•   
  •   

Monde Covid-19 : les Rwandais acceptent le vaccin, bon gré, mal gré

01:15  16 septembre  2021
01:15  16 septembre  2021 Source:   lepoint.fr

Marjorie Taylor Greene accuse Biden de se précipiter Pfizer approbation des vaccins pour son avantage

 Marjorie Taylor Greene accuse Biden de se précipiter Pfizer approbation des vaccins pour son avantage Marjorie Taylor Greene a affirmé que le président sans fondement Joe Biden influencé l'approbation de la Food and Drug Administration d'un vaccin Covid-19 pour aider sa présidence. © Scott Olson / Getty Images représentant Marjorie Taylor Greene ont accusé le président Joe Biden sans fondement d'influer sur l'approbation de la FDA du vaccin Pfizer pour son avantage. Greene parle aux médias lors d'une visite à l'Iowa State Fair le 19 Août à Des Moines, Iowa.

Covid - 19 : l 'Agence du médicament rapporte un nombre élevé de cas d'échec du vaccin Janssen. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l 'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité».

Trouvez rapidement un spécialiste en salle de vaccination près de chez vous ou un professionnel de santé pratiquant des actes de vaccination covid - 19 et prenez rendez-vous gratuitement en ligne en quelques clics.

  Covid-19 : les Rwandais acceptent le vaccin, bon gré, mal gré © MUSTAFA UNAL UYSAL / Anadolu Agency via AFP

Le stade du Kigali Arena est plein à craquer ce mois d'août ! 16 des meilleures équipes africaines de basketball, dont celle du Rwanda, s'y sont donné rendez-vous, pour l'Afrobasket. Parmi les supporteurs, masques bien ajustés, Paul et Jeannette Kagame, président et première dame du Rwanda. Inhabituel, depuis ce tristement mémorable 21e jour de mars 2020 où tout a fermé à cause de la pandémie de Covid-19. Depuis, aucun événement sportif n'avait eu lieu, et surtout aucun n'a été ouvert au public. Dix jours après le clap de fin de cet événement qui a drainé les foules, et même si le pays enregistre une hausse des cas de Covid-19, l'heure est résolument à un retour à la normale.

Pouvez-vous obtenir le vaccin anti-grippe et le vaccin de Covid à la fois?

 Pouvez-vous obtenir le vaccin anti-grippe et le vaccin de Covid à la fois? Le vaccin Covid-19 a dominé des titres de nuit pendant des mois. Mais maintenant, il y a un autre vaccin à avoir sur votre radar: le tir de la grippe. Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo si vous avez déjà été vacciné contre Covid-19, la fenêtre pour que votre tir de la grippe puisse se chevaucher avec le calendrier pour obtenir un tir de booster Covid-19.

«J'ai accepté la recommandation des médecins-chefs d'étendre la vaccination aux 12-15 ans», a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé Sajid Javid, soulignant que le service public de santé, le NHS, «se tient prêt à déployer le vaccin » à cette tranche d'âge «avec le même sens de Les enfants de plus de 12 ans qui présentent des problèmes de santé les rendant vulnérables au Covid - 19 sont déjà éligibles à la vaccination, déjà ouverte à tous les jeunes de 16-17 ans. Depuis le début de la pandémie, plus de 134 000 personnes sont décédées au Royaume-Uni dans les 28 jours ayant suivi

Covid - 19 : ces soignants qui restent mobilisés contre l'obligation vaccinalepar Europe 1. Une possible "catastrophe sanitaire" ? Chacun tente donc d'éclaircir le brouillard par ses propres moyens. Je connais plusieurs soignants qui se sont fait vacciner contre leur gré parce qu'ils n'avaient pas les moyens financiers de subir une suspension !

