•   
  •   

Monde Vaccination des animaux : allez, zoo !

21:20  11 juillet  2021
21:20  11 juillet  2021 Source:   liberation.fr

Aux Etats-Unis (aussi), des experts réclament la vaccination anti-Covid obligatoire

  Aux Etats-Unis (aussi), des experts réclament la vaccination anti-Covid obligatoire Alors que l'exécutif français se penche sérieusement sur la question, une frange des Etats-Unis réclame aussi une vaccination obligatoire afin d'éradiquer l'épidémie.

Au zoo de San Diego, trois gorilles ont attrapé le Covid au début de l’année. Les vétérinaires ont analysé leurs excréments et y ont trouvé le variant epsilon qui circule beaucoup dans la région. © Ken Bohn Au zoo de San Diego, trois gorilles ont attrapé le Covid au début de l’année. Les vétérinaires ont analysé leurs excréments et y ont trouvé le variant epsilon qui circule beaucoup dans la région.

Alors que près de la moitié de la population américaine est aujourd’hui vaccinée contre le Covid-19, les Etats-Unis viennent de recevoir une nouvelle livraison de 11 000 doses… pour les animaux de ses zoos. Ours, pumas et tigres du zoo d’Oakland en Californie sont les premiers à en bénéficier en recevant leur première dose cette semaine. Le parc animalier n’avait pas constaté de cas de Covid parmi ses pensionnaires à quatre pattes mais certains de ses tigres sont vieux, et donc particulièrement vulnérables quand on sait que les félins peuvent attraper le coronavirus et développer une forme de la maladie. Sans compter que ces félins sont une espèce menacée – on ne peut pas vraiment se permettre de laisser mourir les rares individus restants en captivité d’une maladie infectieuse.

Python de 12 pieds se détache à l'intérieur du centre commercial de la Louisiane, les forces de force

 Python de 12 pieds se détache à l'intérieur du centre commercial de la Louisiane, les forces de force Un python de 12 pieds de longue durée s'est échappé d'un zoo d'aquarium situé à l'intérieur du centre commercial de la Louisiane mardi, forçant les fermetures à mesure que les autorités ont brouillé pour localiser le grand serpent. © Charles Ommanney / Getty Images Les autorités ont fermé un zoo situé à l'intérieur du centre commercial de la Louisiane mardi après un python birman de 12 pieds de longue durée qui s'est échappé.

Une toux sèche chez quatre tigres

Le zoo du Bronx à New York avait donné l’alerte dès le mois d’avril 2020 : les soigneurs du zoo avaient repéré une toux sèche chez quatre tigres et trois lions. Un prélèvement dans les muqueuses du nez, de la gorge et des voies respiratoires a été réalisé, sous anesthésie générale, sur l’une des tigresses et la présence du Sars-Cov-2 a été confirmée. «Nos félins ont été infectés par une personne qui s’occupe d’eux et qui était porteuse asymptomatique du virus», expliquait le zoo, alors fermé depuis des semaines. Les animaux ont heureusement bien récupéré. Mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Une tigresse de 17 ans du zoo suédois de Borås, positive au coronavirus et souffrant de symptômes respiratoires sévères, a dû être euthanasiée en janvier 2021. Là aussi, on soupçonne que le virus a été transmis par des soigneurs trop laxistes avec les mesures de prévention – distance et masque, comme avec les humains. Au moins un autre tigre et quatre lions ont été contaminés.

Covid-19 : cet effet boomerang préoccupant qui pourrait faire repartir l’épidémie

  Covid-19 : cet effet boomerang préoccupant qui pourrait faire repartir l’épidémie C'est une menace qui pourrait être à l'origine d'un regain de l'épidémie de Covid-19. La transmission du Sars-CoV-2 de l'humain à l'animal pourrait permettre au virus d'acquérir des mutations potentiellement dangereuses pour l'Homme, selon certains spécialistes. En décembre 2020, l’épidémie de Covid-19 débutait à Wuhan, en Chine. Si le doute subsiste encore sur l’origine exacte de la pandémie, la transmission du virus à l'homme par un animal intermédiaire reste l’hypothèse la plus probable selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Au zoo californien de San Diego, ce sont trois gorilles qui ont attrapé le Covid au début de l’année. Les vétérinaires, qui les ont surpris à tousser, ont analysé leurs excréments et y ont trouvé le variant epsilon (B.1.429) du coronavirus qui circule beaucoup dans la région. C’était la toute première preuve de transmission du Sars-Cov-2 à des grands singes. Le plus vieux des gorilles malades, un mâle de 48 ans nommé Winston, souffrait d’une pneumonie et d’une affection cardiaque, soit causées, soit aggravées par le virus. Il a bénéficié d’un traitement à base d’antibiotiques et d’anticorps monoclonaux, des «versions synthétiques des défenses naturelles du corps» contre le Sars-Cov-2, explique l’équipe du zoo. «L’équipe vétérinaire pense que ces anticorps ont contribué à ce que Winston réussisse à surmonter le virus.»

