•   
  •   

Monde RDC: L’opposant Muzito s'insurge contre une politique du «deux poids deux mesures»

18:20  16 mai  2021
18:20  16 mai  2021 Source:   rfi.fr

Pour Paul Kagame, «il n’y a pas eu de crimes» commis dans l’est de la RDC

  Pour Paul Kagame, «il n’y a pas eu de crimes» commis dans l’est de la RDC Dans une interview accordée à RFI et France 24, le président rwandais Paul Kagame a nié l’implication de ses troupes dans des crimes commis pendant les deux guerres de la République démocratique du Congo (RDC). Il a accusé le docteur Denis Mukwege de se faire manipuler. Ces propos provoquent une levée de boucliers chez son voisin. « Il n’y a pas eu de crimes. Absolument pas. C’est la théorie du double génocide qui est à l’œuvre », affirme sans complexe le président rwandais Paul Kagame dans un entretien accordé à Radio France Internationale et France 24.

Adolphe Muzito, ancien Premier ministre et aujourd'hui, dans l'opposition, à la tête de Lamuka, en RDC. © Photo/ AFP Adolphe Muzito, ancien Premier ministre et aujourd'hui, dans l'opposition, à la tête de Lamuka, en RDC.

En République démocratique du Congo, l’opposition se trouve face à une politique de « deux poids, deux mesures » du régime de Félix Tshisekedi, dénonce l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito, aujourd’hui à la tête de la coalition d’opposition Lamuka.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

La marche de Lamuka, « Nouvel élan », a été interdite ce samedi 15 mai par les autorités de Kinshasa. Raison évoquée à RFI : mesures anti-Covid-19 et par précaution face aux violences qui ont éclaté, jeudi, dans la capitale entre protagonistes musulmans. Mais pour Adolphe Muzito, président de Lamuka, il s’agit simplement d’une dictature.

RDC: la polémique continue sur la nomination d’anciens rebelles comme gouverneurs militaires

  RDC: la polémique continue sur la nomination d’anciens rebelles comme gouverneurs militaires En République démocratique du Congo, les gouverneurs militaires désignés dans le cadre de l'état de siège ne sont toujours pas arrivés dans les provinces qu'ils doivent administrer. Les gouverneurs du Nord-Kivu et de l'Ituri, les généraux Luboya Nkashama et Constant Ndima, se seraient rendus coupables d’exactions par leur position de commandement. « Selon un rapport de l’ONU, le lieutenant-général Ndima aurait lui commandé les hommes de la rébellion du MLC (Mouvement de libération du Congo) qui en 2002 ont conduit une opération en Ituri particulièrement violente dénommée  "Effacer le tableau" », confieThomas Fessy, chercheur à Human Rights watch.

« Je m’estime moi-même et notre coalition Lamuka victimes d’une politique de deux poids et deux mesures, de la part de monsieur Tshisekedi et de son gouvernement, sur la base de l’interdiction ou de l’étouffement du meeting pour lequel nous avons transmis, auprès de l’autorité de la ville, la lettre d’information, depuis deux semaines, aujourd’hui. »

« C’est une dictature, surtout pour nous, la résistance, c’est-à-dire Lamuka, a renchéri Adolphe Muzito. Martin Fayulu et moi sommes victimes de cette oppression de la part de monsieur Tshisekedi. Il n’y a pas de cela deux jours, à Lubumbashi et à Kolwezi, il a obtenu la réunion où les grandes foules sont venues l’accueillir. À Kolwezi d’ailleurs, il a fait remarquer à ses militants qu’ils étaient en train de violer la mesure contre le Covid. Eux, ils pouvaient la violer parce qu’ils étaient de la présidence… C’est la continuité du système Kabila. Cela s’est maintenant renforcé avec plus de dictature. Les manifestations et les meetings sont interdis et empêchés. »

À lire aussi RDC: confusion au sein de Lamuka qui compte désormais «deux coordonnateurs»

RDC: des troubles après la destitution de Zoe Kabila comme gouverneur du Tanganyika .
En RDC, Zoé Kabila Mwanzambala, le gouverneur déchu de la province du Tanganyika, accueille le vote de l’assemblée provinciale avec philosophie. Il demande à la population de rester calme. Tout le contraire des autres membres de sa famille politique et biologique. Avec notre correspondant en RDC, Kamanda Wa Kamanda Muzembe Des bandes de jeunes ont attaqué les résidences des députés provinciaux étiquetés membres de l’Union sacrée de la Nation qui ont, selon eux, voté pour la déchéance du gouverneur Zoé Kabila Mwanzambala et de son équipe.

usr: 1
C'est intéressant!