•   
  •   

Monde En Éthiopie, les rebelles tigréens poursuivent leur avancée

19:53  29 juillet  2021
19:53  29 juillet  2021 Source:   rfi.fr

Éthiopie: les propos du Premier ministre sur les rebelles du Tigré font réagir

  Éthiopie: les propos du Premier ministre sur les rebelles du Tigré font réagir La rhétorique ne cesse de s’enflammer en Éthiopie. De plus en plus de réactions surviennent après les propos du Premier ministre Abiy Ahmed. Dimanche, le chef du gouvernement a désigné le mouvement rebelle du Tigré comme une maladie ou encore une plante envahissante. Des propos que certains désignent comme des incitations à la haine. Avec notre correspondant régional à Nairobi, Sébastien Németh Abiy Ahmed était rarement allé aussi loin dans ses attaques verbales.

Des combattants des forces rebelles du Tigré en Éthiopie, juin 2021. © AFP - YASUYOSHI CHIBA Des combattants des forces rebelles du Tigré en Éthiopie, juin 2021.

Plus de huit mois après le début du conflit, l’ancien pouvoir régional et ses forces ont repris une grande partie de la province et sont maintenant entrée dans la province voisine, la zone Amhara. Les rebelles revendiquent plusieurs succès et promettent de continuer leur percée.

Avec notre correspondant régional à Nairobi, Sébastien Németh


Vidéo: En Éthiopie, les forces du Tigré poursuivent leur progression face à l'armée fédérale (France 24)

Les rebelles affirment continuer leur avancée en territoire Amhara. Ce week-end, ils ont revendiqué la prise d’une première ville, Adi Arkay, sans pour autant s’arrêter là. Leur porte-parole affirme désormais que des localités à plus de 100 km au Sud, comme Bere Mariyam, Chew Ber et enfin Zarima ont été prises.

Ethiopie: la région Afar appelle les civils à venir combattre les rebelles du Tigré

  Ethiopie: la région Afar appelle les civils à venir combattre les rebelles du Tigré Les autorités de la région éthiopienne de l'Afar (Nord-Est) ont appelé vendredi la population à prendre les armes contre les rebelles de la région voisine du Tigré, laissant entrevoir un élargissement du conflit qui dure depuis près de neuf mois. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, prix Nobel de la Paix en 2019, a envoyé l'armée fédérale au Tigré en novembre 2020, après des mois de tensions croissante pour destituer les autorités régionales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

« On va continuer à avancer dans toutes les directions. On ira aussi loin que nécessaire. Nous continuerons de pousser tant qu’il y aura de la résistance », a déclaré Getachew Reda. Des informations difficiles à vérifier car les communications sont coupées dans la zone.

En tout cas, les autorités amharas dénoncent des mensonges et parlent de défaites militaires rebelles. Leur président a toutefois appelé les jeunes amharas à s’armer et à combattre. Agegnehu Teshager a demandé une « mobilisation de tous ceux qui possèdent des armes, pour s’engager dans une mission de survie ». Plusieurs sources locales ont alors vu des jeunes volontaires se porter volontaires pour combattre.

Si les informations des forces rebelles sont avérées, alors elles démontreraient une avancée rapide vers la ville stratégique de Debark. Cette localité habituellement utilisée par les touristes amateurs de randonnée, se trouve tout près des monts Simien qui culminent à plus de 4 500m. Une géographie complexe, même si les rebelles tigréens ont l’habitude de ce genre de terrain. Cette chaîne de montagne forme une sorte de barrière naturelle avant une descente vers le Sud, et Gondar elle-même, grand centre urbain de la région Amhara.

Conflit au Tigré : plusieurs corps découverts à la frontière du Soudan et de l'Éthiopie .
Plusieurs corps ont été découverts dans une rivière à la frontière du Soudan et de l'Éthiopie ce week-end. Des témoignages laissent entendre que ce sont des corps de réfugiés tigréens alors que la situation humanitaire est très inquiétante dans la région du Tigré où le gouvernement d’Addis Abeba a envoyé l’armée contre les Forces rebelles du Tigrée. Depuis novembre dernier, deux millions de personnes ont fui cette région. Au moins une trentaine de corps flottaient dans cette rivière qui constitue une sorte de frontière actuellement entre le territoire contrôlé par les forces tigréennes et ceux sous le contrôle des forces Amhara, alliées du gouvernement fédéral éth

usr: 6
C'est intéressant!