•   
  •   

Monde Ethiopie: au moins 125 civils tués par des rebelles tigréens début septembre

19:20  08 septembre  2021
19:20  08 septembre  2021 Source:   afp.com

Les rebelles tigréens accusent l'Union africaine de «partialité»

  Les rebelles tigréens accusent l'Union africaine de «partialité» Ces propos interviennent trois jours après la nomination par l'organisation régionale d'un médiateur dans la corne de l'Afrique, l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, pour tenter de résoudre le conflit avec l'Éthiopie. La médiation de l'UA dans la corne de l'Afrique commence mal. « Il serait naïf de penser que cette mission puisse marcher », affirme ainsi sur Twitter le porte-parole des rebelles tigréens, trois jours après la nomination par l'organisation régionale d'un médiateur dans la corne de l'Afrique, l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, pour tenter de résoudre le conflit avec l'Éthiopie.

Des rebelles tigréens arrivent dans la capitale du Tigré, Mekele, le 29 juin 2021 © Yasuyoshi Chiba Des rebelles tigréens arrivent dans la capitale du Tigré, Mekele, le 29 juin 2021

Des rebelles tigréens ont tué au moins 125 civils début septembre dans un village de l'Amhara, région du nord de l'Ethiopie gagnée ces derniers mois par le conflit qui fait rage au Tigré voisin, ont affirmé mercredi à l'AFP des médecins locaux.

Distribution alimentaire d'urgence dans le nord de l'Ethiopie, le 23 août 2021 © EDUARDO SOTERAS Distribution alimentaire d'urgence dans le nord de l'Ethiopie, le 23 août 2021

"Il y a eu 125 morts dans le village de Chenna (...) J'ai vu le charnier moi-même", a déclaré à l'AFP Mulugeta Melesa, chef de l'hôpital de la ville voisine de Dabat, située à 25 kilomètres de Chenna.

Éthiopie: USAID met les pendules à l'heure sur les accusations de collusion avec le TPLF

  Éthiopie: USAID met les pendules à l'heure sur les accusations de collusion avec le TPLF L’organisation humanitaire américaine USAID accuse les rebelles tigréens du TPLF d’avoir pillé de la nourriture dans le nord de l’Éthiopie. Avec notre correspondant à Addis-Abeba, Noé Hochet-Bodin Les rebelles ont mené une offensive dans la région voisine, Amhara. Et les accusations se sont multipliés envers les États-Unis. D’abord car Washington menace l’Éthiopie de sanction mais aussi car des soldats du TPLF ont été retrouvés avec de la nourriture de l’agence humanitaire éthiopienne. Accusée de collusion, voire même de soutien actif aux rebelles du Tigré, l’agence humanitaire américaine a tenu à rétablir les faits à la télévision publique éthiopienne.

Les habitants "cherchent toujours des cadavres dans les environs" et "le décompte est toujours en cours", a-t-il ajouté.

Le nord de l'Ethiopie est le théâtre de violents combats depuis novembre, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigré pour destituer les autorités régionales dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Cette intervention répondait selon lui à des attaques contre des camps militaires fédéraux orchestrées par le TPLF.

Ethiopie © Aude GENET Ethiopie

Le Prix nobel de la Paix 2019 a déclaré la victoire fin novembre après la prise par les soldats éthiopiens de la capitale régionale Mekele mais le conflit s'est ensuite enlisé et fin juin, les forces rebelles pro-TPLF ont repris le contrôle de l'essentiel du Tigré.

Ethiopie: au moins 125 civils tués par des rebelles tigréens début septembre

  Ethiopie: au moins 125 civils tués par des rebelles tigréens début septembre Des rebelles tigréens ont tué au moins 125 civils début septembre dans un village de l'Amhara, région du nord de l'Ethiopie gagnée ces derniers mois par le conflit qui fait rage au Tigré voisin, ont indiqué mercredi des médecins. Les rebelles ont abattu des civils pendant plusieurs jours début septembre avant de battre en retraite, a-t-il indiqué. Certains des blessés ont été transportés à l'hôpital universitaire de la ville de Gondar."Les cadavres n'arrivent pas ici, mais il y a des civils blessés ici", a déclaré Ashenafi Tazebew, directeur adjoint de l'hôpital de Gondar.

Elles ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar afin de mettre fin à ce qu'elles décrivent comme un blocus humanitaire du Tigré et pour empêcher les forces pro-gouvernementales de se regrouper.

Cette propagation des combats, qui a fait des centaines de milliers de déplacés, s'est accompagnée d'accusations d'exécutions sommaires et de bombardements aveugles par les rebelles, démenties par le TPLF.

Les responsables du TPLF n'ont pas pu être joints dans l'immédiat mercredi.