  Covid-19 : les Rwandais acceptent le vaccin, bon gré, mal gré © Fournis par Le Point Le président Paul Kagame et son épouse Janet Kagame, au Kigali arena pour l'Afrobasket. © DR
Le Rwanda a jusqu'à présent évité le pire de la pandémie en appliquant les mesures de confinement parmi les plus strictes du continent et en mettant en ?uvre un système rigoureux de tests et de recherche des cas contacts. Le ministre rwandais de la Santé, Dr Daniel Ngamije, ne manque pas une occasion de rappeler chaque fois qu'il le peut la feuille de route, stricte : port du masque, distanciation sociale, lavage des mains à chaque entrée d'immeubles abritant les services publics, les gares routières, les marchés ou les édifices religieux.

À LIRE AUSSILe Congo face au Covid-19 : les raisons de la défiance

Pragmatisme à tous les étages

Dans un second temps, le Rwanda a engagé une stratégie vaccinale progressive de la population. D'abord le personnel de santé puis tous les adultes dès l'âge de 18 ans. Kigali, qui génère 50 % du PIB du pays, a été placé sous confinement à trois reprises pour freiner la propagation du virus depuis le début de la pandémie l'année dernière. « Le pays est en train de chercher des vaccins et nous en aurons », rassure le ministre de la Santé, précisant que tout le pays sera couvert, « mais avec une priorité accordée aux zones à haut risque de contamination ».

Génocide au Rwanda : un septuagénaire mis en examen à Paris

  Génocide au Rwanda : un septuagénaire mis en examen à Paris Soupçonné d'être impliqué dans le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, Isaac Kamal, un septuagénaire naturalisé français et résidant près de Troyes, a été placé sous contrôle judiciaire. Sa mise en examen fait suite à une plainte déposée en 2009. Il avait été condamné par contumace en 2003 par un tribunal rwandais. Un homme né au Rwanda en 1949, soupçonné d'être impliqué dans le génocide des Tutsi, a été mis en examen, jeudi 16 septembre, parUn homme né au Rwanda en 1949, soupçonné d'être impliqué dans le génocide des Tutsi, a été mis en examen, jeudi 16 septembre, par un juge d'instruction parisien, notamment pour "génocide" et "crimes contre l'humanité", a indiqué le parquet national antiterroriste (PNAT).

Les vaccins contre la COVID ‑ 19 approuvés par Santé Canada sont sécuritaires. Ils ont fait l’objet d’études de qualité portant sur un grand nombre de personnes et ont franchi toutes les étapes nécessaires avant d’être approuvés. Ainsi, les vaccins contre la COVID ‑ 19 sont soumis aux mêmes normes de qualité et de sécurité que tout autre vaccin utilisé au Canada. La sécurité des vaccins continue d’être surveillée après l’autorisation de commercialisation. Cela permet de détecter des réactions indésirables très rares, le cas échéant.

Trouvez rapidement un spécialiste en salle de vaccination à Ribeauville ou un professionnel de santé pratiquant des actes de vaccination covid - 19 et prenez rendez-vous gratuitement en ligne en quelques clics.

Le 3 mars 2021, le Rwanda est devenu le premier pays africain à recevoir le vaccin de Pfizer-BioNTech contre le coronavirus, avec environ 100 000 doses délivrées par le géant pharmaceutique. © - / AFP
Beaucoup de citoyens commençaient à se fatiguer des mesures sanitaires imposées pour contenir la propagation du virus. Pour Alphonse Mvukiyingoma, la cinquantaine, opérant dans la construction, les mesures de prévention du Covid-19 sont nécessaires, en principe, « néanmoins, dit-il, c'est avec le confinement total que tout devient insupportable, du fait que la plupart d'entre nous vivons de l'économie informelle ». « Plus d'une journée d'enfermement, s'indigne Alphonse, c'est l'étouffement ! » La tentation d'enfreindre les mesures devient plus forte avec le temps et nombreux sont ceux à penser qu'il vaut mieux mourir du « Covid-19 que de faim ».

