•   
  •   

Monde Russie, Chine, Afghanistan, Europe : ce qu'il faut retenir du sommet de l'Otan

10:47  15 juin  2021
10:47  15 juin  2021 Source:   lexpress.fr

La dernière: le chef de l'OTAN dit qu'il est temps de mettre de côté des divisions

 La dernière: le chef de l'OTAN dit qu'il est temps de mettre de côté des divisions Les dernières dernières informations sur le Sommet de l'OTAN se déroulent à Bruxelles: © fournis par le secrétaire général de l'OTAN associé L'OTAN, Jens Stoltenberg, parle avec les médias comme il arrive pour un sommet de l'OTAN à Siège de l'OTAN à Bruxelles, lundi 14 juin 2021.

Les craintes autour des agissements de la Russie et l'entrisme de la Chine en Europe ont été au coeur des discussions du sommet.

Malmenés durant la présidence de Donald Trump, les Européens membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) ont retrouvé leur précieux allié au bon moment. Terrorisme, cybersécurité, ambitions spatiales, retrait d'Afghanistan... Le programme du sommet annuel de l'Alliance qui s'est tenu lundi à Bruxelles était particulièrement dense.

Celui-ci a également été marqué par les discussions autour de la Russie et de la Chine, qui suscitent l'inquiétude de ses membres à divers degrés. "La Russie et la Chine cherchent à nous diviser, mais notre alliance est solide", s'est félicité le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse. A noter enfin, en marge du sommet, la rencontre "apaisée" entre Emmanuel Macron et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Avant une autre entrevue très attendue, celle entre Joe Biden et Vladimir Poutine, mercredi à Genève. Voici ce qu'il faut retenir des conclusions des 79 points soulevés par l'Otan.

Otan. « Pas de nouvelle guerre froide » avec la Chine selon Jens Stoltenberg

  Otan. « Pas de nouvelle guerre froide » avec la Chine selon Jens Stoltenberg Israël: le nouveau gouvernement doit apporter un "changement"

  • Le renforcement militaire russe inquiète

Il s'agit vraisemblablement du sujet le plus brûlant entre les membres de l'Otan. La Russie de Vladimir Poutine ne cesse de montrer les muscles tant à l'extérieur, envers l'Ukraine (candidate à un rattachement à l'Otan) et d'autres anciens satellites de l'Union soviétique, qu'à l'intérieur, où la répression à l'égard des opposants, dont Alexeï Navalny, a défrayé la chronique, valant à Moscou plusieurs avertissements de la part de l'Europe.

"Le renforcement militaire croissant de la Russie, sa posture plus affirmée, ses nouvelles capacités militaires innovantes et ses activités provocatrices, notamment à proximité des frontières de l'Otan (...) constituent une menace grandissante pour la sécurité de la zone euro-atlantique et contribuent à l'instabilité le long des frontières de l'Otan et au-delà", ont également écrit les alliés à propos de la Russie, s'inquiétant par ailleurs de son "son programme complet de modernisation, de diversification et d'expansion de ses systèmes d'armes nucléaires".

Sommet de l'Otan: l'heure des retrouvailles transatlantiques

  Sommet de l'Otan: l'heure des retrouvailles transatlantiques La réunion des chefs d’État et de gouvernement des pays de l’Otan débute ce lundi 14 juin à Bruxelles, au siège de l’organisation. Ce sommet sera d'abord l'occasion de symboliser les retrouvailles transatlantiques avec la présence du président américain, Joe Biden, après quatre années difficiles face à Donald Trump qui avait qualifié l’alliance atlantique d’obsolète. Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet Après un mandat Trump quiAvec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

LIRE AUSSI >> Pourquoi la nomination de François Fillon dans un groupe pétrolier russe fait polémique

"Tant que la Russie ne montre pas qu'elle respecte le droit international et qu'elle honore ses obligations et responsabilités internationales, il ne peut y avoir de retour à la normale", selon l'Otan, qui a enfin critiqué "l'intensification des activités hybrides", comme des actes de cybermalveillance mais aussi "des tentatives d'ingérence dans les élections et les processus démocratiques des pays de l'Alliance", qui pourrait être l'un des sujets abordés par Biden et Poutine mercredi, lors de leur rencontre à Genève. L'une des "lignes rouges" évoquées par le président démocrate dans les relations à construire avec la Russie.

