•   
  •   

Monde Pourquoi la carrière artistique d’Hunter Biden embarrasse la Maison Blanche

08:15  24 juillet  2021
08:15  24 juillet  2021 Source:   ouest-france.fr

PHOTO Harry Roselmack décoré de la Légion d'honneur : pourquoi il se dit surpris et embarrassé

  PHOTO Harry Roselmack décoré de la Légion d'honneur : pourquoi il se dit surpris et embarrassé La liste des lauréats de la nouvelle promotion des décorés de la Légion d'honneur a été publiée au Journal officiel ce mercredi 14 juillet. Parmi les personnalités de la culture élevées au rang de chevalier figure le journaliste de TF1 Harry Roselmack. En apprenant la nouvelle, ce dernier a néanmoins exprimé sa surprise et son embarras sur Instagram. Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir ! Ou presque ! Harry Roselmack, fraîchement promu au rang de chevalier de la Légion d'honneur, a exprimé son embarras d'être cité sur la liste des nouveaux lauréats décorés.

La Maison - Blanche a assuré vendredi prendre les précautions déontologiques nécessaires autour de toute exposition et vente des peintures de Hunter Biden , fils du président américain, à la vie personnelle tourmentée et au parcours professionnel déjà émaillé de controverses. L’administration Biden , qui souhaite se présenter comme irréprochable sur le plan éthique, a été interpellée à plusieurs reprises sur la carrière artistique du fils de Joe Biden , avocat et homme d’affaires devenu peintre. Des toiles à 500 000 $. Des médias américains pointent notamment le risque que des industriels ou

M. Biden l'a qualifiée de "l'une des plus importantes batailles auxquelles notre administration sera confrontée" et s'est engagé à mettre immédiatement en œuvre sa stratégie Covid. L'une de ses premières mesures sera une action de l'exécutif exigeant le port de masques dans les espaces fédéraux de Cependant, rien ne garantit que les gouverneurs des États qui se sont jusqu'à présent opposés au port de masques changeront soudainement d'avis - il semble qu'aucune autorité légale n'accorde à un président le pouvoir d'instaurer une règle sur le port de masques à l'échelle nationale.

Hunter Biden à Washington le 23 juillet 2021. © BRENDAN SMIALOWSKI / AFP Hunter Biden à Washington le 23 juillet 2021.

La Maison Blanche a assuré vendredi prendre les précautions déontologiques nécessaires autour des expositions et de la vente des tableaux du fils cadet de Joe Biden. L’administration Biden, qui se veut irréprochable sur le plan éthique, ne veut pas que la carrière artistique d’Hunter Biden ouvre la voie à d’éventuels conflits d’intérêts.

Avec une vie personnelle particulièrement tourmentée et une carrière professionnelle émaillée de controverses, Hunter Biden, 51 ans, est considéré comme l’enfant terrible du président américain. Après l’US Navy, la finance ou encore l’industrie du gaz naturel, le fils cadet de Joe Biden s’est lancé dans la peinture. Une carrière artistique qui, là encore, pourrait poser des problèmes de conflits d’intérêts à son père, 46e président des États-Unis.

vétéran du FBI effectue une analyse de signature à la réception de réparation portable Hunter Biden

 vétéran du FBI effectue une analyse de signature à la réception de réparation portable Hunter Biden La facture réparation ordinateur 2019 apparemment signé par Hunter Biden est pas un faux, un agent du FBI à la retraite conclu. © fourni par Washington Examiner Wayne Barnes, un vétéran du FBI de 29 ans, a publié un rapport de 24 pages analysant la signature sur les documents pour un ordinateur portable et un disque dur donné à un magasin d'informatique dans le Delaware pour les réparations en Avril 2019.