Pour le journaliste Karegeya Jean Baptiste, les mesures anti-Covid sont mal accueillies non pas parce qu'elles sont mauvaises, mais parce qu'elles affectent les affaires des gens. « Personne n'est content de fermer sa boutique ou son cabaret, alors qu'il doit vivre et faire vivre sa famille, payer les taxes et crédits bancaires », a-t-il indiqué. En cette période de crise du Covid-19, les risques de corruption ont également augmenté au niveau des institutions, comme les gouvernements locaux et la police, habilitées à faire respecter différentes mesures de restriction. Des mesures plus répressives qu'éducatives, par endroits. Une partie de l'opinion publique pense qu'elles sont disproportionnées.

Covid-19 : le bout du tunnel pour le Maghreb ?

  Covid-19 : le bout du tunnel pour le Maghreb ? Après une flambée de nouveaux cas de contaminations au Covid-19 pendant l'été dans tout le Maghreb, l'heure est aujourd'hui à la décrue.Avec un bilan officiel de 5 650 décès, Alger a annoncé début septembre « une grande campagne » visant 70 % de vaccinés d'ici à la fin de l'année. Au 16 septembre, 13,3 % des près de 44 millions d'Algériens avaient reçu au moins une première dose mais seulement 9,5 % disposent d'un schéma complet. Les principaux foyers d'infection ont été identifiés dans les districts d'Alger, Blida, Tizi Ouzou et Oran.

Seringues et flacons du vaccin Janssen dans un centre de vaccination Covid - 19 ouvert dans une école sur l'île de Polynésie française de Tahiti, le 8 septembre 2021 (image d'illustration). «Un nombre important de cas d'échec du vaccin Janssen a été rapporté, avec notamment des formes graves [décès, réanimation] ainsi qu'une surreprésentation des patients vaccinés par Janssen en réanimation dans deux CHU [à Marseille et Tours]», note ce 13 septembre l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans son rapport périodique de surveillance des vaccins .

Le vaccin AstraZeneca contre le Covid - 19 représente désormais l'essentiel des doses fournies par la France, la Suisse et l'Italie au dispositif de solidarité internationale Covax pour les pays qui manquent de vaccins . Ainsi, Le Monde rapporte que l'intégralité des doses d'AstraZeneca reçues par la France dans le Ce mécanisme de financement international, fondé notamment par l'Alliance du vaccin et l'Organisation mondiale de la santé, est censé permettre à 92 États et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères. L'Etat français y a contribué à

À LIRE AUSSICovid-19 en Afrique : la France envoie 10 millions de vaccins supplémentaires

Éviter un nouveau confinement

Comme de nombreux Rwandais, Claire, 45 ans, une tenancière de bistrot de 20 ans, a perdu son travail. Pendant plus d'une année, elle a dû fermer boutique à la suite des mesures de prévention. Si la plupart de ceux qui font le même métier qu'elle affichent la restauration comme subterfuge et continuent de vendre leurs boissons, et cela sous l'?il indécis ou complice de l'autorité locale, elle dit ne pouvoir se le permettre. « Mon bistrot ne peut pas faire office de restaurant, et puis je n'aime pas tricher et avoir maille à partir avec les agents de maintien de l'ordre », dit-elle.

« Bientôt, je n'aurai plus rien si je ne trouve pas d'autre activité de rechange ou si les mesures ne sont pas levées. » La fermeture de son bistrot a eu un impact négatif sur plusieurs personnes, une sorte de chaîne ! Ses filles, les serveuses, certaines sont rentrées au village, d'autres se sont adonnées à « une prostitution peu rentable, car leurs clients ont peu de ressources ». Cette chaîne de conséquences dues à la fermeture de bistrots va « jusqu'au petit fermier, éleveur de chèvres, de porcs, ou les cultivateurs de banane, qui alimentent les grills ».

Rwanda: verdict attendu dans le procès pour terrorisme du héros de "Hotel Rwanda"

  Rwanda: verdict attendu dans le procès pour terrorisme du héros de Paul Rusesabagina, dont l'histoire a inspiré le film "Hotel Rwanda" et qui est devenu un féroce critique du président rwandais Paul Kagame, doit être fixé lundi sur son sort, après des mois d'un procès controversé qui l'a vu notamment jugé pour "terrorisme".La prison à vie a été requise contre cet ancien directeur de l'Hôtel des Mille Collines à Kigali.Le film "Hotel Rwanda" sorti en 2004 a raconté comment ce Hutu modéré a sauvé plus de 1.000 personnes durant le génocide de 1994 qui a fait 800.000 morts, principalement des Tutsi.

