•   
  •   

Monde Les États-Unis menacent de continuer les frappes si les talibans poursuivent leurs attaques

04:40  26 juillet  2021
04:40  26 juillet  2021 Source:   rfi.fr

Le chef des talibans promeut un accord "politique" en Afghanistan, malgré leurs succès militaires

  Le chef des talibans promeut un accord Le chef des talibans a répété dimanche, dans un message à l'occasion de l'Aïd el Adha, rester "résolument favorable à un règlement politique" en"Au lieu de compter sur les étrangers, résolvons nos problèmes entre nous (Afghans) et sauvons notre patrie de la crise qui prévaut", poursuit Hibatullah Akhundzada dans ce message à l'occasion de la fête musulmane du Sacrifice qui dure trois jours à partir du 20 juillet.

« Les États - Unis ont intensifié leurs frappes aériennes en soutien aux forces afghanes ces derniers jours et nous sommes prêts à continuer ce haut niveau de soutien dans les jours à venir, si les talibans continuent leurs attaques », a déclaré le général Kenneth McKenzie, patron du Commandement central de l'armée américaine (Centcom). Les talibans se sont emparés depuis presque trois mois de vastes portions rurales de l'Afghanistan, à la faveur d'une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, coïncidant avec le début du retrait définitif des forces internationales du pays, désormais

Les États - Unis vont poursuivre leurs frappes aériennes en soutien aux forces afghanes si les talibans poursuivent l'offensive qu'ils mènent depuis début mai en Afghanistan, a averti dimanche à Kaboul le chef des opérations militaires américaines dans ce pays. • À lire aussi: Ottawa offre l’asile aux interprètes afghans. « Les États - Unis ont intensifié leurs frappes aériennes en soutien aux forces afghanes ces derniers jours et nous sommes prêts à continuer ce haut niveau de soutien dans les jours à venir, si les talibans continuent leurs attaques », a déclaré le général Kenneth McKenzie, patron du

Le général Kenneth McKenzie, qui dirige l'organe de contrôle des forces américaines dans la région, lors d'une conférence de presse, à Kaboul, le 25 juillet 2021. © REUTERS - STAFF Le général Kenneth McKenzie, qui dirige l'organe de contrôle des forces américaines dans la région, lors d'une conférence de presse, à Kaboul, le 25 juillet 2021.

Washington pourrait bien continuer ses frappes aériennes sur l'Afghanistan si l'offensive des talibans commencée au mois de mai se poursuit. Alors que les troupes américaines plient bagage, les forces de Kaboul n'offrent qu'une faible résistance face aux talibans.

« Les États-Unis ont intensifié leurs frappes aériennes en soutien aux forces afghanes ces derniers jours et nous sommes prêts à continuer ce haut niveau de soutien dans les jours à venir, si les talibans continuent leurs attaques », a déclaré dimanche le général Kenneth McKenzie, patron du Commandement central de l'armée américaine (Centcom)

Afghanistan: des ambassades étrangères appellent les talibans à cesser leur offensive

  Afghanistan: des ambassades étrangères appellent les talibans à cesser leur offensive Une quinzaine de représentations diplomatiques à Kaboul ont appelé lundi, au lendemain de deux jours de pourparlers infructueux à Doha, les talibans à cesser leur offensive en Afghanistan, laquelle contredit "leur soutien affirmé à un règlement négocié" du conflit.Dans un communiqué, la délégation de l'Union européenne, du bureau du haut représentant civil de l'Otan en Afghanistan et quinze ambassades majoritairement occidentales, appellent "à la fin urgente de l'offensive militaire en cours des talibans, qui entrave les efforts pour parvenir à une solution négociée au conflit".

