•   
  •   

Monde Liban. Un an après l’explosion du port de Beyrouth, une enquête enlisée et un deuil impossible

09:00  04 août  2021
09:00  04 août  2021 Source:   ouest-france.fr

Liban : Najib Mikati a été désigné pour former un nouveau gouvernement

  Liban : Najib Mikati a été désigné pour former un nouveau gouvernement Najib Mikati, ex-Premier ministre, a été chargé lundi 26 juillet de former un nouveau gouvernement, dans le cadre de la crise vécue par le Liban.Lors de consultations parlementaires contraignantes menées par le président Michel Aoun, Najib Mikati, 65 ans, a reçu l'appui de 72 parlementaires, tandis que 42 députés se sont abstenus de le nommer.

Nancy Noun a perdu son frère, Joe Noun, pompier de Beyrouth, lors de l’explosion du port le 4 août 2020. Comme son autre frère William, elle s’est fait tatouer la date fatidique sur le bras et poursuit sa quête de vérité sur les responsabilités de cette catastrophe. © Chloé Domat Nancy Noun a perdu son frère, Joe Noun, pompier de Beyrouth, lors de l’explosion du port le 4 août 2020. Comme son autre frère William, elle s’est fait tatouer la date fatidique sur le bras et poursuit sa quête de vérité sur les responsabilités de cette catastrophe.

Au Liban, un an après la double explosion du 4 août 2020 sur le port de Beyrouth, qui a fait plus de 200 morts et 6 500 blessés, l’enquête est au point mort. Pour les proches et familles de victimes, le deuil est impossible.

Dans un village de montagne à une heure de Beyrouth, le salon de la famille Noun ressemble à un mausolée. Le visage rond et souriant de Joe, l’un des dix pompiers disparus en première ligne de l’explosion il y a un an, est partout.

Liban : la France prête à augmenter la pression sur les responsables politiques

  Liban : la France prête à augmenter la pression sur les responsables politiques La France s'est dite prête, vendredi, à augmenter les "pressions" sur les responsables politiques libanais pour obtenir la formation d'un gouvernement après la nomination d'un nouveau Premier ministre. Parallèlement, l'Union européenne a annoncé être désormais en mesure d'imposer des sanctions ciblées contre les dirigeants libanais responsables du blocage politique. La France poursuit son engagement pour résoudre la crise politique au Liban. Le gouvernement s'est dit prêt, vendredi 30 juillet, à augmenter les "pressions" sur les responsables politiques libanais pour obtenir la formation d'un gouvernement, après la nomination de Najib Mi

Sous un grand portrait, Zeina, sa mère, allume une bougie. Les larmes lui montent à chaque fois qu’elle parle de son fils, mort à 27 ans.On a mis sa photo partout pour continuer à le voir. Même dans la cuisine, sur le frigo, il ne nous quitte pas.

Tannous, le père, enchaîne les cigarettes, le regard vide. Il en est certain, ceux qui ont envoyé les pompiers éteindre l’incendie savaient que le port de Beyrouth, rempli de nitrate d’ammonium, était une bombe à retardement.Je suis brisé, je ne m’habitue pas. On pense que la douleur s’atténue avec le temps, mais c’est l’inverse. Ces dix jeunes ont été jetés au feu et les politiciens continuent de tergiverser, ils ne disent pas la vérité… Nous, on veut juste savoir qui est responsable. Dans notre pays, il n’y a pas de justice », dit-il.

À Beyrouth, l’Hôpital Libanais Geitaoui se reconstruit dans un secteur médical laminé

  À Beyrouth, l’Hôpital Libanais Geitaoui se reconstruit dans un secteur médical laminé Près d’un an après avoir été dévasté par les explosions du 4 août 2020, l’Hôpital Libanais Geitaoui tente de poursuivre sa mission. Une vocation mise à mal par la lente descente aux enfers du secteur médical au Liban, grevé comme l’ensemble du pays par les crises socio-économique et sanitaire. Installés provisoirement au dernier étage de l’Hôpital Libanais Geitaoui, depuis que le secteur réservé à l’administration a été soufflé lors des explosions du 4 août 2020, les co-directeurs de l’établissement, sœur Hadia Abi Chebli, et le professeur Pierre Yared ne peuvent que se remémorer quotidiennement et visuellement cette journée meurtrière et dévastatrice.

