•   
  •   

Monde L'Irlande organise un référendum pour supprimer le délit de blasphème

22:05  13 juin  2018
22:05  13 juin  2018 Source:   lefigaro.fr

Irlande-Londres s'en tient à un "backstop" limité dans le temps

  Irlande-Londres s'en tient à un Le gouvernement britannique insiste pour que son plan de "backstop" visant à éviter le rétablissement d'une frontière "dure" entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande soit limité dans le temps et espère qu'un accord définitif se mettra en place d'ici la fin décembre 2021, un an après la fin de la "période de transition".Le projet de la Première ministre Theresa May consiste à maintenir l'ensemble du Royaume-Uni au sein de l'union douanière avec l'UE après la période de transition post-Brexit, censée s'achever en décembre 2020, si le traité fixant les conditions du retrait britannique tardait à entrer en application.

Le ministre de la Justice irlandais a annoncé ce mardi l'organisation d'un référendum pour supprimer le délit de blasphème, inscrit dans la loi depuis 2009.

figarofr: Le dernier pays européen à avoir abrogé le délit de blasphème fut le Danemark. © Clodagh Kilcoyne/REUTERS Le dernier pays européen à avoir abrogé le délit de blasphème fut le Danemark.

Après la réponse positive des Irlandais sur la légalisation de l'avortement, le gouvernement ne compte pas s'arrêter là sur la voie de la modernité. Prochaine étape: l'abrogation du délit de blasphème. Mardi, le ministre de la Justice et de l'égalité irlandais a annoncé l'organisation d'un référendum afin de le supprimer de la Constitution. «Supprimer cette disposition nous permettra d'envoyer un message puissant au monde en montrant que le délit de blasphème ne reflète pas les valeurs irlandaises, et que nous estimons que de telles lois ne devraient pas exister», a affirmé Charlie Flanagan. Le référendum devrait avoir lieu en octobre, au même moment que les prochaines élections présidentielles.

IVG: la Cour suprême d'Irlande du Nord refuse de trancher

  IVG: la Cour suprême d'Irlande du Nord refuse de trancher La majorité des sages jugent la loi sur l'IVG contraire aux droits de l'homme, ils n'arrivent pourtant pas à statuer et Londres pourrait être contrainte d'engager une réforme.

Le dernier pays européen à abroger le délit de blasphème fut le Danemark en 2017. Si les textes de loi allemands, polonais, ou encore italiens sanctionnent encore les atteintes à la religion, ceux-ci sont cependant tombés en désuétude, et les poursuites sont peu nombreuses. En Irlande, le délit de blasphème existe dans la Constitution depuis 1937 mais n'a fait son entrée dans la loi ordinaire qu'en 2009.

» LIRE AUSSI - En Irlande, l'influence de l'Église catholique marque le pas

Jusqu'en 1999, aucune loi d'application n'était prévue pour le faire respecter. À cette date, la Cour Suprême fut amenée à statuer sur une caricature publiée dans The Irish Independent, représentant un prêtre pendant la communion. Un texte de loi apparut alors nécessaire. Il verra le jour dix ans plus tard: en 2009, le ministre de la Justice de l'époque, Dermot Ahern, fait voter une loi sur la diffamation, dont l'article 36 prévoit une amende maximum de 25.000 euros pour toute «publication ou propos extrêmement abusifs ou insultants vis-à-vis d'éléments considérés comme sacrés par une religion, et causant un outrage à un nombre substantiel de fidèles de cette religion».

Les Irlandais du Nord divisés sur le maintien dans le Royaume-Uni

  Les Irlandais du Nord divisés sur le maintien dans le Royaume-Uni Quarante-cinq pour cent des Irlandais du Nord sont favorables au maintien de la province dans le Royaume-Uni, 42,1% appuient l'idée d'une intégration au sein de la République d'Irlande et 12,7% ne se prononcent pas, selon un sondage Lucid Talk pour la BBC. La question de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République est depuis plusieurs mois au centre du débat sur le Brexit.Un peu plus de 25% des personnes interrogées reconnaissent qu'elles étaient jusqu'en 2016 favorables au maintien de la province au sein du Royaume-Uni mais que la victoire du "oui" au référendum sur le Brexit a fortement ébranlé leur conviction.

Une loi jamais appliquée

En pratique, cet article n'a jamais engendré de poursuites et aucun Irlandais n'a été condamné pour propos blasphématoires depuis 1855. De fait, la pertinence de cette loi a souvent été discutée. Dès la fin de l'année 2014, soit un peu plus de quatre ans après son entrée en vigueur, le gouvernement d'Enda Kenny envisageait d'organiser un référendum pour la supprimer et la remplacer par un texte sanctionnant la haine raciale, avant de faire volte-face.

Le 14 janvier 2015, 1.500 exemplaires de l'hebdomadaire Charlie Hebdo sont vendus en Irlande alors que sa Une représente une caricature du prophète Mahomet. Le débat est relancé. «La vente de ce journal porte atteinte à la loi irlandaise. Elle est blasphématoire et illégale», écrit Ahmed Hasain, représentant à Dublin du Centre culturel islamique, dans le quotidien britannique The Guardian. Quelques semaines plus tard, quarante personnalités ont remis au premier ministre une lettre ouverte dans laquelle ils réclamaient l'abrogation de la loi.

Les citoyens irlandais seront finalement amenés à se prononcer sur l'utilité de cette disposition au mois d'octobre. Pour Charlie Flanagan, il s'agit d'une «étape importante pour la réputation internationale de l'Irlande», alors que celle-ci était encore considérée comme l'un des pays les plus conservateurs d'Europe il y a quelques décennies.

Allianz dément vouloir supprimer 5.000 postes en Allemagne .
Allianz a démenti jeudi un article de Manager Magazin disant que l'assureur allemand allait supprimer au moins 5.000 postes en Allemagne. "Ce chiffre est faux. Il est inventé de toutes pièces", a dit un porte-parole du groupe, numéro un du secteur en Europe.Allianz s'efforce d'améliorer sa productivité avec à la fois une automatisation et une numérisation de ses activités, évolution qui se traduira au bout du compte par une diminution du nombre de postes, a poursuivi le porte-parole. © REUTERS/Charles Platiau ALLIANZ DÉMENT VOULOIR SUPPRIMER 5.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!