•   
  •   

Monde Iran : l’ultraconservateur Raïssi remporte la présidentielle

12:30  19 juin  2021
12:30  19 juin  2021 Source:   liberation.fr

L'Iran élit son président le 18 juin, l'ultraconservateur Raïssi favori

  L'Iran élit son président le 18 juin, l'ultraconservateur Raïssi favori Les Iraniens sont appelés à choisir un nouveau président le 18 juin à l'occasion d'une élection semblant jouée d'avance et qui devrait consacrer la mainmise des conservateurs sur le pouvoir à la faveur d'une abstention peut-être record. En plus du président de la République, les Iraniens sont appelés le 18 juin à renouveler les conseils municipaux. Un deuxième tour est prévu le 25 juin entre les deux candidats à la présidence ayant obtenu le plus de voix si aucun n'obtient la majorité absolue du premier coup.

Parmi eux, l ’ ultraconservateur Ebrahim Raïssi , dont la victoire semble acquise tant les rares adversaires sérieux ont été écartés de la course par les autorités. (Parmi eux, l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad qui dénonce ce vendredi une élection organisée "contre les intérêts du Face à cette asphyxie de l’économie, des vagues de contestation en Iran ont été brutalement réprimées ces dernières années. Et puis il y a la pandémie de coronavirus qui continue à faire des ravages, avec plus de 80.000 morts. Autant de facteurs qui font craindre au pouvoir un taux d’abstention qui pourrait

Son candidat favori, Ebrahim Raïssi , devrait remporter la présidentielle sans trop de peine ce weekend De quoi se préparer à prendre à terme la succession du guide, âgé de 82 ans ? C'est en tout cas ce que suggèrent certains médias iraniens. À découvrir également. L' Iran élit son président, l ' ultraconservateur Raïssi part gagnant d'avance. Iran : élection à l'heure du Covid-19, les Iraniens élisent vendredi leur président. En Iran , les ravages de l'inflation au coeur des préoccupations avant la présidentielle .

Le religieux ultraconservateur Ebrahim Raïssi participait à un rassemblement électoral, le 6 juin dernier, à Eslamshahr, une ville de la province de Téhéran. © Photo Le religieux ultraconservateur Ebrahim Raïssi participait à un rassemblement électoral, le 6 juin dernier, à Eslamshahr, une ville de la province de Téhéran.

Le religieux ultraconservateur a remporté la présidentielle iranienne de vendredi au premier tour avec plus de 62,2 % des voix, selon des résultats officiels partiels publiés ce samedi 19 juin dans la matinée. Chef de l’Autorité judiciaire, Ebrahim Raïssi, 60 ans, faisait figure d’archifavori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires.

La campagne électorale a été fade, sur fond de ras-le-bol général face à la crise. Le pays riche en hydrocarbures est toujours soumis à des sanctions américaines. Se présentant comme le champion de la lutte anticorruption et le défenseur des classes populaires au pouvoir d’achat miné par l’inflation, Ebrahim Raïssi est le seul des quatre candidats à avoir véritablement fait campagne.

L'Iran choisit son président, victoire attendue de l'ultraconservateur Raïssi

  L'Iran choisit son président, victoire attendue de l'ultraconservateur Raïssi Les Iraniens choisissent vendredi un nouveau président lors d'une élection semblant jouée d'avance et qui devrait être remportée par l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi sur fond de grogne face à la grave crise économique et sociale qui ronge le pays. La campagne électorale a été terne, sur fond de ras-le-bol général face à la crise, dans un pays riche en hydrocarbures mais soumis à des sanctions américaines asphyxiantes. © Atta KENARE Le guide suprême d'Iran Ali Khamenei arrive au bureau de vote à Téhéran pour la présidentielle, le 18 juin 2021 - "Quelqu'un a déjà été élu" -Dans une rue de Téhéran, une infirmière drapée dans un tchador noir

L ' ultraconservateur Ebrahim Raïssi a remporté les élections présidentielles iraniennes de vendredi au premier tour avec plus de 62% des voix, selon des résultats officiels partiels publiés samedi.

Le religieux conservateur et ancien chef de l'Autorité judiciaire iranienne Ebrahim Raïssi a remporté la présidentielle du 18 juin au premier tour avec plus de 62% des voix, selon des résultats officiels partiels publiés ce 19 juin en fin de matinée. Lors d'une conférence de presse à Téhéran, le président de la Commission nationale électorale Jamal Orf a déclaré que Ebrahim Raïssi avait obtenu plus de 17 800000 voix sur les 28,6 millions de bulletins dépouillés. Lire aussi Des sanctions étasuniennes contre l' Iran seront maintenues même en cas d'accord sur le nucléaire.

