•   
  •   

Monde Centrafrique: au moins 15 morts dans des affrontements entre éleveurs et cultivateurs

19:05  16 juin  2021
19:05  16 juin  2021 Source:   rfi.fr

Centrafrique: le dossier du mystérieux Français Juan Rémy Quignolot toujours à l'instruction

  Centrafrique: le dossier du mystérieux Français Juan Rémy Quignolot toujours à l'instruction Arrêté le 10 mai à Bangui, le Français Juan Rémy Quignolot est toujours détenu en Centrafrique. Des photos de la perquisition à son domicile avaient fait le tour des réseaux sociaux, montrant un certain nombre d'armes et de munitions, ainsi que du matériel stratégique tel que des gilets pare-balles. Le dossier de Juan Rémy Quignolot est désormais sur le bureau du juge d'instruction qui mène les enquêtes. Le Français est mis en examen pour différents chefs d'inculpations, précise le procureur général Eric Didier Tambo : atteinte à la sûreté intérieure de l'État, détention illégale d'armes et de munitions de guerres et espionnage.

La zone de Bamingui, en Centrafrique. © RFI La zone de Bamingui, en Centrafrique.

Au moins quinze personnes ont été tuées jeudi dernier lors d’affrontements entre éleveurs et cultivateurs dans le nord-est de la Centrafrique, tout près de la frontière avec le Tchad, a-t-on appris, ce mardi 15 juin. Il s'agit de l'un des incidents les plus violents répertoriés depuis de nombreuses années dans une région où de tels conflits entre agriculteurs et éleveurs sont récurrents.

Tout serait parti d’un éleveur arabe tchadien qui aurait laissé ses bœufs saccager le champ d’un agriculteur du village de Tiri, dans la préfecture de Bamingui-Bangoran, explique le préfet Bata Wapi Yepi. Une dispute éclate, l’éleveur est finalement tué après avoir blessé au couteau l’agriculteur.

Centrafrique: le Français Juan Rémy Quignolot accusé «d'espionnage» et de «complot»

  Centrafrique: le Français Juan Rémy Quignolot accusé «d'espionnage» et de «complot» En Centrafrique, le ressortissant français arrêté le 10 mai dernier a été placé en détention provisoire. Juan Rémy Quignolot est notamment accusé d’espionnage, de complot et d’atteinte à la sécurité de l’État. Le procureur général près la cour d’appel de Bangui Didier Tambo a confirmé ce mercredi que Juan Rémy Quignolot, le Français arrêté il y a un mois, était poursuivi pour cinq chefs d’accusation : espionnage, détention illégale d’armes de guerre et de chasse, association de malfaiteurs, atteinte à la sécurité de l’État et complot.Pour le compte de qui est-il accusé d’avoir espionné ? Sur ce point, le procureur général n’en dit pas plus.

Nous sommes vers la fin de la transhumance. Les éleveurs, arrivés du Tchad ou du Soudan au mois de décembre sont en train de remonter vers leurs pays d’origine, depuis le retour de la saison de pluie. Ils sont donc très nombreux en cette période et sont tous armés de fusils d'assaut kalachnikovs.

Opération punitive


Vidéo: Centrafrique : la France gèle son aide budgétaire et militaire (Euronews)

Ils vont lancer le même jour une « opération punitive » sur le village de Tiri où ils tirent sur tout ce qui bouge, brûlent plus de 60 maisons, une église, des greniers, décrit le préfet de Bamangui-Bangoran.

Le bilan humain est très lourd également : au moins quatorze personnes tuées, dont une femme qui a été égorgée, selon ce responsable administratif qui parle d’un « véritable massacre de paysans sans défense ».

Centrafrique: nomination d'un nouveau Premier ministre

  Centrafrique: nomination d'un nouveau Premier ministre Un nouveau Premier ministre a été nommé vendredi en Centrafrique dans un décret présidentiel lu à la radio nationale six mois après la réélection contestée du chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra. "Monsieur Henri Marie Dondra est nommé Premier ministre, chef du gouvernement" dans un décret "qui prend effet à compter de sa date de signature", le 11 juin."Monsieur Henri Marie Dondra est nommé Premier ministre, chef du gouvernement" dans un décret "qui prend effet à compter de sa date de signature", le 11 juin.

Des conflits récurrents

Depuis, les plus de 3 000 habitants de ce village ont fui dans la brousse ou dans ville de Ndélé toute proche. « Nous sommes en train de les rassurer pour qu’ils retournent chez eux », a expliqué Bata Wapi Yepi, en assurant que des éléments de la Minusca et des Faca « sécurisent » désormais le village.

Les conflits entre agriculteurs et éleveurs sont récurrents dans cette région en période de transhumance, rappelle le sultan de Ndélé, Senoussi Ibrahim. Mais « c’est la première fois je vois des violences de cette ampleur depuis mon accession à ce poste », dit-il.

À lire aussi : Centrafrique: les trois messages du nouveau Premier ministre Henri Marie Dondra

Centrafrique: critiques à l'ONU sur les paramilitaires russes .
Des Thaïlandais manifestent contre le gouvernement, demandent le démission du Premier ministre

usr: 3
C'est intéressant!