•   
  •   

Monde Tunisie: Kaïs Saïed s'adresse aux Tunisiens, mais ne répond pas à toutes les interrogations

04:55  29 juillet  2021
04:55  29 juillet  2021 Source:   rfi.fr

Tunisie : le président s’arroge le pouvoir exécutif, Ennahdha condamne un «coup d’Etat contre la révolution»

  Tunisie : le président s’arroge le pouvoir exécutif, Ennahdha condamne un «coup d’Etat contre la révolution» Tunisie : le président s’arroge le pouvoir exécutif, Ennahdha condamne un «coup d’Etat contre la révolution»« Selon la Constitution, j’ai pris des décisions que nécessite la situation afin de sauver la Tunisie, l’Etat et le peuple tunisien », a déclaré M. Saied à l’issue d’une réunion d’urgence au Palais de Carthage avec des responsables des forces de séucirté. « Nous traversons des moments très délicats dans l’histoire de la Tunisie », a-t-il ajouté. Il a annoncé qu’il gelait les activités du Parlement, et démettait de ses fonctions le chef du gouvernement Hichem Mechichi.

Le président Kaïs Saïed -ici en 2019 -, s'est adressé aux Tunisiens ce mercredi 28 juillet, dans une allocution télévisée. © REUTERS/Zoubeir Souissi Le président Kaïs Saïed -ici en 2019 -, s'est adressé aux Tunisiens ce mercredi 28 juillet, dans une allocution télévisée.

Trois jours après le coup de force du président tunisien, qui s'est octroyé le pouvoir exécutif et a suspendu le Parlement pour 30 jours, Kaïs Saïed s’est adressé à ses concitoyens mercredi 28 juillet dans la soirée, sans toutefois fournir de feuille de route ou le nom d’un nouveau chef du gouvernement.

Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

Il était attendu sur la nomination d’un nouveau chef du gouvernement, mais Kaïs Saïed a préféré botter en touche ce mercredi soir dans son discours. Il a énoncé des mesures qui rappellent fortement son programme électoral de 2019. Kaïs Saïed a dénoncé les 13,5 millions de dinars - soit 4 millions d’euros -, volés par les hommes d’affaires corrompus sous la dictature et leur proposer une forme de réconciliation.

Parlement suspendu, ministres limogés, médias visés... la Tunisie plonge dans l’inconnu

  Parlement suspendu, ministres limogés, médias visés... la Tunisie plonge dans l’inconnu Face aux blocages politiques et au mécontentement populaire, le président tunisien Kais Saïed a limogé le chef du gouvernement et deux ministres. Et les tensions persistent avec le principal parti parlementaire Ennahdha.Cette annonce fait suite aux manifestations de milliers de Tunisiens contre les dirigeants, notamment contre le principal parti parlementaire Ennahdha, dont les désaccords avec la présidence bloquent toute avancée depuis six mois, notamment dans la gestion de la crise sanitaire.


Vidéo: Crise politique en Tunisie : Kaïs Saïed "assume ses responsabilités" (Euronews)

Sont concernées, 460 personnes dont les noms ont été répertoriés dans le rapport d’une commission d’enquête sur la corruption et les violations sous Ben Ali, publiée en 2011. Kaïs Saïed leur propose d’investir dans des projets, hôpitaux ou écoles par exemple, au sein de régions défavorisés. Des projets choisis par ordre de priorité via des comités régionaux populaires.

Soutien de l'UGTT

« Nous ne voulons mettre quiconque en prison mais appliquer le droit du peuple » a-t-il dit. Un texte devrait être publié prochainement pour mettre en vigueur cette décision. Il a également appelé à la baisse des prix des denrées alimentaires, source de souffrance selon ses mots pour de nombreux Tunisiens. Kaïs Saïed s’est entretenu sur ce point dans la journée avec l’UTICA, le syndicat patronal.

Crise politique en Tunisie : le Premier ministre se dit prêt à se retirer

  Crise politique en Tunisie : le Premier ministre se dit prêt à se retirer Le Premier ministre tunisien, Hichem Mechichi, s’est dit prêt, lundi, à céder le pouvoir, alors qu’un nouveau chef du gouvernement devrait être désigné par le président Kaïs Saïed. La veille, ce dernier a limogé l’actuel chef du gouvernement et suspendu les activités du Parlement. En Tunisie le Premier ministre s’engage dans la voie d’une transition pacifique. Au lendemain de son limogeage par le président Kaïs Saïed, qui a également suspendu les activités du Parlement, Hichem Mechichi s'est dit prêt, lundi 26 juillet, à céder le pouvoir au futur Premier ministre désigné par le président.

Aujourd’hui, même si ses actions sont encore contestées par plusieurs forces politiques, le président peut compter sur l’appui des syndicats dont aussi l’UGTT, la puissante centrale syndicale, qui après l’avoir soutenu, va lui proposer une feuille de route dans les jours à venir.

À l’étranger, les inquiétudes sont toujours présentes sur l’issue de cette crise. Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian a appelé mercredi à la nomination rapide d’un chef du gouvernement en Tunisie tout en rassurant sur le soutien de la France pour faire face à la situation sanitaire dans le pays.

► À réécouter : « Aujourd'hui, la Tunisie n'a plus de contre-pouvoir » (Invité international)

"Pas de marche arrière possible" en Tunisie, déclare le président Kaïs Saïed .
Rejetant les appels à l'ouverture de pourparlers sur la crise politique en Tunisie, le président Kaïs Saïed a indiqué, jeudi, qu'il n'y avait "pas de machine arrière" possible. Il a décidé, fin juillet, de suspendre des activités du Parlement pour un mois et de limoger le chef du gouvernement, Hichem Mechich. Le président tunisien Kaïs Saïed a déclaré, jeudi 5 août, qu'il n'y avait "pas de machine arrière" possible suite à sa décision, le mois dernier, de congédier le gouvernement, geler les travaux du Parlement et d'assumer les pouvoirs exécutifs, une démarche que l'opposition a dénoncée comme un coup d'État.

usr: 1
C'est intéressant!