•   
  •   

Monde Ethiopie: le gouvernement affirme que les rebelles sont "en déroute" dans la région de l'Afar

20:30  09 septembre  2021
20:30  09 septembre  2021 Source:   afp.com

En Éthiopie, un conflit oublié qui s’intensifie et s’étend

  En Éthiopie, un conflit oublié qui s’intensifie et s’étend Dix mois après le début des hostilités au Tigré, le conflit s’intensifie et se propage à deux autres régions. Après la défaite de l’armée fédérale dans la région, les rebelles Tigréens se déplacent vers le sud, en direction de la capitale Addis Abeba. En novembre 2020, le Premier ministre Abiy Ahmed y a déployé l’armée, en accusant les autorités locales d’avoir attaqué une base militaire éthiopienne. Mais le problème de fond repose sur les conflits ethniques. L’Éthiopie est divisée en dix régions, fondées principalement sur les origines ethniques de leurs habitants et chacune jouit d’une très forte autonomie.

Des rebelles pro-TPLF marchent dans Mekele, la capitale régionale du Tigré, en Ethiopie, le 30 juin 2021 © Yasuyoshi Chiba Des rebelles pro-TPLF marchent dans Mekele, la capitale régionale du Tigré, en Ethiopie, le 30 juin 2021

Le gouvernement éthiopien a affirmé jeudi que les rebelles tigréens ont été "mis en déroute" dans la région de l'Afar, où le conflit qui a débuté en novembre au Tigré s'est étendu ces derniers mois.

Les deux camps ont également continué de se rejeter la responsabilité d'un massacre de civils début septembre en Amhara, autre région gagnée par les combats entre l'armée fédérale et les forces loyales aux autorités tigréennes dissidentes issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Tigray Crise 'Set to aggraver considérablement, inverse

 Tigray Crise 'Set to aggraver considérablement, inverse La situation humanitaire dans Tigray Torn War-Torn de l'Éthiopie est fixée à "aggraver considérablement" et à effet mortel, le jeudi de l'ONU a averti le jeudi, blâme un "blocus de l'aide" pour la crise croissante .

Des rebelles pro-TPLF marchent dans Mekele, la capitale régionale du Tigré, en Ethiopie, le 29 juin 2021 © Yasuyoshi Chiba Des rebelles pro-TPLF marchent dans Mekele, la capitale régionale du Tigré, en Ethiopie, le 29 juin 2021

La porte-parole du Premier ministre éthiopien, Billene Seyoum, a affirmé jeudi que le TPLF n'était plus "actif" en Afar, affirmant que les rebelles avaient "subi de lourdes pertes" et été contraints de battre en retraite.

"Les affirmations du TPLF selon lesquelles il s'est retiré de la région Afar, et je le dis sans guillemets, sont fausses. Ils ont été mis en déroute", a déclaré Billene Seyoum, lors d'une conférence de presse.

Les responsables du TPLF n'ont pu être contactés pour réagir directement et les mouvements de troupes dans l'Afar n'ont pu être vérifiés, mais le porte-parole du TPLF, Getachew Reda, a contesté ces affirmations sur Twitter.

Ethiopie dit que plus de camions d'aide entrent dans le coup de guerre Tigray

 Ethiopie dit que plus de camions d'aide entrent dans le coup de guerre Tigray Éthiopie a déclaré samedi que plus de 150 camions d'aide étaient entrés dans Tigray Torn War-Torn au cours des deux derniers jours, après que les Nations Unies avaient averti d'une "catastrophe imminente" dans la région du Nord. .

Carte de l'Ethiopie et de ses régions © Simon MALFATTO Carte de l'Ethiopie et de ses régions

"Abiy et compagnie essaient de faire croire à leurs partisans qu'ils progressent sur les champs de bataille en Amhara et Afar: ce n'est pas le cas", a-t-il déclaré, ajoutant que "des milliers (de combattants) sont nettoyés par nos forces" quotidiennement.

Il a également démenti l'existence d'opérations dans l'Afar, évoquant les combats dans trois villes amhara.

"Il n'y a eu aucun combat en Afar, et les combats dans la région de l'Amhara se déroulent de telle manière qu'Abiy ne pourra s'en sortir avec un mensonge", a-t-il ajouté.

- Commission d'enquête -

Le nord de l'Ethiopie est le théâtre de violents combats depuis novembre, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigré pour destituer les autorités régionales issues du TPLF qu'il accuse d'avoir orchestré des attaques contre des camps militaires.

Ethiopie : des camions d’aide sont arrivés ces derniers jours au Tigré

  Ethiopie : des camions d’aide sont arrivés ces derniers jours au Tigré Alors que le conflit dans la région a mis en péril les populations civiles, l’ONU a dénoncé ces derniers jours «un blocus» de l’aide humanitaire.Et vendredi, l’Union africaine (UA) avait appelé le gouvernement éthiopien à faire «davantage» pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire au Tigré et «garantir que la population ne meure pas de faim». Depuis une semaine, les autorités éthiopiennes ont déployé des efforts «pour mieux coordonner et faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire» vers le Tigré, a indiqué samedi le ministère éthiopien de la Paix.

Le Prix nobel de la Paix 2019 a déclaré la victoire fin novembre, après la prise de la capitale régionale Mekele, mais le conflit s'est ensuite enlisé. Fin juin, les forces pro-TPLF ont repris le contrôle de l'essentiel du Tigré et poursuivi leur offensive en Amhara et en Afar afin de mettre fin à ce qu'elles décrivent comme un blocus humanitaire du Tigré et pour empêcher les forces pro-gouvernementales de se regrouper.

Cette propagation des combats, qui a fait des centaines de milliers de déplacés, s'est accompagnée d'accusations d'exécutions sommaires et de bombardements aveugles par les rebelles, démenties par le TPLF.

Des dirigeants de la région amhara et des habitants ont accusé mercredi les rebelles d'avoir massacré 125 personnes dans le village de Chenna.

Ce bilan n'a pas pu être vérifié de manière indépendante et l'AFP n'a pas été en mesure de confirmer si les personnes tuées étaient des civils ou des combattants.

Après avoir "rejeté catégoriquement les accusations selon lesquelles nos forces seraient impliquées dans le meurtre de civils", Getachew Reda a accusé jeudi Abiy Ahmed d'avoir envoyé "des prêtres, des femmes et des enfants" au front pour en faire de la chair à canon.

"Nos forces essaient d'éviter le massacre d'enfants et de femmes du mieux qu'elles peuvent", a-t-il déclaré.

Billene Seyoum a estimé jeudi que le nombre de morts à Chenna était "d'environ 200 civils innocents, dont des femmes, des enfants, des personnes âgées et des diacres".

Une commission a été formée pour enquêter sur ce massacre, a-t-elle également indiqué.

rcb/amu/sva/cl

Les rebelles éthiopiens gagnent plus de terrain dans la guerre tordue Nord .
Les combattants rebelles de la région Tigray d'Éthiopie continuent de gagner du terrain après avoir repris la capitale régionale Mekelle des forces gouvernementales. Les rebelles sont maintenant entrés dans la ville de Shire, à environ 140 km (90 miles) au nord-ouest, selon des responsables de l'ONU. Les troupes érythréennes soutiennent l'armée éthiopienne avaient précédemment abandonné la ville.

usr: 0
C'est intéressant!