•   
  •   

Monde La grâce des leaders indépendantistes catalans divise l’Espagne

22:35  22 juin  2021
22:35  22 juin  2021 Source:   lefigaro.fr

Espagne: la droite vent debout contre la grâce pour les séparatistes catalans

  Espagne: la droite vent debout contre la grâce pour les séparatistes catalans Ce dimanche 13 juin une importante manifestation est annoncée à Madrid, place de Colomb, contre la grâce que le chef du gouvernement socialiste Pedro Sánchez veut accorder d’ici peu à 12 dirigeants séparatistes catalans, accusés de « malversation » et « sédition» pour avoir organisé un référendum d’autodétermination unilatéral en octobre 2017. Parmi ces 12, neuf sont incarcérés depuis 3 ans et demi dans la prison de Lledoners, au nord de Barcelone. Leur peines s’étagent entre 9 et 13 ans. avec notre correspondant à Madrid, François MusseauC’est une plateforme citoyenne, « Union 78 », qui a appelé à la mobilisation.

Le premier ministre, Pedro Sanchez, lundi 21 juin, au théâtre Liceu de Barcelone. © ALBERT GEA/REUTERS Le premier ministre, Pedro Sanchez, lundi 21 juin, au théâtre Liceu de Barcelone.

Madrid

C’est peu de dire que Pedro Sanchez a à cœur de justifier la mesure. Lundi au théâtre Liceu de Barcelone, le chef de l’exécutif annonçait à un parterre de personnalités catalanes sa décision de gracier les neuf responsables indépendantistes catalans qui demeuraient en prison trois ans et demi après l’organisation d’un référendum illégal. Ce mardi, il prononçait une courte allocution télévisée à l’issue du Conseil des ministres qui entérinait la grâce. La conférence de presse hebdomadaire de la porte-parole du gouvernement était pour autant maintenue et le ministre de la Justice complétait le dispositif par une rencontre avec la presse espagnole.

Espagne : manifestation à Madrid contre la grâce des chefs séparatistes catalans

  Espagne : manifestation à Madrid contre la grâce des chefs séparatistes catalans Des milliers de personnes rassemblées à Madrid pour dire Non à la grâce des indépendantistes catalans, envisagée par le chef du gouvernement espagnol. View on euronews © GABRIEL BOUYS/AFP or licensors Des milliers de personnes rassemblées à Madrid pour dire "non" à la grâce des indépendantistes catalans, envisagée par le chef du gouvernement espagnol. En Espagne, des milliers de personnes se sont rassemblées ce dimanche à Madrid pour dire "non" à la grâce des indépendantistes catalans. Le rassemblement était initié par les Conservateurs du Parti populaire (PP), et par la formation d'extrême droite Vox.

» LIRE AUSSI - Sanchez conforté dans sa stratégie avec les indépendantistes catalans

La mesure est à ce point polémique en Espagne qu’elle suscite l’opposition d’une majorité de l’opinion publique nationale, y compris au sein de l’électorat socialiste, selon les sondages, mais aussi les critiques des premiers concernés, les indépendantistes, qui la jugent insuffisante et exigent une amnistie générale.

Dans la pratique, la portée de la mesure est modeste. Les neuf personnes encore emprisonnées, sur les douze condamnées, bénéficient d’aménagements de peines et n’avaient plus que quelques mois à purger. De plus, si la grâce leur permet de sortir de prison, elle ne s’applique pas à leurs peines d’inéligibilité. La mesure, a enfin précisé Sanchez, est soumise à une condition, une sorte de sursis: en cas de récidive, la grâce sera automatiquement annulée.

Espagne : le gouvernement va gracier les indépendantistes en Catalogne

  Espagne : le gouvernement va gracier les indépendantistes en Catalogne Espagne : le gouvernement va gracier les indépendantistes en CatalognePour le Premier ministre, l’objectif est de trouver une issue à la crise séparatiste en Catalogne. Selon un récent sondage de l’institut Ipsos, 53 % des Espagnols y sont opposés, alors qu’une large majorité (68 %) y est favorable en Catalogne. Vent debout, la droite a mobilisé le 13 juin plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le centre de Madrid contre cette grâce, uniquement motivée, selon elle, par la volonté de Pedro Sanchez, dont le gouvernement minoritaire est soutenu par une partie des indépendantistes, de se maintenir au pouvoir.