Plus de 17 800 000 voix

Sur 28,6 millions de bulletins dépouillés, Ebrahim Raïssi a obtenu «plus de 17 800 000» voix, a déclaré Jamal Orf, président de la Commission nationale électorale lors d’une conférence de presse à Téhéran. Ce dernier n’a pas donné d’estimation de la participation, mais les sondages la prédisaient extrêmement basse à quelques jours du scrutin. A Téhéran, il n’est pas compliqué de trouver des abstentionnistes accusant le gouvernement de n’avoir «rien fait» pour le pays ou ne voyant pas l’intérêt de participer à une élection courue d’avance, voire selon eux «organisée» pour permettre à Ebrahim Raïssi de gagner. Le pouvoir religieux a disqualifié de nombreux candidats à l’élection laissant ainsi le champ libre à l’ultraconservateur.

Élections présidentielles en Iran. Le scrutin est désormais clos, résultats attendus samedi

  Élections présidentielles en Iran. Le scrutin est désormais clos, résultats attendus samedi Les Iraniens ont voté vendredi pour leur nouveau président. Le scrutin a été clos officiellement et les résultats sont attendus pour samedi. Cette élection est annoncée gagnée d’avance pour l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi. Les Iraniens ont voté vendredi pour désigner un nouveau président à l’occasion d’une élection annoncée gagnée d’avance pour l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi sur fond de grogne face à la grave crise économique et sociale qui ronge le pays.

L ' ultraconservateur Ebrahim Raïssi , grand favori de la présidentielle en Iran , salue avec la main après avoir voté à Téhéran, le 18 juin 2021. Les Iraniens choisissent vendredi un nouveau président lors d'une élection semblant jouée d'avance et qui devrait être remportée par l ' ultraconservateur Ebrahim Raïssi sur fond de grogne face à la grave crise économique et sociale qui ronge le pays. A moins de quatre heures de la fermeture prévue des bureaux de vote (minuit : 19h30 GMT) le scrutin se poursuivait sans incident en début de soirée, selon les médias locaux.

Election présidentielle en Iran . Les résultats devraient être connus samedi. Le vote a eu lieu aussi à l'étranger, notamment au Koweït, au Liban et en Irak, selon des photographes de l'AFP. Le guide suprême d' Iran Ali Khamenei arrive au bureau de vote à Téhéran pour la présidentielle , le 18 juin 2021. Outre M. Raïssi , qui avait obtenu 38% des voix face à M. Rohani en 2017, trois candidats sont en lice: un député peu connu, Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi, un ex-commandant en chef des Gardiens de la Révolution, le général Mohsen Rézaï, et un technocrate, Abdolnasser Hemmati

Selon les chiffres partiels, le général de division Mohsen Rezaï, ancien commandant en chef des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, terminerait deuxième avec plus de 11,5 % des voix. Il est suivi par l’ancien président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati (8,3 %) et le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi (3,4 %). Selon ce décompte, il y aurait plus de 14 % de votes blancs ou nuls.

Réélu en 2017 au premier tour face à Ebrahim Raïssi, le président Hassan Rohani, un modéré qui quittera le pouvoir en août, finit son second mandat à un niveau d’impopularité rarement atteint. Son bilan est entaché par l’échec de sa politique d’ouverture après le retrait des Etats-Unis, en 2018, de l’accord sur le nucléaire iranien conclu avec les grandes puissances. «Je félicite le peuple pour son choix […] On sait qui a eu suffisamment de voix lors de cette élection et qui est élu aujourd’hui par le peuple», a-t-il déclaré dans un discours télévisé, sans donner le nom de son successeur.

Faut-il avoir peur du nouveau président de l’Iran, Ebrahim Raïssi? .
Ebrahim Raïssi va accéder à la présidence de l'Iran. Mais c'est à son prédécesseur, Hassan Rohani que revient la responsabilité de négocier un accord sur le nucléaire. Après le turban blanc d'Hassan Rohani, voici venue l'heure du turban noir d'Ebrahim Raïssi, signe de son appartenance à la lignée du prophète. A 60 ans, ce "gardien du temple" de la République islamique, originaire de Mashhad, incarne la face intransigeante du pouvoir iranien.

usr: 0
C'est intéressant!