•   
  •   

Monde Iran: le nouveau président Ebrahim Raïssi fixe ses priorités

22:45  19 juin  2021
22:45  19 juin  2021 Source:   rfi.fr

Accord nucléaire, succession du Guide suprême: les enjeux de la présidentielle en Iran

  Accord nucléaire, succession du Guide suprême: les enjeux de la présidentielle en Iran Le 18 juin prochain, les Iraniens sont appelés aux urnes. La décision du Conseil des gardiens de la Constitution de ne valider la candidature d'aucun des réformateurs proches du président sortant Hassan Rohani, ni même celle du pragmatique Ali Larijani, pourtant proche conseiller du Guide suprême Ali Khamenei, a créé la surprise et l'indignation au sein de la population. L'élimination de tout potentiel rival au candidat ultra-conservateur Ebrahim Raïssi laisse penser à la victoire de l'aile dure du régime.

Une femme tient une affiche du président iranien nouvellement élu Ebrahim Raïssi, avec un texte en persan « gouvernement du peuple, Iran fort », alors que ses partisans célèbrent sa victoire sur la place Imam Hussein dans la capitale Téhéran le 19 juin 2021. © AFP - ATTA KENARE Une femme tient une affiche du président iranien nouvellement élu Ebrahim Raïssi, avec un texte en persan « gouvernement du peuple, Iran fort », alors que ses partisans célèbrent sa victoire sur la place Imam Hussein dans la capitale Téhéran le 19 juin 2021.

Selon les chiffres officiels, 48,8% des 59 millions d'Iraniens ont participé au scrutin. À Téhéran et dans les villes de province, les partisans du président élu Ebrahim RaÏssi sont descendus dans la rue samedi soir 19 juin pour fêter sa victoire.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le taux de participation est bien supérieur aux chiffres des sondages des dernières semaines qui avaient parlé de 33%. Avec environ 49% de participation, le pouvoir peut être satisfait face à tous ceux qui avaient appelé les électeurs à boycotter le scrutin.

Présidentielle en Iran : victoire promise à Ebrahim Raïssi

  Présidentielle en Iran : victoire promise à Ebrahim Raïssi Le candidat ultraconservateur devrait sans encombre remporter l?élection présidentielle de vendredi 18 juin, sur fond d?abstention massive.Après trois semaines d'une campagne électorale terne, sur fond de ras-le-bol général à cause de la grave crise économique qui frappe l'Iran, les autorités ont décidé d'allonger la période d'ouverture des bureaux de vote jusqu'à minuit avec une extension possible jusqu'à 2 heures du matin samedi. Il s'agit officiellement de permettre au plus grand nombre, parmi les près de 60 millions d'Iraniens en âge de voter, de se rendre aux urnes sereinement alors que le pays est durement frappé par la pandémie de Covid-19.

Par ailleurs, Ebrahim Raïssi, soutenu par l'ensemble du pouvoir, a obtenu près de 18 millions de voix, soit 62%. Ce chiffre est une surprise. Il aurait pu être menacé par le candidat modéré Abdolnasser Hemati, qui s'était montré très combatif lors des débats télévisés. Mais ce dernier n'a obtenu que des 8% voix, échouant à mobiliser l'électorat modéré déçu par le bilan du président Rohani.

La tâche s'annonce difficile pour Ebrahim Raïssi

Élu avec 62% des voix, la tâche du nouveau président sera toutefois bien difficile. Tout d'abord, 51% des électeurs n'ont pas participé au scrutin. Il s'agit de la plus faible participation depuis l'avènement de la République islamique il y a 42 ans. Ensuite, près de quatre millions d'électeurs sur les 29 millions qui ont participé au scrutin ont glissé un bulletin nul ou blanc dans l'urne, signe du mécontentement d'une grande partie de la société.

L’Iran attend les résultats d’une élection qui semble acquise au candidat ultraconservateur

  L’Iran attend les résultats d’une élection qui semble acquise au candidat ultraconservateur L'Iran attend samedi les résultats de la présidentielle alors que l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi fait figure de grand favori, dans un contexte de mécontentement général face à la crise économique et sociale. Les Iraniens attendent, samedi 19 juin, l’annonce des résultats officiels de l’élection présidentielle annoncée gagnée d'avance pour l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi sur fond de grogne face à la grave crise économique et sociale qui ronge le pays.Selon les médias d'Etat, le dépouillement est encore en cours en début de matinée. Les chiffres de la participation et les résultats définitifs sont attendus avant midi (07H30 GMT).

En effet, l'inflation dépasse les 50% et la valeur de la monnaie a fortement chuté ces dernières années.


Vidéo: Présidentielle en Iran: Ebrahim Raïssi vainqueur avec plus de 62% des voix (AFP)

À lire aussi Iran: Ebrahim Raïssi, un ultra-conservateur proche du Guide suprême élu président

Les priorités de Ebrahim Raissi

Dans sa première déclaration, Ebrahim Raissi a promis de lutter contre la corruption et donner la priorité aux couches les plus défavorisées.

Reste que les caisses de l'État sont vides. L'Iran a du mal à exporter son pétrole et surtout à récupérer ses pétrodollars en raisons des sanctions américaines.

Désormais, les conservateurs contrôlent l'ensemble des leviers du pouvoir et les modérés se préparent à une longue traversée du désert. Ebrahim Raissi va donner la priorité aux classes défavorisées en augmentant les aides sociales et en relançant la production intérieure.

Présidentielle en Iran : Raïssi vainqueur, faible participation

  Présidentielle en Iran : Raïssi vainqueur, faible participation L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a été proclamé vainqueur samedi de la présidentielle iranienne de la veille, marquée par la plus basse participation à un tel scrutin depuis la proclamation de la République islamique en 1979. Sans surprise, M. Raïssi, chef de l'Autorité judiciaire âgé de 60 ans, s'est imposé dès le premier tour face à trois autres candidats après une campagne électorale terne sur fond de mécontentement général face à la crise économique et sociale.Il a obtenu 61,95% des voix, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur. Le taux de participation officiel s'élève à 48,8%.

Ebrahim Raissi s'est dit favorable aux négociations pour faire revivre l'accord nucléaire de 2015. Un tel accord, qui pourrait intervenir dans les prochaines semaines, permettrait la levée des sanctions américaines et de relancer l'économie.

Sur le plan extérieur, priorité sans doute à la Russie et la Chine

Sur le plan extérieur, il est favorable à l'accord nucléaire, mais il sera plus ferme face aux Américains dans les négociations menées à Vienne. D'ailleurs, le chef de la diplomatie a affirmé qu'il sera informé des détails des négociations.

Contrairement aux modérés qui avaient le regard vers l'Occident, le nouveau président donnera sans doute la priorité à la Russie et la Chine. D'ailleurs, Vladimir Poutine a été le premier président à le féliciter.

À écouter aussi l'Invité International : Présidentielle en Iran: «Ebrahim Raïssi est vraiment le choix du Guide suprême»

Iran: premier discours très ferme du nouveau président iranien à l'égard des Occidentaux .
Le nouveau président iranien, le conservateur Ebrahim Raïssi, a tenu un discours de fermeté face aux États-Unis et aux pays européens en leur demandant de respecter leurs engagements prévus par l'accord nucléaire de 2015. Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi Lors de sa première conférence de presse, deux jours après l'annonce de sa victoire, Ebrahim Raïssi a tenu un discours de fermeté face aux États-Unis. Interrogé pour savoir s'ilAvec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

usr: 1
C'est intéressant!