•   
  •   

Monde Liban: heurts à Beyrouth après le renoncement de Saad Hariri

02:50  16 juillet  2021
02:50  16 juillet  2021 Source:   rfi.fr

Arabie Saoudite : Ce litige entre le prince héritier et un espion qui inquiète Washington pour ses secrets

  Arabie Saoudite : Ce litige entre le prince héritier et un espion qui inquiète Washington pour ses secrets La querelle qui oppose le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, connu sous ses initiales MBS, et Saad Aljabri, ancien espion en chef du royaume, se retrouve au centre de deux procès aux Etats-Unis et au Canada. Et Washington n’est pas serein © Pavel Golovkin/AP/SIPA Le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2017. ESPIONNAGE - La querelle qui oppose le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, connu sous ses initiales MBS, et Saad Aljabri, ancien espion en chef du royaume, se retrouve au centre de deux procès aux Etats-Unis et au Canada.

Michel Aoun et Saad Hariri ont plusieurs fois affiché leurs désaccords ces derniers mois, notamment au cours d'une passe d'armes publique en mars après une énième rencontre qui avait viré aux accusations acerbes. Saad Hariri reprochait au président d'entraver la formation du gouvernement en insistant sur une "minorité de blocage" au sein de la Saad Hariri avait réitéré son attachement à un gouvernement de technocrates, réclamé à l'international. La présidence avait démenti toute velléité de "minorité de blocage" et exprimé son "étonnement" quant aux "propos" du Premier ministre désigné.

Le plus populaire. Pass sanitaire, obligation de vaccination: des opposants à Emmanuel Macron manifestent le 14 Juillet. «Il va falloir nous écouter» : vague de colère après l 'annonce de nouvelles restrictions sanitaires.

Des militaires se protégeant des projectiles lancés par des manifestants, jeudi 15 juillet à Beyrouth. © AP - Hussein Malla Des militaires se protégeant des projectiles lancés par des manifestants, jeudi 15 juillet à Beyrouth.

Neuf mois après avoir été désigné Premier ministre, Saad Hariri a finalement jeté l’éponge ce jeudi 15 juillet, incapable de former un gouvernement. Dans les rues de la capitale libanaise, les manifestants sont descendus crier leur colère, donnant lieu à de violents affrontements avec l’armée.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Noé Pignède

La colère explose dans les rues de Cola, un quartier sunnite du sud de Beyrouth. D’un côté, l’armée, protégée par des boucliers en plastique. De l’autre, des centaines de partisans de Saad Hariri, qui jettent des cocktails Molotov et des pétards.

Liban: le Premier ministre désigné Saad Hariri jette l'éponge

  Liban: le Premier ministre désigné Saad Hariri jette l'éponge Moins de 10 mois après sa nomination, le Premier ministre libanais Saad Hariri a démissionné le 15 juillet faute d'accord avec le président Michel Aoun. Le Premier ministre désigné au Liban Saad Hariri a annoncé le 15 juillet qu'il renonçait à former un gouvernement près de neuf mois après avoir été nommé et au moment où le pays est confronté à la pire crise socio-économique de son histoire. Saad Hariri avait été désigné Premier ministre en octobre 2020 et devait mettre en place une équipe censée lancer des réformes indispensables pour débloquer notamment des aides internationales cruciales.

Saad Hariri lui-même qui soit de nouveau nommé premier ministre. En effet, Saad Hariri est actuellement le «premierministrable» qui pourrait susciter le plus de consensus. Le président Michel Aoun pourrait alors le nommer à la tête d’un gouvernement provisoire, le temps de Tout d’abord, Saad Hariri reste un personnage clé dans l’architecture du pouvoir au Liban . Le chef de file sunnite a fait son entrée en scène politique après l ’assassinat de son père, l’ancien premier ministre Rafic Hariri , en 2005. Il reste l’interlocuteur privilégié des Occidentaux. « Saad Hariri a de bonnes relations avec la

Saad Hariri a été désigné en octobre au poste de Premier ministre après la démission d'Hassan Diab à la suite de l'explosion au port de Beyrouth , qui a fait des centaines de morts et dévasté une partie de la capitale le 4 août 2020. Cette explosion a alimenté la défiance d'une grande partie de la population à l'égard de la classe politique du Liban , accusée d'incompétence, de népotisme et de défense de ses intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général. La France réclame depuis des mois la formation d'un nouveau gouvernement et la mise en place de réformes comme condition au déblocage de

Un casque jaune sur la tête, Firas porte secours aux blessés. Amer, il regarde son pays basculer dans la violence. « On n'en peut plus, il n'y a plus rien, ce n'est pas le Liban qu'on connaît », se désole-t-il. Firas a toujours vécu ici. Il se souvient d'un pays « raffiné, où tout le monde était éduqué ».