Les Etats - Unis et les talibans ont signé, samedi 29 février à Doha, au Qatar, un accord historique qui doit permettre le retrait sous quatorze mois des troupes américaines d’Afghanistan après dix-huit ans de présence — la plus longue guerre des Etats - Unis — et l’ouverture de négociations de paix avec le gouvernement afghan. « La réduction des violences va continuer avec pour but d’atteindre un cessez-le-feu complet », a ajouté le président afghan dimanche en début de journée lors d’une conférence de presse à Kaboul, précisant que les talibans avaient été informés de cette décision par le général américain

Les États - Unis réaffirment leur volonté de continuer à mener des opérations militaires en Afghanistan, avec le consentement de la République islamique d'Afghanistan, afin de perturber et de dégrader les efforts d'Al-Qaida, de État islamique et d'autres groupes ou individus terroristes internationaux pour En énumérant al-Qaïda, État islamique et les « groupes terroristes internationaux », les États - Unis ont intentionnellement omis les attaques par les Talibans . La première partie du point F de l’accord américain avec les Talibans dit : Les États - Unis et leurs alliés s'abstiendront de toute menace ou

Les talibans se sont emparés depuis presque trois mois de vastes portions rurales de l'Afghanistan, à la faveur d'une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, coïncidant avec le début du retrait définitif des forces internationales du pays, désormais quasiment achevé. Les forces afghanes n'ont offert jusqu'ici qu'une faible résistance et ne contrôlent plus pour l'essentiel que les capitales provinciales et les principaux grands axes.

Poursuite du soutien après le 31 août

Après une relative accalmie sur le terrain durant les trois jours de l'Aïd el-Adha, la fête musulmane du Sacrifice, les autorités afghanes ont annoncé avoir lancé de multiples opérations militaires depuis vendredi dans une quinzaine de provinces pour tenter de reprendre du terrain. Elles ont décrété samedi un couvre-feu nocturne sur l'ensemble du territoire à l'exception de trois provinces, dont celle de Kaboul.

Afghanistan: les autorités décrètent un couvre-feu sur l'essentiel du territoire

  Afghanistan: les autorités décrètent un couvre-feu sur l'essentiel du territoire Les autorités afghanes, confrontées depuis deux mois à une vaste offensive des talibans qu'elles peinent à enrayer, ont décrété samedi un couvre-feu nocturne sur l'ensemble du territoire à l'exception de trois provinces, dont celle de Kaboul."Afin d'endiguer la violence et de limiter les mouvements des talibans, un couvre-feu est décrété dans 31 provinces du pays" qui en compte 34, indique le ministère afghan de l'Intérieur dans un communiqué, précisant que seules les provinces de Kaboul, du Panchir (nord-est) et de Nangarhar (est) ne sont pas concernées.

Trump promet de frapper les Taliban "plus fort" que jamais. Le président américain Donald Trump a, de son côté, prononcé un discours depuis le Pentagone en présence de proches des victimes des attentats perpétrés par l'organisation jihadiste Al-Qaïda, alors protégée par les taliban afghans. "Au cours des quatre derniers jours, nous avons frappé notre ennemi plus fortement que nous ne l'avions jamais fait, et cela va continuer ", a lancé Donald Trump lors de cette cérémonie. Si les jihadistes "reviennent dans notre pays, on les suivra où qu'ils soient, on utilisera notre puissance, comme on ne

Les États - Unis pourraient soulever la question auprès de la Commission spéciale de vérification. Il faut remarquer que la Russie n’a jamais menacé les États - Unis d’action militaire. Les Russes n’ont jamais déployé de forces militaires à proximité des côtes étasuniennes, ni incité à toutes ces sanctions sans fin et ces guerres commerciales. En révélant les violations d’accords internationaux des États - Unis , ils n’ont jamais dit se réserver l’option de recourir à la force.


Vidéo: Suite au retrait des États-Unis, les Taliban peuvent-ils reprendre le pouvoir en Afghanistan ? (France 24)

« Nous allons continuer à soutenir les forces afghanes, même après le 31 août », date-butoir annoncée de la fin du retrait des forces américaines, a ajouté le général McKenzie. « Cela se fera généralement depuis l'extérieur du pays. Et cela sera un changement significatif ». Le patron du Centcom a aussi annoncé qu'après cette date, les États-Unis « continueraient de fournir un important soutien logistique, en particulier à l'aviation afghane », en Afghanistan ou sur des bases du Centcom.

