•   
  •   

Monde Mali: qui se trouve derrière la tentative d'assassinat du colonel Assimi Goïta?

02:47  21 juillet  2021
02:47  21 juillet  2021 Source:   rfi.fr

Mali: le pays divisé après à l'annonce du retrait progressif de la force Barkhane

  Mali: le pays divisé après à l'annonce du retrait progressif de la force Barkhane Il y a trois jours, Emmanuel Macron a détaillé, au cours d'un sommet du G5 Sahel, le plan de reconfiguration de la présence française dans la région, un mois après l'annonce de la fin progressive de l'opération Barkhane. Mais cette annonce divise le pays en deux, entre ceux qui veulent un retrait définitif de l'armée française et des forces internationales, et ceux qui ne veulent pas en entendre parler. L'Association Faso Kanu est basée à Bamako. Elle milite aujourd'hui pour un retrait total et définitif des « impérialistes français et de leurs alliés occidentaux » du Mali.

Deux personnes ont tenté, ce mardi matin de poignarder le colonel Goïta lors de la prière musulmane de l’Aïd al-Adha, la fête du Sacrifice, à la Grande mosquée de Bamako, a constaté un journaliste de l’AFP. Le président Goïta a ensuite été emmené et ne semblait pas avoir été touché, selon le constat de l’AFP. “C’est après la prière et le sermon de l’imam, au moment où l’imam devait aller immoler son mouton que le jeune a tenté de poignarder Assimi Goïta dans le dos, mais c’est une autre personne qui a été blessée”, a confirmé à l’AFP Latus Touré, régisseur de la grande mosquée.

Le 19 août 2020, le colonel Assimi Goïta s’adresse à la presse au ministère malien de la défense à Bamako, après avoir confirmé son poste de président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Ces violences, qui ont débuté par des rébellions indépendantiste puis djihadiste dans le nord du Mali , se sont ensuite propagées au centre et au sud du pays, se mêlant à des conflits intercommunautaires et à des attaques crapuleuses dans des zones où l’influence de l’Etat est très faible.

Des membres des forces de sécurité arrêtent l'un des suspects dans la tentative d'assassinat du colonel Goïta le 20 juillet 2021. © AFP - EMMANUEL DAOU Des membres des forces de sécurité arrêtent l'un des suspects dans la tentative d'assassinat du colonel Goïta le 20 juillet 2021.

Au Mali, le président de la transition Assimi Goïta a échappé ce mardi 20 juillet à une tentative d’assassinat à la Grande mosquée de Bamako. Un homme l’a attaqué à l’aide d’un couteau. Il a esquivé avant l’intervention des forces de l’ordre pour maîtriser l’individu, mais une question sur toutes les lèvres : qui sont ceux qui se cachent derrière cette tentative d'assassinat ?

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Le président de la transition au Mali, après avoir échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche, a donné des indications, sur le ou les possibles auteurs, les possibles commanditaires de l’acte.

Assassinat du président haïtien : où en est l'enquête ?

  Assassinat du président haïtien : où en est l'enquête ? Un ressortissant haïtien de 63 ans, accusé d'avoir recruté le commando, a été arrêté ce dimanche, quelques jours après la mort de Jovenel Moïse.L'attention de la police haïtienne se porte sur un ressortissant haïtien ayant des « objectifs politiques », arrêté ce dimanche. Il est accusé d'avoir recruté le commando ayant assassiné le président Jovenel Moïse dans la nuit de mardi à mercredi. Christian Emmanuel Sanon, un homme de 63 ans de nationalité haïtienne basé en Floride, serait arrivé dans le pays en juin « à bord d'un avion privé » accompagné de ressortissants colombiens.

Le président Goïta a ensuite été emmené et ne semblait pas avoir été touché, a constaté un journaliste de l'AFP. Interrogé par l'AFP pour savoir s'il sagissait d'une " tentative d ' assassinat " du président de transition, un responsable de ses services a répondu: "Oui, tout à fait". Il est "sain et sauf", a dit la Le dernier en date, en mai, a été mené par les mêmes colonels , conduits par le colonel Assimi Goïta , que celui d'août 2020, et a abouti à son investiture comme président de la transition. Les militaires ont largement fait main basse sur le pouvoir. Mais le colonel Goïta comme le nouveau gouvernement

Le Mali a été le théâtre de deux cuops d'Etat en moins d'un an. Les deux, en août puis en mai, ont été menés par les mêmes colonels de l'armée, menés par le colonel Assimi Goïta , qui s 'est depuis investi président de la transition. Ancien chef d'un bataillon de forces spéciales, il ne se déplace depuis neuf mois jamais sans ses hommes, cagoulés et armés de fusils d'assaut. Le colonel Goïta et le nouveau gouvernement, nommé par la junte, ont assuré qu'ils tiendraient l'engagement de rendre les commandes aux civils après des élections prévues le 27 février 2022.

« Quand on est leader, il y a toujours des mécontents, des gens qui peuvent à tout moment vouloir tenter des choses pour déstabiliser », a expliqué le colonel Goïta.


Vidéo: Mali : tentative d'assassinat contre le colonel Goïta, deux suspects arrêtés (Euronews)

Les enquêteurs étudient plusieurs pistes

« Déstabilisation », le mot est lâché, mais par qui exactement ?

Quelques heures après son arrestation, l’agresseur très fatigué n’avait toujours pas parlé. « Il s’est visiblement drogué avant de passer à l’acte », confie une source proche de l’enquête.

Pourrait-il s'agir d'un acte isolé ? C’est une piste, mais pas la seule. Quant à la piste jihadiste, les enquêteurs sont prudents et demandent des preuves. Une autre piste possible serait une rivalité avec des forces obscures pour le contrôle du pouvoir.

À Bamako, au sommet de l’État, on affirme que l’enquête sera minutieuse, pour savoir la vérité. Mais en attendant, la sécurité du colonel Assimi Goïta sera renforcée. Jusque-là il circulait dans un modeste véhicule pick-up et son cortège comptait un seul motard et moins de dix véhicules.

►À lire aussi : Mali: tentative d’assassinat au couteau contre le président de transition, Assimi Goïta

Mali : «Tentative d’assassinat» du président durant la prière de l’Aïd .
Mali : «Tentative d’assassinat» du président durant la prière de l’AïdC’est après la prière et alors que l’imam se dirigeait vers la sortie de la mosquée pour égorger le mouton que les faits se sont déroulés. Le président Goïta a ensuite été emmené et ne semblait pas avoir été touché, selon le constat de l’AFP.

usr: 7
C'est intéressant!