Sachant que les tigres sont une espèce menacée, difficile de risquer de laisser mourir les rares individus restants en captivité d’une maladie infectieuse. © Fournis par Liberation Sachant que les tigres sont une espèce menacée, difficile de risquer de laisser mourir les rares individus restants en captivité d’une maladie infectieuse.

Mais de tous les animaux, ce sont les mustélidés (loutres, martres, furets, belettes…) qui se sont révélés les plus vulnérables au virus, avec un risque de voir les élevages de visons, où ils vivent en grande promiscuité, se transformer en clusters géants. Les Pays-Bas ont ainsi exterminé 600 000 visons, la France en a tué 1 000… Et au Danemark, premier producteur mondial de leur fourrure, c’est la quasi-intégralité des visons qui a été abattue, soit plus de 15 millions de bêtes – une entreprise commencée fin 2020 et qui s’est achevée en février 2021. Les visons sont la seule espèce chez qui on a observé une transmission du coronavirus de l’animal vers l’Homme. Après avoir vu les visons développer leurs propres variants du virus, les autorités sanitaires craignaient qu’ils ne les fassent circuler parmi les humains et affaiblissent les futurs vaccins.

Missing Birman Python qui échappé au centre commercial Louisiana est trouvé

 Missing Birman Python qui échappé au centre commercial Louisiana est trouvé A Snake qui est allé disparu depuis le Mall de l'aquarium Blue Zoo de Louisiane a été trouvé tôt jeudi matin. "CARA", un Birman Python de 12 pieds de longue durée, a finalement été situé dans l'espace sanitaire de l'installation de Baton Rouge. Python s'échappe de l'aquarium dans le centre commercial Louisiana La vidéo postée sur la page Facebook de l'aquarium a montré le moment où les sauveteurs ont trouvé et l'enlevé.

Un premier cas chez un chien

Mais peut-on protéger les animaux du Covid sans les abattre à titre préventif, ni devoir intuber des lions au bord de la suffocation ? Peut-être, en les vaccinant comme des humains. Les 11 000 doses du vaccin pour zoos livrées aux Etats-Unis ont été conçues par Zoetis, ex-filiale de Pfizer aujourd’hui indépendante et leader mondial du médicament vétérinaire (6,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020). Les chercheurs de son Centre pour les maladies transfrontalières et émergentes se sont mis à plancher sur un produit dès mars 2020, quand les premiers cas d’infection au Sars-Cov-2 ont été détectés sur des animaux domestiques (un chien, et pas mal de chats). «Quand nous avons vu le premier cas de chien infecté à Hong Kong, nous avons immédiatement mis en branle nos procédures de développement de vaccin pour une maladie infectieuse émergente. Nous avons décidé de préparer un vaccin pour chiens et chats», raconte Mahesh Kumar, vice-président senior de la biologie chez Zoetis. Des études préliminaires ont été présentées à l’automne 2020 : elles montraient, selon Zoetis, que le candidat vaccin était sûr et montrait des signes d’efficacité puisque le sérum des chats et chiens vaccinés présente, 21 jours après l’injection, un taux satisfaisant d’anticorps anti-Sars-Cov-2.

Vaccination obligatoire : après les soignants, jusqu'où l'exécutif est-il prêt à aller ?

  Vaccination obligatoire : après les soignants, jusqu'où l'exécutif est-il prêt à aller ? Un projet de loi pour rendre la vaccination des soignants contre le Covid-19 obligatoire est dans les tuyaux. Le spectre des professions touchées pourrait même être élargi à d'autres professions du "secteur médico-social.

