement des contrées touchées, etc. Les victimes sont souvent des populations dépourvues de moyens pour se mettre à l ’abri de telles pathologies. Ebola frappe aujourd’hui de plein fouet la population de

Mais, tempère- t - il aussitôt, il y a de fortes raisons de croire que « cette situation peut être maîtrisée » : « Il ne doit pas y avoir de restrictions de voyages ou d'entraves au commerce international. La réaction immédiate du gouvernement congolais, de l 'OMS et de ses partenaires, laisse sérieusement penser Luis Encinas, le coordinateur Urgences vaccination Ebola de MSF Belgique, et Julien Raickman, chef de mission de MSF en RDC , ont salué une prise de conscience nationale et internationale des acteurs. Pour eux, à ce stade, la réponse est rapide et rationnelle. Ils ont rappelé que depuis la déclaration

D’abord du côté du gouvernement, on avait promis une enquête. Une commission interministérielle devait être mise en place sous l’égide du ministère de la Santé, avec la participation des ministères des Droits humains et du Genre.

Mais finalement les descentes sur le terrain n’ont pas eu lieu dans ce cadre, reconnaît l’ancien ministre des Droits de l’homme. Son successeur, Me Albert-Fabrice Puela, promet aujourd’hui à RFI qu’il va se pencher sur ce dossier. La transmission des dossiers, vu leur nombre, n’est pas encore terminée.

Certaines des personnes accusées avaient été embauchées par l’État congolais, d’autres par des organisations internationales comme l’Organisation mondiale de la santé.

Du côté de l’OMS, on explique que, depuis septembre, un comité indépendant a été recruté et que les enquêteurs sont, en ce moment même, sur le terrain en train de vérifier ces allégations. Et selon la fondation Thomson Reuters et The Humanitarian, Oxfam aurait licencié deux de ses responsables au Nord-Kivu sur des charges d’abus sexuels.

Diplomates, donateurs préoccupés par les abus de sexe Rapports sur les abus de l'OMS .
Londres (AP) - Les diplomates et donateurs britanniques, européens et américains ont exprimé de sérieuses préoccupations quant à la manière dont l'Organisation mondiale de la santé a géré les allégations d'abus sexuel impliquant son propre personnel lors d'une épidémie d'Ebola Congo, comme indiqué cette semaine par la presse associée.

usr: 3
C'est intéressant!