Les Noun ont tout de même porté plainte. William, le frère de Joe, et sa sœur Nancy, suivent le dossier. Tous deux se sont fait tatouer la date du 4 août sur l’avant-bras.

Lire aussi : Explosion de Beyrouth. « Ils n’ont pas protégé la population » : des hauts responsables incriminés

Dans toutes les familles, c’est pareil. Les parents ont perdu espoir, mais pas les jeunes. Si on abandonne, les responsables vont se dire : « OK, pas besoin de dire la vérité tout le monde a oublié. » Nous, on va continuer à se battre, et on va y arriver, j’en suis sûr, affirme William.

Le cas des Noun est loin d’être isolé. Au barreau de Beyrouth, 150 avocats bénévoles portent 1 400 plaintes de victimes.

Depuis le 4 août, ces gens-là saignent à blanc, déclare Melhem Khalaf, bâtonnier de Beyrouth. Tout notre travail consiste à redonner espoir aux gens, car la justice est une pierre angulaire. Sans ça, c’est l’avenir de tout le pays qui s’envole.

Liban : face à la précarité, une classe moyenne tentée par l'exil

  Liban : face à la précarité, une classe moyenne tentée par l'exil L'explosion du port de Beyrouth, au Liban, le 4 août 2020, a exacerbé une crise économique et financière d'une ampleur inédite. Un an plus tard, alors que de nombreuses familles plongent dans la précarité, la tentation de quitter le pays se fait de plus en plus forte. Témoignages. À la fin du mois d'août, Fouad et sa famille quitteront le Liban pour Paris. Cet entrepreneur dans les nouvelles technologies a pris sa décision il y a un an, le 4 août 2020. Ce jour-là, 2 750 tonnes de nitrate ont explosé dans le port de la capitale, Beyrouth. En quelques secondes, l'onde de choc a fait 218 morts, 7 000 blessés, et détruit une grande partie de la ville.

Un travail semé d’embûches dans l’un des pays les plus corrompus au monde. Le premier juge d’instruction a été démis de ses fonctions après avoir voulu interroger des députés. Son successeur s’est vu refuser la possibilité d’interroger une dizaine d’élus et hauts fonctionnaires, protégés par des immunités.

Lire aussi : Explosion à Beyrouth. Les autorités libanaises entravent sans scrupule l’enquête, accuse Amnesty

Destination finale : la Syrie ?

Les seuls à avoir partiellement remonté la chaîne de responsabilités qui a mené à l’explosion sont des activistes et des journalistes. Leurs recherches dévoilent un enchevêtrement de sociétés écrans, détenues notamment par des hommes d’affaires syriens, proches du régime de Bachar el-Assad. Selon leurs travaux, le nitrate d’ammonium, à l’origine de la catastrophe de Beyrouth, aurait eu pour destination finale la Syrie, où il devait servir à fabriquer des barils d’explosifs.

Face à l’impasse judiciaire, des manifestations sont attendues ce mercredi pour l’anniversaire de l’explosion. Les Noun, comme les autres familles, comptent bien y faire entendre leur voix. Les coupables doivent rendre des comptes, dit Nancy Noun. Un crime pareil ne peut pas rester impuni.

Liban. Joe Biden annonce 100 millions de dollars d’aide supplémentaire et réclame des réformes .
Le président américain Joe Biden a annoncé mercredi 4 août, près d’un an après l’explosion au Liban, « près de 100 millions de dollars d’aide humanitaire nouvelle » pour ce pays, en enjoignant les responsables politiques libanais à « réformer l’économie et combattre la corruption ».Un an après l’explosion de Beyrouth au Liban qui a fait plus de 200 morts et dont le pays peine toujours à se relever, « près de 100 millions de dollars d’aide humanitaire nouvelle » ont été annoncés par Joe Biden ce mercredi 4 août.

usr: 1
C'est intéressant!