Le produit a alors rapidement été adapté pour cibler les visons quand la situation au Danemark a «démontré un besoin crucial», relate le géant pharmaceutique. «Il n’est pas rare d’adapter des vaccins pour un usage expérimental sur d’autres espèces dans des cas comme celui-ci, avec les permis réglementaires appropriés et à la demande des vétérinaires.» Avec l’autorisation du département de l’Agriculture des Etats-Unis, des essais sont en cours sur les visons, et quand les résultats seront satisfaisants, Zoetis compte demander une autorisation de mise sur le marché pour un usage de son vaccin sur ces petits mammifères à haute valeur économique.

De tous les animaux, ce sont les mustélidés qui se sont révélés les plus vulnérables au virus, avec un risque de voir les élevages de visons se transformer en clusters géants. © Fournis par Liberation De tous les animaux, ce sont les mustélidés qui se sont révélés les plus vulnérables au virus, avec un risque de voir les élevages de visons se transformer en clusters géants.

Taillé pour les grands singes


Vidéo: Covid-19 : un an après, retour à l'hôpital de Nemours (France 24)

En parallèle, le candidat vaccin a été réorienté une nouvelle fois en janvier 2021, quand le zoo de San Diego a découvert ses gorilles malades : son équipe soignante a fait appel à Zoetis pour lui fournir une version du vaccin taillée pour les grands singes. Le produit n’avait pas été testé sur des primates. Mais «ce n’est pas comme si on prenait un vaccin au hasard et qu’on le donnait à une nouvelle espèce», explique Nadine Lamberski, responsable de la santé de la faune sauvage au zoo de San Diego, pour National Geographic. «Il y a beaucoup de précautions et de recherches dans ce domaine, qui nous aident à savoir quel risque on prend à donner ce vaccin et quel risque on prend à ne pas le donner. Notre devise est toujours de ne pas faire de mal.» Lamberski rappelle d’ailleurs que les grands primates du zoo reçoivent des vaccins anti-grippe et anti-rougeole à usage humain, et que «nous donnons régulièrement des vaccins pour chiens et chats à nos lions et tigres».

Vaccination, pass sanitaire... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

  Vaccination, pass sanitaire... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron Alors que le variant Delta progresse et que la vaccination ralentit, le président Emmanuel Macron s'est de nouveau adressé aux Français, lundi depuis l'Élysée. Lors de cette allocution très attendue, le chef de l'État a notamment annoncé la vaccination obligatoire des soignants sous peine de sanctions et l'extension du pass sanitaire. Europe 1 fait le point sur ses annonces. Vaccinale obligatoire des soignants sous peine de sanction, pass sanitaire obligatoire dans les restaurants, bars, cinémas et les événements culturels de plus de 50 personnes, tests PCR payant à l'automne...

Le risque est limité quand on donne à une espèce A un vaccin développé pour une espèce B, affirme Lamberski, car un vaccin est d’abord conçu pour s’attaquer à un agent pathogène spécifique (le coronavirus dans ce cas), et non pour s’adapter à une espèce cible particulière. En l’occurrence, le vaccin de Zoetis tente d’apprendre à l’organisme vivant dans lequel il est injecté à reconnaître les protéines «spike» du Sars-Cov-2, présentes tout autour de l’enveloppe du virus. Le corps produit alors des anticorps complémentaires, exactement comme avec les vaccins pour humains. Le produit de Zoetis a d’ailleurs un fonctionnement comparable au vaccin de Novavax et à celui de Sanofi (tous deux en cours de tests) : c’est un vaccin «à protéine recombinante» qui permet de fabriquer en laboratoire des protéines spike de synthèse, identiques à celles du coronavirus, pour les injecter ensuite à l’animal et laisser son système immunitaire apprendre à s’en défendre.

Ensuite, c’est surtout l’adjuvant – une substance ajoutée au vaccin pour renforcer l’activation du système immunitaire – qui doit être adapté à l’espèce pour rester le plus efficace possible. Et il faut vérifier qu’une nouvelle espèce cible ne développe pas d’effets secondaires indésirables.

Les grands singes du zoo de San Diego vont être vaccinés sans données scientifiques préalables et observés de près pour détecter d’éventuels symptômes. © Fournis par Liberation Les grands singes du zoo de San Diego vont être vaccinés sans données scientifiques préalables et observés de près pour détecter d’éventuels symptômes.