Mais comment en vouloir à ces manifestants ? « Ils n'ont plus à manger. Il n'y a pas d'électricité. On ne peut plus mettre de la nourriture dans les frigos. On ne peut même plus aller au supermarché. C'est super cher », dit-il encore.

Quelques heures plus tôt, le Premier ministre désigné Saad Hariri a jeté l'éponge. Il avait été chargé en octobre de mettre en place une équipe à même de réformer le pays, qui traverse une crise économique et politique profonde. Mais une fois de plus, les différents partis politiques n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur le partage des ministères. Et ce sont les Libanais qui en payent le prix : après l’annonce, la monnaie nationale a continué de s’effondrer alors que les prix explosent.

Liban-Hariri renonce à former un gouvernement, la crise s'aggrave

  Liban-Hariri renonce à former un gouvernement, la crise s'aggrave LIBAN - CRISE/ (PHOTO, TV):Liban-Hariri renonce à former un gouvernement, la crise s'aggrave(Répétition d'une dépêche publiée jeudi, ajoute commentaire US)

• Démission de Saad Hariri Le premier ministre libanais Saad Hariri et son gouvernement ont démissionné ce mardi, déclenchant des scènes de liesse générales au 13e jour d'une révolte populaire inédite contre une classe politique accusée d'avoir laissé sombrer le pays. Lors d'une brève allocution, il a Sur la place des Martyrs, à Beyrouth , les heurts survenus plus tôt ce mardi semblent déjà oubliés. Les restes des tentes, détruites par le Hezbollah et son allié le Amal, ont été rassemblées en une sorte de monument de fortune sur lequel trône fièrement le drapeau libanais. La nuit est tombée, mais les

Saad al Hariri , chef de file du Courant du futur et ancien chef de gouvernement du Liban , a été désigné ce jeudi 22 octobre Premier ministre par le président Michel Aoun au terme de consultations politiques au palais présidentiel de Baabda. Le fils de Rafic Hariri s’était déclaré candidat il y a une quinzaine de jours. L’échec de l’option Moustapha Adib a été très mal vécu par Emmanuel Macron, qui avait rapporté, lors de son second déplacement à Beyrouth après la catastrophe, que la classe politique libanaise s’était engagée auprès de lui à former un gouvernement pour la mi-septembre.

À lire aussi : Au Liban, les pénuries s’aggravent sur fond d’impasse politique

Mais Firas ne croit pas que ces scènes de guérilla urbaine résoudront les problèmes de son pays. « Se battre avec l'armée, ça ne va rien changer. L'armée est plus pauvre que les gens. C'est le résultat de 50 ans de corruption du même régime politique. S'il y a des élections l'année prochaine, ça ne changera rien. C'est changer le régime qui fera la différence », affirme-t-il.

Progressivement, la foule repousse les militaires qui répliquent par des tirs de sommation. Le boulevard s’embrase. Il nous sera impossible d’approcher les manifestants, qui lancent des pierres sur les journalistes.

Liban: Michel Aoun tarde à lancer les consultations pour choisir un successeur à Saad Hariri .
Malgré les appels pressants de la France, de l’Union européenne et des États-Unis pour choisir un successeur au Premier ministre désigné Saad Hariri et en dépit de l’aggravation de la crise économique et des tensions dans la rue, le blocage politique se poursuit au Liban. Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh Malgré l’urgence de la situation, le président Michel Aoun ne semble pas pressé de choisir un successeur à Saad Hariri, qui a renoncé jeudi à former le prochain gouvernement, neuf mois après sa désignation.

usr: 1
C'est intéressant!