•   
  •   

Monde Syrie : des preuves trouvées sur des attaques chimiques en mars 2017

22:50  13 juin  2018
22:50  13 juin  2018 Source:   lejdd.fr

Attentats de 2015 : un suspect belge inculpé pour complicité dans la préparation des attaques (parquet de Paris)

  Attentats de 2015 : un suspect belge inculpé pour complicité dans la préparation des attaques (parquet de Paris) Un suspect belge remis à la France mardi a été inculpé pour complicité dans la préparation des attentats jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris et écroué, a indiqué le parquet de Paris à l'AFP.Arrêté en mars 2016 en Belgique, Yassine Atar, 31 ans, est le frère d'Oussama Atar, un vétéran du jihad soupçonné d'avoir piloté ces attaques depuis la Syrie et qui n'a jamais été interpellé.

Du sarin et du chlore ont été utilisés dans deux attaques dans le Sud de la Syrie en mars 2017, a annoncé mercredi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), rattachée aux Nations unies.

Du sarin et du chlore ont été utilisés dans deux attaques dans le Sud de la Syrie en mars 2017, a annoncé mercredi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), rattachée aux Nations unies. © Reuters Du sarin et du chlore ont été utilisés dans deux attaques dans le Sud de la Syrie en mars 2017, a annoncé mercredi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), rattachée aux Nations unies.

Deux mois après l'attaque chimique supposée du régime de Bachar el-Assad à Douma et à la suite desquelles les occidentaux avaient riposté par des frappes aériennes, une organisation onusienne a annoncé mercredi avoir des preuves d'autres attaques chimiques qui ont eu lieu, elles, en mars 2017. Selon l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), du sarin et du chlore ont été utilisés dans deux attaques dans le Sud de la Syrie. "Du sarin a très probablement été utilisé comme arme chimique à Latamné, en Syrie, le 24 mars 2017", indique ainsi un communiqué de l'OIAC.

Syrie: l'EI reprend une partie d'une ville clé grâce à une vaste offensive

  Syrie: l'EI reprend une partie d'une ville clé grâce à une vaste offensive Le groupe Etat islamique (EI) a repris vendredi une partie de la ville syrienne clé de Boukamal contrôlée par le régime en lançant une série d'attaques suicide meurtrières, l'offensive la plus importante menée depuis des mois par l'organisation jihadiste en Syrie. L'EI avait perdu en novembre 2017 Boukamal, le dernier centre urbain qu'il contrôlait dans le pays en guerre après de multiples défaites infligées par le régime et ses alliés d'une part et les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les Etats-Unis de l'autre.

"La FFM [la mission d'enquête de l'OIAC] a également conclu que du chlore avait très probablement été utilisé comme arme chimique à l'hôpital de Latamné et ses environs le 25 mars 2017", complète le communiqué. L'an dernier, le directeur général de l'OIAC Ahmet Üzümcü avait également confirmé l'usage de sarin dans une troisième attaque à Latamné datant du 30 mars 2017.

L'organisation onusienne enquête désormais sur l'attaque de la Douma

Latamné est située à une vingtaine de kilomètres au sud de Khan Cheikhoun, une localité alors contrôlée par des rebelles et des djihadistes dans la province d'Idleb, cible cinq jours après, le 4 avril 2017, d'un raid aérien ayant fait 83 morts selon l'ONU. En riposte à ces attaques, dans la nuit du 6 au 7 avril, 59 missiles de croisière Tomahawk avaient été tirés par deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne syrienne d'Al-Chaayrate. Les Etats-Unis, présidées depuis quelques mois par Donald Trump, accusaient déjà le régime de Bachar el-Assad.

Un couple soupçonné d’avoir séjourné en Syrie en garde à vue dans les locaux de la DGSI

  Un couple soupçonné d’avoir séjourné en Syrie en garde à vue dans les locaux de la DGSI Le couple a été interpellé par la DGSI et placé en garde à vue mardi 5 juin 2018. © Fournis par Francetv info Un couple de Tchétchènes, soupçonné d’avoir séjourné en Syrie, a été interpellé en France par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et placé en garde à vue mardi 5 juin, a appris franceinfo de source proche de l’enquête vendredi 8 juin 2018.Leur arrestation s’est déroulée pour l'un dans le Puy-de-Dôme et pour l'autre, en Moselle.

"Les conclusions des incidents du 24 mars et du 25 mars se fondent sur différents témoignages, des analyses épidémiologiques et des échantillons environnementaux, affirme le communiqué de l'OIAC mercredi. La collecte d'informations et de matériel, les questions posées aux témoins ainsi que l'analyse des échantillons ont requis plus de temps pour tirer des conclusions."

L'Organisation a par ailleurs annoncé en mai que ses experts avaient fini de prélever des échantillons dans la ville syrienne de Douma, où l'attaque chimique supposée d'avril dernier avait fait au moins 40 morts, selon des secouristes. Les conclusions de l'enquête de l'OIAC n'ont pas encore été rendues publiques dans ce dossier.


AUSSI SUR MSN : Syrie : l'OIAC confirme l'utilisation de chlore dans une attaque en février


Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Mondial 2018 : les joueurs anglais attaqués par... des moustiques (vidéo) .
Lundi soir, l'Angleterre affrontait la Tunisie pour son entrée dans le Mondial 2018. Les joueurs anglais ont été très perturbés par une attaque de moustiques juste après la mi-temps. Des images à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.Il règne une chaleur inhabituelle sur la Russie depuis le début de la Coupe du monde 2018. Résultat, les conditions de jeu ne sont pas forcément celles auxquelles les sélections s'attendaient et les joueurs doivent s'habituer. Au delà de la chaleur et des problèmes de luminosité (qui aveugle les gardiens en journée), les nuisibles font également leur entrée en jeu. La preuve hier soir lors du match entre l'Angleterre et la Tunisie.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!