Absence de repentance

Vidéo: Espagne - indépendantistes catalans : "une grâce réversible" (France 24)

Mais c’est une question de principes qui divise profondément la classe politique et émeut une partie de la société. Pour le Parti populaire (PP, droite), Vox (extrême droite) et Ciudadanos (centre libéral), la grâce est le prix payé par le gouvernement pour s’assurer du soutien au Parlement d’ERC. Une objection que la numéro deux de l’exécutif, Carmen Calvo, essuie d’un revers de main lors de son entretien avec Le Figaro: «Le président du gouvernement l’a dit. Même s’il avait 300 sièges au Parlement, il prendrait la même décision. Cela fait trois ans qu’ERC soutient le gouvernement, et ses représentants étaient jusque-là en prison. Où est la nouveauté?»

» LIRE AUSSI - Élections en Catalogne: quels scénarios pour diriger la région fracturée par l’indépendantisme?

Espagne. Pourquoi la grâce des leaders indépendantistes catalans agite le pays

  Espagne. Pourquoi la grâce des leaders indépendantistes catalans agite le pays C’est sous les huées que le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a annoncé, lundi 21 juin, la grâce des neuf indépendantistes catalans incarcérés pour la tentative de sécession de la région. Le socialiste Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol, a choisi lundi 21 juin un lieu emblématique pour les Barcelonais, l’Opéra du Liceu sur la Rambla, pour annoncer la grâce des neuf leaders indépendantistes catalans, devant un parterre de représentants du monde économique, culturel et médiatique.

Les plus méfiants à l’égard des indépendantistes s’indignent également de leur absence de repentance, certains des condamnés affirmant qu’ils sont prêts à «refaire» les agissements qui leur ont valu condamnation pour sédition et malversation.

Deux revendications

Pedro Sanchez a répondu à cet argument en affirmant que les  indépendantistes «ont été condamnés pour des actes contraires à la légalité. Les démocraties fortes n’exigent pas de changer d’idées, mais que ces dernières soient défendues dans le cadre légal». Lors de son allocution ce mardi, il a justifié la mesure par son «utilité sociale», l’un des critères prévus par la loi. Et dans son discours lundi, il avait argumenté en des termes plus imagés le besoin de rétablir «la concorde» en Catalogne et dans le reste de l’Espagne. «Pour arriver à un accord, quelqu’un doit faire un premier pas. Après une dispute, les relations disparaissent parfois parce qu’aucune des deux parties n’a eu le courage suffisant de se rapprocher.» La «nouvelle étape» désirée par Madrid doit commencer par un processus de discussions avec le gouvernement régional catalan.

Catalogne: les leaders indépendantistes graciés, et après ?

  Catalogne: les leaders indépendantistes graciés, et après ? La grâce des neuf indépendantistes catalans en prison pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017 est un pari du gouvernement espagnol pour tenter d'apaiser les tensions en Catalogne mais est loin d'être une solution à la crise, selon des analystes. Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a annoncé cette grâce lundi à Barcelone et son gouvernement doit l'approuver formellement mardi lors d'un Conseil des ministres. Cette grâce vaLe Premier ministre socialiste Pedro Sanchez a annoncé cette grâce lundi à Barcelone et son gouvernement doit l'approuver formellement mardi lors d'un Conseil des ministres.

» LIRE AUSSI - Le gouvernement espagnol et les Catalans indépendantistes sur le chemin du dialogue

La mesure, font valoir les indépendantistes, coïncide avec une résolution favorable aux prisonniers émise par l’Assemblée du Conseil d’Europe, une institution extérieure à l’Union européenne dont les recommandations ne sont pas contraignantes. Le président catalan, Pere Aragonès (ERC), a salué «un pas» qui «allégera la souffrance», mais il a exigé le retrait des mandats d’arrêt contre les dirigeants installés à l’étranger, dont son prédécesseur Carles Puigdemont, aujourd’hui député européen résident en Belgique. Il a insisté sur les deux revendications centrales de son camp: l’amnistie générale et l’autodétermination. La grâce est accueillie favorablement par la plupart des partenaires de l’Espagne.

En Espagne, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans incarcérés, «au nom de la concorde» - Regarder sur Figaro Live

Letizia d'Espagne : Sa soeur enceinte à 47 ans, la famille va s'agrandir ! .
Heureuse nouvelle pour Letizia d'Espagne ! La reine va prochainement devenirtata ! Sa soeur Telma Ortiz, est enceinte de son deuxième enfant à 47 ans ! Un bonheur pour la mère de Sofia et de la princesse Leonor.L'heureuse nouvelle a certainement fait très plaisir à la reine d'Espagne, qui va bientôt devoir se séparer de sa fille aînée, la princesse Leonor. En effet, la jeune femme va déménager au mois d'août pour poursuivre ses études au Royaume-Uni. La jeune fille de 15 ans, héritière du trône d'Espagne, va suivre un cursus de deux ans au sein du prestigieux collège UWC Atlantic, situé dans le Val de Glamorgan, non loin de Cardiff, en Ecosse.

usr: 1
C'est intéressant!