•   
  •   

Monde Le Tchad lance sa campagne de vaccination contre le Covid-19

14:30  06 juin  2021
14:30  06 juin  2021 Source:   rfi.fr

Jill Biden poursuit sa campagne de promotion de la vaccination

  Jill Biden poursuit sa campagne de promotion de la vaccination Alors que plus de 50% des adultes américains ont reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19, l'administration Biden ne relâche pas ses efforts et fait appel à la First Lady. 1/10 DIAPOSITIVES © Carolyn Kaster / Pool / Reuters Jill Biden dans un centre de vaccination contre le Covid-19 à Grand Rapids, dans le Michigan, le 27 mai 2021. Jill Biden dans un centre de vaccination contre le Covid-19 à Grand Rapids, dans le Michigan, le 27 mai 2021.

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a été lancée au Tchad le 4 juin 2021. Ici, à l'hôpital de la Renaissance. © Aurélie Bazzara-Kibangula / RFI La campagne de vaccination contre le Covid-19 a été lancée au Tchad le 4 juin 2021. Ici, à l'hôpital de la Renaissance.

Le Tchad a lancé sa campagne de vaccination contre le Covid-19, le 4 juin à N'Djamena, la capitale, mais aussi dans les villes de Moundou et Abéché, après avoir réceptionné 200 000 doses du vaccin Sinopharm, un don en provenance de la Chine. Depuis le 19 mars 2020, le Tchad a enregistré 4 938 cas positifs au Covid-19 dont 174 décès.

Avec notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula

Au mois de juin, le Tchad devrait intensifier sa campagne, dans le cadre du programme Covax. En attendant, 50 000 Tchadiens peuvent déjà se faire vacciner dans sept sites de vaccination. Dans cet hôpital de Ndjari où nous nous trouvons, la salle d'attente est bondée. L'infirmier Hassan vaccine contre le Covid-19 à la chaîne... « Ça va ? Ça ne fait pas mal ? C’est fini. », rassure-t-il avant de préciser: « Ce sont les flacons vides et on est déjà à plus de 100, depuis 8h30 ».

Tchad accuse l'armée C.Africa de tuer six de ses soldats

 Tchad accuse l'armée C.Africa de tuer six de ses soldats Le gouvernement du Tchad a accusé lundi la République centrafricaine de tuer six de ses soldats dans une attaque contre un avant-poste dans le sud du pays, en train de faire une «crime de guerre». cela ne serait pas impuni ». © Djimet Wihe Wihe L'armée de Tchad a dirigé le pays de Sahel stratégique depuis la mort des chocs du chef vétéran Idriss Deby Itno "Les forces armées africaines centrales ont attaqué l'avant-poste de Sourou au Tchad le dimanche matin ...

Surprise

Pour lui, c'est une surprise de voir autant de personnes venir se faire vacciner.  « Peu de Tchadiens croient en l’existence du Covid-19 », dit-il, mais son stock de doses de vaccin s'écoulent vite. « On reçoit les doses quotidiennement pour respecter la chaine de froid. Là, ce matin, par exemple, j’ai eu à décharger 200 doses et 200 seringues ». Les personnes de plus de 65 ans, le personnel médical ou encore les candidats au pèlerinage du Hadj sont prioritaires.

« J’ai peur de l’attraper »

Dans la salle d'attente, il y a ceux qui se sentent obligés de se faire vacciner: « Je n'ai rien senti, la piqure est vite fait. Je suis venu de Ati en bus - c'est à plus de 400 kilomètres de là - pour me faire vacciner. Sans vaccin, je sais que je ne pourrai pas aller au Hadj car c'est obligatoire ». Et il y a ceux qui veulent se protéger: « Si je viens ici, c’est simplement parce que j’ai peur de l’attraper. Il y a un mois, mon épouse a failli mourir et c’est dans cet hôpital qu’on l’a sauvée. Quand on m’a dit qu’il y avait le vaccin, je suis venu ». Tous devront revenir dans deux semaines pour l'injection d'une seconde dose.

À lire aussi: Covid-19: au Tchad, dans Ndjamena confinée, entre fatalisme et mécontentement

Ce que risquent les réfractaires au vaccin anti-Covid à travers le monde .
VACCINS - C’est une décision qui pourrait bien faire polémique. La province du Penjab au Pakistan, la plus peuplée du pays, a menacé ce vendredi 11 juin de couper le téléphone à ceux qui refuseront d’être vaccinés contre le Covid-19. “Au début, c’était juste une proposition, mais comme les gens sont vraiment hésitants, nous avons décidé d’agir”, a justifié Hammad Raza, le porte-parole des services sanitaires du Penjab. Environ 10,5 millions de“Au début, c’était juste une proposition, mais comme les gens sont vraiment hésitants, nous avons décidé d’agir”, a justifié Hammad Raza, le porte-parole des services sanitaires du Penjab.

usr: 1
C'est intéressant!