•   
  •   

Monde Violences à Gaza: l'ONU adopte un texte condamnant Israël

03:55  14 juin  2018
03:55  14 juin  2018 Source:   msn.com

Netanyahu en visite en France pour convaincre Macron d'isoler l'Iran

  Netanyahu en visite en France pour convaincre Macron d'isoler l'Iran Après l’Allemagne, Benyamin Netanyahu est en France ce mardi 5 juin, avant de rejoindre le Royaume-Uni mercredi. Le Premier ministre israélien veut convaincre ces pays de sortir de l'accord sur le nucléaire iranien, comme l'ont fait les Etats-Unis. Netanyahu veut isoler l'Iran, « une menace absolue », selon lui. L'Iran est une menace pour la sécurité d'Israël, martèle Benyamin Netanyahu. Les dernières déclarations du Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, qualifiant Israël de « cancer qu'il faut éradiquer », lui donnent une occasion inespérée de faire passer son message : « Il ne faut plus négocier avec Téhéran ».

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, le 30 mai 2018 à New York © Fournis par AFP Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, le 30 mai 2018 à New York

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté mercredi un projet de résolution, auquel les Etats-Unis étaient opposés, condamnant Israël pour la récente flambée de violences meurtrières à Gaza, tout en rejetant un amendement américain mettant en cause le Hamas dans ces mêmes violences.

Le projet de résolution, soutenu par pays arabes, a été adopté par 120 voix sur 193, avec huit votes contre et 45 abstentions.

La France fait partie des 12 pays européens qui ont donné leur voix à ce texte, rejoints notamment par la Russie et l'Espagne.

En Israël, les cerfs-volants en feu lancés depuis Gaza attisent la colère du gouvernement

  En Israël, les cerfs-volants en feu lancés depuis Gaza attisent la colère du gouvernement En Israël, le gouvernement se mobilise contre des cerfs-volants en feu, lancés depuis la bande de Gaza et devenus le symbole de la contestation palestinienne.  En Israël, des cerfs-volants enflammés, lancés depuis la bande de Gaza, déclenchent des départs de feux qui inquiètent de plus en plus le gouvernement. Depuis fin mars, selon les autorités, 200 envois palestiniens ont incendié 900 hectares de champs et de réserves naturelles.À quelques dizaines de mètres de la frontière avec Gaza, sur la route du kibboutz de Nahal Oz, des marques noires, autant de signes d’incendies, apparaissent dans les champs de blé.

L'amendement introduit par Washington pour condamner les islamistes du Hamas n'a pour sa part pas recueilli les deux-tiers des voix nécessaires pour être adopté (62 votes pour, 58 contre, 42 abstentions).

Les pays arabes se sont tournés vers l'Assemblée générale après que Washington a utilisé son veto au Conseil de sécurité pour bloquer cette résolution décrite par son ambassadrice, Nikki Haley, comme étant "grossièrement biaisée" contre Israël.

Le texte appelle à l'adoption de mesures pour protéger les civils palestiniens, après qu'au moins 129 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza par des tirs israéliens depuis fin mars, le début de manifestations le long de la clôture frontalière. Aucun Israélien n'a été tué.

Une centaine de blessés à la frontière entre Gaza et Israël

  Une centaine de blessés à la frontière entre Gaza et Israël Les soldats israéliens ont tiré à balles réelles et lancé des grenades lacrymogènes pour disperser vendredi des manifestants à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, faisant une centaine de blessés, a-t-on appris de sources médicales. L'armée israélienne a indiqué qu'elle était intervenue pour disperser des milliers de personnes rassemblées près de la clôture qui marque la frontière. Des manifestants ont brûlé des pneus et lancé des pierres en direction des soldats, ajoute-t-elle.

Les Etats-Unis et Israël ont vivement critiqué le texte, présenté par l'Algérie et la Turquie au nom de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), au motif qu'il ne mentionne pas les islamistes du Hamas, qui contrôlent Gaza.

"Le sport politique favori de certains est d'attaquer Israël. C'est pour cela que nous sommes ici aujourd'hui", a déclaré mercredi Nikki Haley.

L'ambassadeur israélien à l'ONU Danny Danon a pour sa part dénoncé "une volonté de nous retirer notre droit élémentaire à nous protéger".

La résolution déplore un usage "excessif, disproportionné et indiscriminé de la force par les forces israéliennes contre les civils palestiniens" mais critique aussi "le tir de roquettes de la bande de Gaza contre des zones civiles israéliennes".

Elle charge le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de préparer des propositions en vue d'"un mécanisme de protection international" pour les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie occupée.

Abbas prié de lever les sanctions instaurées contre Gaza

  Abbas prié de lever les sanctions instaurées contre Gaza Des centaines de manifestants ont bravé les interdictions en défilant mercredi dans les rues de Ramallah pour exiger du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qu'il lève les sanctions qui visent la bande de Gaza. En avril 2017, Mahmoud Abbas a réduit de 30% les salaires des milliers de fonctionnaires travaillant dans la bande de Gaza contrôlée depuis 2006 par le mouvement islamiste Hamas, adversaire du Fatah, parti dont le président palestinien est issu."Nous somme venus pour manifester contre les sanctions imposées à Gaza par le président Mahmoud Abbas.

Ces propositions pourraient aller de la mise en place d'une mission d'observation à une véritable force de maintien de la paix, mais chacune de ces options devrait nécessairement être approuvée par le Conseil de sécurité, où Washington a un droit de veto.

- "Gaza n'est pas Jérusalem" -

Pour tenter de contrer l'initiative arabe, les Etats-Unis avaient introduit un amendement condamnant le Hamas pour le tir de roquettes sur Israël et pour avoir "incité à la violence" le long de la frontière, selon un texte consulté par l'AFP.

Contrairement à celles du Conseil de sécurité, les résolutions de l'Assemblée générale ne sont pas contraignantes et il n'y a pas de veto.

L'Assemblée générale de l'ONU avait tenu un vote tout aussi conflictuel sur le conflit israélo-palestinien en décembre, quand elle avait rejeté la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade de son pays.

Nikki Haley avait averti à l'époque que Washington était en train de "noter les noms" des pays ayant soutenu la résolution, adoptée à 128 voix contre 9, avec 35 abstentions.

Soutenus par les pays arabes, les Palestiniens ont fait du lobbying pour rallier autant de voix que celles rassemblées pour le vote sur Jérusalem. En vain, puisque la nouvelle résolution a obtenu huit voix de moins.

Les diplomates occidentaux s'attendaient à un grand nombre d'abstentions.

"Gaza n'est pas Jérusalem", avait dit l'un d'entre eux, affirmant que le consensus était plus fort sur la nécessité d'une solution négociée sur Jérusalem que sur la responsabilité des morts palestiniens à Gaza.

L'impasse persiste au Conseil de sécurité sur les moyens de répondre à la violence.

Israël et le Hamas se sont livrés trois guerres, et l'ONU a averti qu'un quatrième conflit pourrait facilement éclater.

Israël frappe 25 cibles dans la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes .
Plusieurs acteurs internationaux s'alarment de la montée des tensions entre Gaza et Israël depuis plusieurs semaines. L'armée israélienne a annoncé avoir frappé dans la nuit de mardi 19 à mercredi 20 juin environ 25 cibles dans la bande de Gaza en riposte à des tirs de roquettes en provenance du territoire palestinien. Selon elle, il y aurait eu environ 30 tirs de projectiles, parmi lesquels des roquettes, au cours de la nuit à partir de la bande de Gaza en direction d'Israël.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!