  • Un oeil sur les ambitions de la Chine

Les alliés de l'Otan sont "préoccupés" par "les ambitions déclarées et le comportement affirmé de la Chine" qui constituent "des défis systémiques pour l'ordre international fondé sur des règles et dans des domaines revêtant de l'importance pour la sécurité de l'Alliance". "La Chine accroît rapidement son arsenal nucléaire, se dotant d'un plus grand nombre d'ogives et de vecteurs sophistiqués pour établir une triade nucléaire", souligne la déclaration effectuée lundi à Bruxelles.

Exclusif: l'OTAN s'approche du Qatar à rechercher une base de formation pour les forces afghanes après le retrait

 Exclusif: l'OTAN s'approche du Qatar à rechercher une base de formation pour les forces afghanes après le retrait de Rupam Jain, Alexander Cornwell et Sabine Siebold © Reuters / Mohammad Ismail Photo de la photo: Les soldats de l'OTAN inspectent près du site d'une attaque à Kaboul Dubai / Bruxelles (Reuters) - Les responsables de la sécurité sous le commandement de l'OTAN ont approché du Qatar afin de garantir une base qui peut être utilisée pour former des forces spéciales afghanes dans le cadre d'un engagement stratégique après le retrait des forces étrangères d'Afghanistan, a déclaré trois hauts respons


Vidéo: L’Otan se rassemble face à la Chine et à la Russie (Euronews)

LIRE AUSSI >> Bruno Tertrais : Otan, derrière l'unité retrouvée, des sujets qui fâchent

"Elle coopère aussi militairement avec la Russie, notamment en participant aux exercices russes dans la zone euro-atlantique". Les Alliés veulent maintenir un "dialogue constructif" avec Pékin "lorsque cela est possible" et appellent la Chine à "respecter ses engagements internationaux et à agir de manière responsable dans les milieux spatial, cyber et maritime, en conformité avec son rôle de grande puissance".

Des propos critiqués immédiatement par Pékin dans un communiqué publié après le sommet. L'ambassade de Chine auprès de l'UE a notamment accusé l'Otan de faire preuve d'une "mentalité de guerre froide" et de chercher à "créer artificiellement des confrontations". Selon elle, l'Otan exagère "la théorie de la menace chinoise".

  • Terrorisme et nouvelles menaces sur le cyberespace

"Le terrorisme, sous toutes ses formes et manifestations, reste une menace persistante pour nous tous. Des acteurs étatiques et non étatiques remettent en question l'ordre international fondé sur des règles et cherchent à saper la démocratie dans le monde entier", ont déclaré les membres de l'Otan, pour qui "l'instabilité au-delà de [ses] frontières contribue également à la migration irrégulière et au trafic d'êtres humains".

Otan: un sommet pour poser les bases du «concept stratégique 2030»

  Otan: un sommet pour poser les bases du «concept stratégique 2030» Soixante dix ans après sa création, l’Otan reste le seul cadre formel de discussion entre l'Europe et les États-Unis. Après les secousses et les doutes de la présidence Trump qui a entamé la relation transatlantique, Joe Biden a fait le déplacement pour rassurer ses alliés européens. Et sa venue coïncide avec un sommet-clé qui doit redéfinir le « concept stratégique » de l’Otan. Quelles menaces pèsent sur les États-membres de l'Otan ? Qui sontQuelles menaces pèsent sur les États-membres de l'Otan ? Qui sont ses ennemis ? Comment gérer son voisinage ? Et avec quels moyens ? C'est la feuille de route de l'Organisation du traité de l’Atlantique Nord, sa Constitution, en quelque sorte.

LIRE AUSSI >> ENQUÊTE. Ciblage, partage du butin : quand les hackers s'organisent en bande

La question de la cybersécurité, évoquée pour la Russie, constitue enfin une sérieuse menace pour l'Otan. "Nous sommes de plus en plus confrontés à des menaces cybernétiques, hybrides et autres menaces asymétriques, y compris des campagnes de désinformation, et à l'utilisation malveillante de technologies émergentes et perturbatrices de plus en plus sophistiquées. Les avancées rapides dans le domaine spatial affectent notre sécurité", dit l'Alliance, qui pense à répliquer plus fermement en invoquant "l'article 5 du Traité" qui leur impose de venir en aide au pays attaqué.