- Blessures par balles -

Les habitants de Chenna ont raconté que les forces pro-TPLF contrôlaient le village fin août avant que n'éclatent début septembre des combats avec les troupes pro-gouvernementales, a expliqué à l'AFP Sewunet Wubalem, administrateur du district de Dabat.


Vidéo: Conflit au Tigré en Ethiopie : le gouvernement renforce son armée (France 24)

Tigray rebelles massacre 125 villageois en Amhapa d'Ethiopie: Les médecins

 Tigray rebelles massacre 125 villageois en Amhapa d'Ethiopie: Les médecins se rebelles de Tigray Hit-Hit d'Éthiopie ont tué au moins 125 habitants d'un village de la région voisine d'Amhara plus tôt ce mois-ci avant d'être chassés par des forces favorables au gouvernement, ont annoncé mercredi. © Yasuyoshi chiba Les rebelles Tigrayan ont saisi la capitale régionale Mekele à la fin du mois de juin lors d'un redressement magnifique dans le conflit "Il y avait 125 morts dans le village de Chenna ...

Les rebelles ont abattu des civils pendant plusieurs jours début septembre avant de battre en retraite, a-t-il indiqué.

Certains des blessés ont été transportés à l'hôpital universitaire de la ville de Gondar.

"Les cadavres n'arrivent pas ici, mais il y a des civils blessés ici", a déclaré Ashenafi Tazebew, directeur adjoint de l'hôpital de Gondar.

"Nous avons reçu près de 35 civils, mais je ne suis pas sûr qu'ils soient tous des victimes du massacre de Chenna. La plupart d'entre eux ont des blessures par balle", a-t-il déclaré.

"Pour certains d'entre eux, leurs familles ont été tuées et ils demandent à se rendre aux funérailles", même s'ils ont besoin de soins, a-t-il ajouté.

- "Au-delà de l'imaginable" -

Le gouvernement d'Abiy Ahmed et le TPLF se rejettent la responsabilité de la situation humanitaire catastrophique dans le Nord de l'Ethiopie.

Selon l'ONU, au moins 400.000 personnes vivent dans des conditions proches de la famine au Tigré et en Afar et l'Amhara, 1,7 million de personnes sont confrontées à la faim.

Ethiopie dit que Tigray rebelles a été acheminée 'dans Afar; Rebels Deny

 Ethiopie dit que Tigray rebelles a été acheminée 'dans Afar; Rebels Deny Éthiopie a déclaré jeudi que les rebelles de la guerre Tigray avaient été acheminés de la région voisine de Afar, comme les deux côtés négociaient des victimes civiles lors d'un "massacre" qui a laissé des scores de personnes mortes.

Les dirigeants du TPLF, qui accusent Addis Abeba d'imposer un blocus de la région depuis qu'ils en ont repris le contrôle, ont affirmé lundi soir que 150 personnes étaient mortes de faim en août et averti qu'un million "risquaient une famine mortelle s'ils étaient privés d'une aide vitale dans les prochains jours".

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante.

L'ONU, l'Union africaine, puissances étrangères et ONG ont appelé à de nombreuses reprises à un accès sans entrave pour les convois humanitaires.

Lundi, la ministre éthiopienne de la Paix, Muferiat Kamil, a réitéré la position du gouvernement selon laquelle le TPLF était la cause des problèmes d'acheminement d'aide. "C'est le TPLF qui asphyxie les check-points, le corridor humanitaire. Ce n'est pas nous", a-t-elle déclaré.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a salué mardi l'arrivée au Tigré de plus d'une centaine de camions transportant nourriture et aide non-alimentaire, le premier convoi en deux semaines.

Mercredi, le porte-parole du Bureau de coordination humanitaire de l'ONU (Ocha), Saviano Abreu, a déclaré mercredi à l'AFP avoir reçu des "rapports non-confirmés de décès" dans des camps de déplacés.

"Nous sommes gravement préoccupés par la situation potentiellement mortelle à laquelle sont confrontées des millions de personnes au Tigré et dans les régions voisines", a-t-il affirmé.

"Il est extrêmement inquiétant que certains produits n'aient pas pu entrer du tout, y compris le carburant sans lequel nous ne pouvons pas poursuivre nos opérations", a déclaré Abreu, en mettant en garde: "Les conséquences de l'inaction sont au-delà de l'imaginable".

rcb/sva/sba

Ethiopie: après le massacre de Chenna, un village vide où règne l'odeur de la mort .
La route menant à Chenna est jonchée de cadavres. Ce village de montagne du nord de l'Ethiopie, théâtre d'un des plus atroces massacres du conflit qui ravage la région, est désormais vide: les habitants ont fui la putride odeur de la mort.La semaine dernière, le gouvernement a accusé les forces rebelles soutenant le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) d'y avoir massacré 200 civils, dont des femmes et des enfants, avant de battre en retraite. Des médecins ont fait état à l'AFP d'un bilan provisoire de 125 morts.

usr: 0
C'est intéressant!