Sans données scientifiques préalables

Pour connaître ces éventuels effets, et mieux mesurer l’efficacité du vaccin Zoetis, impossible d’organiser comme chez les humains des essais cliniques de phase III, où l’on convoquerait 50 000 singes volontaires que l’on observerait ensuite pendant trois mois pour voir s’ils attrapent le virus ou non… Il faut procéder autrement. Les grands singes de San Diego vont donc être vaccinés sans données scientifiques préalables, et observés de près pour détecter d’éventuels symptômes de Covid. Quatre orangs-outans et cinq bonobos ont été vaccinés en février. L’une d’entre eux, nommée Karen, est une petite célébrité car elle a été le premier orang-outan au monde à avoir bénéficié d’une opération à cœur ouvert en 1994. Quant aux gorilles, un seul a été vacciné, et ceux qui ont déjà attrapé le Covid sont laissés tranquilles avec leur immunité naturellement acquise. Nadine Lamberski confie à National Geo avoir eu peur pour son vénérable Winston : «Il est celui qui assure la cohésion du groupe. Sa perte serait dramatique.» Les gorilles sont en voie de disparition à l’état sauvage.

Les professeurs ont-ils profité de «couloirs prioritaires» pour se faire vacciner, comme l’affirme Blanquer ?

  Les professeurs ont-ils profité de «couloirs prioritaires» pour se faire vacciner, comme l’affirme Blanquer ? Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a vanté la mise en place de dispositifs pour inciter et faciliter la vaccination des enseignants.Devant l’Assemblée nationale, mardi 13 juillet, Jean-Michel Blanquer est revenu sur la politique vaccinale à l’égard des enseignants. «Dès que cela a été possible, et en restant cohérents avec la politique de vaccination consistant à privilégier les plus vulnérables, nous avons ouvert des couloirs prioritaires, notamment pour les professeurs de plus de 55 ans.

Depuis janvier, d’autres zoos américains ont suivi le mouvement du parc de San Diego en réclamant le vaccin Zoetis, commandable par flacons de dix doses. Et c’est ainsi que commence en cette semaine de juillet une campagne de vaccination animale à l’échelle du pays, avec cette première vague de 11 000 doses qui vient d’être livrée. Au zoo d’Oakland, la question n’est pas de savoir s’il faut vacciner les espèces vulnérables mais comment les approcher, explique au New York Times le vice-président des services vétérinaires, Alex Herman : «Avec des tonnes de renforcement positif.» Traduction : les grands animaux sont entraînés et récompensés quand ils présentent docilement leur flanc sur la grille de l’enclos. C’est ainsi qu’on vaccine un tigre ou un ours sans anesthésie ni contrainte.

Un vaccin pour carnivores approuvé en Russie

Zoetis n’est pas seul sur le marché du vaccin anti-Covid vétérinaire. Medgene Labs, petite entreprise pharmaceutique américaine d’une trentaine d’employés, a elle aussi développé un produit actuellement testé sur les visons, forte d’une expérience précédente avec le coronavirus responsable de la diarrhée épidémique porcine, qui a sévi en 2013. «On a immédiatement commencé à travailler sur un vaccin pour animaux» quand le Sars-Cov-2 a été séquencé début 2020, raconte le patron du labo, Mark Luecke, au New York Times.

En Russie, les services vétérinaires de l’Etat se sont vantés fin mars d’être les premiers au monde à approuver un vaccin anti-Covid pour animaux, pour un usage d’une part sur les visons et d’autre part sur les chats et chiens, sans qu’il soit pour autant recommandé à la population de vacciner ses animaux de compagnie. Le produit s’appelle Karnivak-Kov, pour suggérer qu’il s’adresse aux petits carnivores. «Nous faisons du travail pour l’avenir, affirme le directeur de l’organe gouvernemental, Constantin Savenkov. Nous devons être préparés à éviter une situation problématique plutôt qu’à devoir la gérer si les choses tournent mal.»

Aussi sur MSN : Les centres de soins aux animaux sauvages veulent assurer leur survie

Les attaques contre plusieurs centres de vaccination anti-Covid inquiètent le gouvernement .
Trois centres ont été vandalisés en trois jours, ce week-end, et cinq en deux mois. Selon les premiers éléments des différentes enquêtes, il s'agit de dommages volontaires. © RAYMOND ROIG / AFP Des personnes attendent de recevoir une dose de vaccin Covid-19 dans un centre de vaccination à Perpignan, dans le sud de la France, le 18 juillet 2021 (image d'illustration) La colère contre le passe sanitaire et la vaccination anti-Covid s'intensifie et certains opposants n'hésitent pas à passer de la rue aux actes, selon les premiers éléments livrés par les différentes enquêtes.

usr: 1
C'est intéressant!