Ce constat, qui ressort des interrogatoires rigoureux des plus hauts responsables des gouvernements Clinton et Bush, risque fort d' embarrasser le président républicain qui brigue sa réélection en novembre en se dépeignant comme le "garant d'une Amérique sûre". Nommé en 1998 par Bill Clinton coordonnateur de la lutte antiterroriste à la Maison Blanche , Richard Clarke avait continué à s'occuper de ce dossier après l'arrivée du républicain George W. Bush en janvier 2001. Chargé de la lutte contre le "cyberterrorisme" à partir de 2002, il avait démissionné en février 2003.

Les liens d ’ Hunter Biden avec la société pétrolière ukrainienne Burisma – qui l’a rémunéré 50 000 dollars par mois pour simplement occuper un siège de son conseil d’administration – sont connus depuis 2016. Peter Schweizer, un journaliste d’investigation, les a exposés dans son livre paru en 2018, Secret Empires. Si tel était le cas, étant donné qu’aujourd’hui Joe Biden est candidat à la Maison Blanche et qu’il a des chances respectables de l’emporter, on imagine que tous les médias brûlerait d’envie d’en parler ou d’enquêter, ne serait-ce qu’au nom de la sécurité nationale ! Eh bien pas du tout.

Des tableaux d’Hunter Biden vont être exposés, plus tard cette année, à Los Angeles et à la galerie Georges Bergès à New York. Mais plusieurs médias américains pointent notamment le risque que des industriels ou des financiers achètent ses œuvres dans le seul but de s’attirer les bonnes grâces de la Maison Blanche. Selon la CBS News, le montant des tableaux irait jusqu’à 500 000 dollars.

Interviewé par CBS News, Robin Davis, porte-parole de la galerie Georges Berges, a confirmé que l’homme d’affaires devenu peintre assistera aux événements. « Il a hâte d’y être », a-t-il dit. Mais la présence de Hunter Biden à ces expositions, où il pourrait être amené à rencontrer des acheteurs potentiels, va à l’encontre d’un accord conclu avec le propriétaire de la galerie, indique la chaîne américaine. Cet accord vise à garder l’identité des acheteurs secrète pour Hunter Biden ainsi que pour le président Biden, la Maison Blanche et le public.

"C'est barbant, mais c'est important", les six mois de Biden à la Maison Blanche

  "Barbant" mais "important". "Je sais que c'est un discours barbant, mais c'est important", a lancé le président américain le 7 juillet, en grande banlieue de Chicago. Il venait, devant une audience dont les applaudissements s'affaiblissaient peu à peu, de faire l'article de ses gigantesques projets économiques et sociaux, en égrenant de nombreux chiffres et exemples.

Bâtie en partie par des esclaves noirs, cette Maison - Blanche ne le devint vraiment qu'après avoir été brûlée par les Anglais qui avaient envahi la capitale lors de la guerre de 1812-1815 : pour masquer les dégâts de l'incendie, on la ripolina d'un blanc uniforme. En racontant ses drames intimes, ses Mais c'est aussi une histoire des États-Unis que cet ouvrage déroule in situ : la Proclamation d'émancipation des esclaves y est rédigée dans la chambre de Lincoln en 1863 ; Roosevelt y tient ses « causeries au coin du feu » radiophoniques pour consoler l'Amérique pendant la Dépression ; Eisenhower y expose

Premièrement, le début de la présidence Biden jouit d’une légitimité qui est assez unique. Ses soutiens en Europe étaient multiples et variés. Il est vraiment considéré comme le sauveur. C’est pourquoi l ’élan semble si important. C’est pourquoi nous avons besoin que l’Europe s’en empare plutôt que de goûter le soulagement d’avoir évité le danger d’un nouveau mandat de Trump pendant quatre ans. Enfin, le troisième argument est que Biden et les Européens se retrouvent à devoir reprendre le fil d’un multilatéralisme qui avait déjà les deux pieds dans l’abîme.

Des transactions confidentielles ?

Interpellée à plusieurs reprises sur la carrière artistique du fils de Joe Biden, l’administration Biden a assuré vendredi, par la voix de sa porte-parole Jen Psaki que les précautions déontologiques nécessaires autour de toute exposition et vente des peintures de Hunter Biden avait été prises. Elle a confirmé le fils du président allait « assister à des événements » assurant que ce n’était « pas la même chose que de rencontrer des acheteurs potentiels ».

