•   
  •   

Monde Les Etats-Unis veulent former des "cliques" selon la Chine, qui dénonce “une politique des blocs"

18:35  11 juin  2021
18:35  11 juin  2021 Source:   capital.fr

ENTRETIEN. Chine : Xi Jinping a « une ambition sans limite »

  ENTRETIEN. Chine : Xi Jinping a « une ambition sans limite » Président de la République populaire de Chine et secrétaire général du parti communiste chinois qui fête en juillet son centenaire, Xi Jinping marque son règne d’une poigne de fer, alliée à une présence internationale inédite. Entretien avec Alice Ekman, spécialiste de la Chine à l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne à Paris. © Nicolas Asfouri, AFP Les Chinois ont appris à vivre avec un Xi Jinping omniprésent, à mesure que le culte de sa personnalité s’est développé. Ici, une rue de Pékin, en 2018.

Les Etats-Unis veulent former des © Pixabay Les Etats-Unis veulent former des "cliques" selon la Chine, qui dénonce “une politique des blocs"

Alors que le sommet du G7 commence aujourd'hui, l'homme fort de la diplomatie chinoise dénonce la volonté des Etats-Unis de constituer des "cliques". Il s'est entretenu au téléphone avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

Ambiance. Alors que le torchon brûle entre Washington et Pékin, Yang Jiechi, le plus haut responsable diplomatique du Parti communiste chinois (PCC), a la dent particulièrement dure vis-à-vis des Etats-Unis. Ces propos interviennent au moment où le président américain Joe Biden tente d'unir ses alliés occidentaux face à Pékin sur de nombreux dossiers, du commerce aux droits de l'homme en passant par les technologies. "Le seul authentique multilatéralisme, c'est celui fondé sur les buts et principes de la Charte des Nations Unies et du droit international", a indiqué à son interlocuteur Yang Jiechi, le plus haut responsable diplomatique du Parti communiste chinois (PCC).

En plein G7, Etats-Unis et Chine étalent à nouveau leurs divergences

  En plein G7, Etats-Unis et Chine étalent à nouveau leurs divergences Les Etats-Unis et la Chine ont de nouveau étalé au grand jour leurs divergences vendredi, au moment où le président américain Joe Biden rencontre ses plus proches alliés lors d'une série de sommets dénoncés par Pékin comme du "pseudo-multilatéralisme" profitant à des "cliques". Près de trois mois après leur grand déballage en Alaska où, devant les caméras du monde entier, ils avaient donné l'impression qu'un fossé impossible à combler séparait les deux puissances rivales, les chefs de la diplomatie américaine et chinoise, Antony Blinken et Yang Jiechi, ont eu une conversation téléphonique visiblement tout aussi tendue.

"C'est celui qui traite tout le monde d'égal à égal et promeut une coopération mutuellement bénéfique. Pas le pseudo-multilatéralisme basé sur les intérêts de cliques et sur une politique des blocs", a-t-il déclaré selon la télévision chinoise CCTV. Cet appel téléphonique Yang-Blinken est le premier dialogue diplomatique bilatéral de haut niveau entre la Chine et les Etats-Unis depuis la rencontre, tendue, organisée en mars en Alaska entre les deux hommes et qui avait tourné au grand déballage en direct à la télévision.

>> A lire aussi - La Chine peut-elle dépasser les Etats-Unis ?

Les dirigeants des grandes puissances du G7 (Etats-Unis, Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), réunis à partir de vendredi en Cornouailles, en Angleterre, doivent débattre immanquablement des défis posés par la Chine. Le sommet marque également le retour des Etats-Unis sur la scène internationale après les années isolationnistes de Donald Trump. Tout comme son prédécesseur, l'actuel président américain se veut ferme avec Pékin.

Le catholicisme en Chine, surveillé par l'État mais couvé par le pape

  Le catholicisme en Chine, surveillé par l'État mais couvé par le pape Toute la subtilité de la diplomatie du Vatican est actuellement déployée pour gérer au mieux la relation avec la Chine populaire voulue par le pape François. Pendant près de quatre siècles, de nombreux prêtres notamment français et italiens ont officié dans l'empire chinois où de nombreuses églises et cathédrales ont été construites. Beaucoup de ces bâtiments ont été détruits et ceux qui subsistent servent parfois aujourd'hui d'entrepôts ou de hangars. Mais quelques-uns sont encore consacrés au culte et sont animés par un clergé dont les membres sont nommés par le Parti communiste chinois.

>> Notre service - Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d’achat de vente en ligne Coinhouse

Mais à la différence de M. Trump, il veut user du canal diplomatique pour rallier ses partenaires internationaux contre la Chine sur le commerce, les technologies chinoises ou encore le traitement de la minorité ouïghoure que Washington qualifie de "génocide". "Les États-Unis devraient résoudre leurs propres graves violations des droits de l'homme et ne pas utiliser les soi-disant problèmes des droits de l'homme comme prétexte pour s'ingérer arbitrairement dans les affaires intérieures d'autres pays", a déclaré vendredi Yang Jiechi.

>> A lire aussi - Chine, Russie, Etats-Unis... le temps des prédateurs est revenu

Sur une note plus positive, le haut responsable chinois a toutefois appelé les Etats-Unis "à travailler avec la Chine" afin "de remettre sur les rails les relations sino-américaines" qui "restent dominées par le dialogue et la coopération".

Le fonctionnaire russe avertit le conflit entre la Chine, les États-Unis "extermineraient toute l'humanité" .
L'ambassadeur de Russie à China Andrey Denisov ne considère pas la guerre qui se distingue entre la Chine, la Russie et les États-Unis, mais si elle l'a fait "exterminer toute l'humanité. " © Brandon Bell / Getty Images L'ambassadeur de Russie à la Chine Andrey Denisov ne prévoit pas une guerre qui se distingue entre les pays mais s'il l'a fait "exterminer toute l'humanité".

usr: 1
C'est intéressant!