  • Une défense européenne "plus forte et plus performante"

"L'Otan reconnaît l'importance d'une défense européenne plus forte et plus performante. Le développement de capacités de défense cohérentes, complémentaires et interopérables, en évitant les doubles emplois inutiles, est essentiel dans nos efforts conjoints pour rendre la zone euro-atlantique plus sûre", écrit l'Alliance.

"Ces efforts, y compris les développements récents, conduiront à une Otan plus forte, aideront à renforcer notre sécurité commune, contribueront au partage de la charge, faciliteront la mise à disposition des capacités nécessaires, et soutiendront une augmentation globale des dépenses de défense". Mais "l'Otan reste le cadre transatlantique d'une défense collective forte et le forum essentiel pour les consultations et les décisions de sécurité entre Alliés".

L'Otan préoccupée par les défis posés par la Chine et la Russie

  L'Otan préoccupée par les défis posés par la Chine et la Russie Les dirigeants de l'Otan se sont déclarés lundi « préoccupés » par les ambitions déclarées de la Chine et par « la menace grandissante » représentée par le renforcement militaire de la Russie, lors de leur sommet annuel à Bruxelles. « Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement affirmé représentent des défis systémiques pour l'ordre international fondé sur des règles et dans des domaines revêtant de l'importance pour la sécurité de l'Alliance », ont-ils affirmé dans les conclusions adoptées à l'issue du sommet, se disant « préoccupés » par les « politiques coercitives » de Pékin.

  • Afghanistan : ne pas baisser la garde malgré le retrait

Le départ des Etats-Unis d'Afghanistan, programmé pour le 11 septembre, et celui de l'Otan, déjà entamé, soulèvent des questions sur l'avenir de la fragile république islamique. "Le retrait de nos troupes ne signifie pas la fin de nos relations avec l'Afghanistan", ont assuré les alliés. "L'Otan continuera de fournir une formation et un soutien financier aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, notamment par le biais du fonds d'affectation spéciale pour l'armée nationale afghane." L'activité de l'aéroport Hamid Karzaï sera enfin temporairement financée et l'Otan conservera un bureau à Kaboul.

  • Macron-Erdogan, une rencontre "apaisée"

Après des mois de tension, les présidents français Emmanuel Macron et turc Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés pendant 45 minutes, lundi, à Bruxelles dans "un climat apaisé", quelques mois après les remarques d'Erdogan sur la "santé mentale" de son homologue.

Les deux dirigeants ont abordé le cas de Fabien Azoulay, un Français condamné à seize ans de prison par la justice turque pour détention de stupéfiants en 2017. "Les conditions de son transfèrement rapide (vers la France) avancent", a indiqué Emmanuel Macron, en espérant que cette procédure aboutisse "dans les meilleurs délais".

Les dirigeants ont également discuté des questions humanitaires liées à la Syrie et à la Libye, et réclamé dans ce dernier le départ des militaires étrangers et mercenaires. Sur tous les sujets de contentieux, "il était important d'avancer", a résumé Emmanuel Macron devant la presse après ce tête à tête de 45 minutes au siège de l'Otan en marge du sommet de l'Alliance.

Au cours de l'entretien, le président français a en outre "apporté des clarifications" sur la place de l'islam en France, un sujet qui avait "donné lieu à des malentendus ou des attaques" de la part de la Turquie et d'autres pays musulmans l'an dernier. "La politique de la France n'était pas de s'attaquer à une religion" mais de "renforcer la lutte contre des groupes extrémistes qui utilisent et déforment" l'islam, a-t-il expliqué au président turc.

L'OTAN place la Chine fermement dans ses sites touristiques alors que Joe Biden renforce l'alliance .
Les dirigeants de l'OTAN devraient émettre une déclaration critiquant Chine après leur réunion en Belgique lundi, à mesure que le président Joe Biden renforce son alliance avec l'organisation intergouvernementale. © Brendan Smialowski / AFP via Getty Images) Topshot - Président américain Joe Biden Boards Air Force une à Andrews Air Force Base avant de partir au Royaume-Uni et en Europe pour assister à une série de sommets le 9 juin 2021 au Maryland.

usr: 0
C'est intéressant!