Jen Psaki avait déjà annoncé le 9 juillet la mise en place d’un « système permettant à Hunter Biden d’exercer sa profession avec des garde-fous raisonnables », notamment la confidentialité de toute transaction et l’absence de contact avec les acheteurs.

« Tous les échanges concernant la vente des œuvres et leur montant seront conduits par un galeriste professionnel, qui suit les règles les plus strictes. Toute offre anormale sera rejetée », avait expliqué Jen Psaki. « Le galeriste ne livrera aucune information sur les acheteurs ou potentiels acheteurs, y compris leur identité, que ce soit à Hunter Biden ou à l’administration, ce qui assure un niveau important de protection et de transparence ».

Joe Biden se lamente QAnon: «Nous avons à aller au-delà de ce

 Joe Biden se lamente QAnon: «Nous avons à aller au-delà de ce Président Joe Biden a dit aux besoins des pays à « aller au-delà » la théorie du complot QAnon et adressé une des revendications centrales de la tête de conspiration. © Chip Somodevilla / Getty Images américain président Joe Biden hôtes une réunion sur la réduction de la violence des armes à feu dans la salle Roosevelt à la Maison Blanche le 12 Juillet 2021 Washington, DC. Biden a déclaré mercredi que les États-Unis doit « aller au-delà » théories du complot comme QAnon.

L'annonce de la Maison - Blanche est « simplement une autre tentative de cacher les faits sur les efforts éhontés de l'administration Trump de faire pression sur des pouvoirs étrangers afin qu'ils interfèrent dans les élections de 2020 ». Les démocrates veulent déterminer dans quelle mesure le président américain a fait pression sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'un échange téléphonique afin qu'il cherche des informations compromettantes sur son rival Joe Biden . Donald Trump estime lui que cet appel était « parfait ».

Jill Biden avait interrompu sa carrière lorsqu’elle avait eu leur fille, Ashley, en 1981, mais avait ensuite repris les études pour décrocher un doctorat en éducation. Faisant son entrée dans la salle de classe, Joe Biden a lancé la phrase qu’il prononce en ouverture de pratiquement tous ses discours de campagne : « Je suis le mari de Jill Biden . » Après ce discours, « vous pouvez comprendre pourquoi elle est l’amour de ma vie et le pilier de notre famille », a confié l’ancien vice-président de 2009 à 2017, et sénateur pendant plus de 36 ans.

Une des cibles favorites de Donald Trump

Hunter Biden est l’une des cibles favorites de l’ancien président Donald Trump. L’ex-locataire de la Maison Blanche avait notamment attaqué le passé de toxicomane du cadet de la famille Biden ou encore ses intérêts économiques en Ukraine et en Chine au moment où son père était vice-président de Barack Obama (2009-2017).

En plus d’être visé par une enquête fédérale sur de possibles délits fiscaux, Hunter Biden a fait parler de lui au printemps en publiant un livre relatant de son combat contre des addictions au crack et à l’alcool. « Je ne fais pas partie d’une administration, je suis membre d’une famille », avait-il déclaré à la BBC lors de la promotion de son livre. Une publicité dont Joe Biden se serait certainement bien passée, quelques mois seulement après son installation dans le Bureau ovale.

groupes Pro-Biden à dépenser 100 millions de dollars en août AD Blitz .
Washington (AP) - une gamme de groupes de maisons progressistes et professionnels envisage de dépenser près de 100 millions de dollars pour promouvoir l'ordre du jour du président Joe Biden au cours du prochain mois au congrès de la pression pendant le prochain mois. Les législateurs sont sur leur récréation d'août. © Fourni par le fichier de presse associé - Le président Joe Biden parle de la pièce East de la Maison-Blanche à Washington, le jeudi 29 juillet 2021.

usr: 1
C'est intéressant!