La récente avancée éclair des talibans fait craindre que les talibans ne s'emparent à nouveau du pouvoir, quasiment 20 ans exactement après en avoir été chassés fin 2001 par une coalition internationale menée par les États-Unis.

Afghanistan: Les attaques des talibans en forte augmentation depuis l'annonce du départ des Etats-Unis

  Afghanistan: Les attaques des talibans en forte augmentation depuis l'annonce du départ des Etats-Unis La récente avancée éclair des talibans fait craindre qu’ils ne s’emparent à nouveau du pouvoir © CHINE NOUVELLE/SIPA L'armée afghane combat les talibans à Kandahar, le 23 juillet 2021. GUERRE - La récente avancée éclair des talibans fait craindre qu’ils ne s Les attaques des talibans contre le gouvernement afghan ont fortement augmenté depuis la signature en février 2020 de l’accord conclu entre les Etats-Unis et les insurgés qui a conduit au retrait des forces étrangères du pays, selon un rapport officiel américain publié jeudi.

Mardi dans un communiqué, les talibans ont même menacé de suspendre les pourparlers engagés avec les États - Unis pour tenter de mettre un terme à 17 ans de conflit. Évoquant lors d'une rencontre à Doha en novembre des discussions centrées sur le « retrait des forces étrangères » et sur le fait que l'Afghanistan ne devienne pas une nouvelle base arrière terroriste, les talibans ont accusé les États - Unis de « s'écarter de ce Les États - Unis ne sont pas le seul pays à oeuvrer dans ce ballet diplomatique. La Russie et l'Iran ont organisé ces derniers mois des rencontres avec les talibans .

RT : Les Etats - Unis sont présents en Afghanistan depuis la fin de 2001. Près de 15 ans après leur intervention, est-ce que la situation dans le pays s’est peu ou prou améliorée ? John Wight : L’opération américaine Liberté Immuable pourrait tout à fait être rebaptisé officiellement Echec immuable. Le fait que les talibans intensifient maintenant des opérations de plus en plus efficaces dans le nord du pays, loin des affrontements qui ont lieu dans le sud, montre l’ampleur de la façon dont les Etats - Unis ont perdu ce pays.

« Solution politique »

Les États-Unis ont signé en février 2020 à Doha, au Qatar, un accord historique avec les talibans prévoyant le retrait de tous les soldats étrangers d'Afghanistan en échange de la fin des attaques contre les troupes internationales et l'ouverture de négociations directes entre insurgés et autorités de Kaboul.

Le gouvernement afghan et les négociateurs talibans se sont rencontrés ces dernières semaines à Doha, mais les pourparlers entamés en septembre dernier n'ont connu aucune avancée, les deux camps s'accusant mutuellement de ne pas vouloir la paix. Le général McKenzie a toutefois estimé qu'« il y a une voie pouvant conduire à une solution politique à cette guerre ».

À lire aussi : Afghanistan: en pleine offensive, le chef des talibans «favorable à un règlement politique»

Dans les faubourgs de Kandahar, la grande ville du sud de l'Afghanistan, quelque 22 000 familles ont déjà fui leur domicile en raison des combats de ces dernières semaines. Forte de plus de 650 000 habitants, Kandahar est la deuxième ville du pays derrière Kaboul. Les talibans en avaient fait le centre de leur régime, basé sur une interprétation ultrarigoriste de l'islam, qui régna sur l'Afghanistan entre 1996 et 2001.

(Avec AFP)

l'ONU exhorte les parties belligérantes en Afghanistan pour protéger les civils .
Les Nations Unies ont appelé les parties en guerre de l'Afghanistan à faire davantage pour les civils protéger, avertissant que l'impact des tirs « aveugles » et les raids aériens sera « catastrophique ».

usr: 0
C'est intéressant!