  Covid-19 : les Rwandais acceptent le vaccin, bon gré, mal gré © Fournis par Le Point Des personnes âgées attendent de recevoir la première injection du vaccin Oxford AstraZeneca Covid-19 au centre de santé Muyumbu de Rwamagana, dans l'est de Kigali, le 5 mars 2021. © - / AFP
Ouvrir la vaccination aux personnes de 18 ans et plus permettra d'atteindre les travailleurs de tous les secteurs de l'économie, et devrait aider le pays à reprendre une activité normale, a déclaré le ministère de la Santé. En plus de 37 sites aménagés à travers la ville de Kigali, des équipes mobiles font du porte-à-porte pour administrer le vaccin aux personnes à mobilité réduite, notamment les personnes âgées, les handicapés, ou encore les femmes enceintes.

À LIRE AUSSICovid-19 : que sait-on de sa propagation en Afrique ?

Pas de mouvement de fond hostile au vaccin

« Je ne peux pas aller me faire vacciner parce que je n'ai pas du tout confiance en ces vaccins. Je vais me protéger autrement, et si j'ai la malchance d'attraper le Covid-19, je me soignerai avec des herbes. » D'après Feza Consolée, paysanne de Musanze au nord du Rwanda, « on raconte que c'est une maladie fabriquée de l'étranger, pour pouvoir contrôler notre pensée et notre intelligence ». Et puis, « comment avoir confiance en ces vaccins, quand on rapporte que même les personnes vaccinées sont contaminées au Covid-19 ? Tout compte fait, le vaccin semble faire plus de mal que de bien dans le corps », explique cette fermière, la cinquantaine passée, de retour de ses champs de pommes de terre.

tribunal rwandais trouve «l'hôtel Rwanda» Hero coupable dans «Terrorisme» Case

 tribunal rwandais trouve «l'hôtel Rwanda» Hero coupable dans «Terrorisme» Case Un tribunal rwandais a trouvé Paul Rusanceabagina - un chef d'hôtel unique décrit comme héros dans un film hollywoodien sur le génocide de 1994 de la nation - coupable de faire partie de un groupe responsable des attaques "terroristes".

Une autre maman, Maria Dusabe, 58 ans, une commerçante opérant non loin du site touristique Kinigi, au pied des volcans, semble plus alerte et critique envers ces vaccins. Elle ne voit nullement pourquoi il faut se faire vacciner si les vaccinés eux-mêmes meurent de Covid-19. « J'y réfléchis encore pour le moment. Peut-être que je me ferais vacciner dans les tout derniers jours. Je n'ai pas encore confiance puisque même des personnes vaccinées sont mortes ! »

Cette méfiance affecte toutes les couches de la population. Un journaliste non encore vacciné prétend ne pas avoir eu le temps. Pour lui, le manque de confiance vient surtout des « rumeurs et informations contradictoires de par le monde entier ». Et puis, « les pays occidentaux et africains n'ont pas le même entendement sur les vaccins. En plus, le virus change, avec des risques de rendre les vaccins inefficaces. Imaginez-vous une épidémie qui vient d'avoir plus de cinq dérivés en une année et demie. Plus elle se multiplie, plus les vaccins devraient changer. » Et de rappeler que parmi les morts et les malades, « on y enregistre encore des vaccinés », souligne-t-il.

À LIRE AUSSIVaccination : l'Afrique du Sud parie sur les communautés locales et religieuses

La société civile veille

Une certaine société civile rwandaise a fait scruter l'action gouvernementale en matière de gestion de cette pandémie. Dans une étude menée à ce sujet, Transparence International-Rwanda a malheureusement constaté, comme tout le monde du reste, que les mesures préventives arrêtées contre le Covid-19 « ont eu un impact négatif sur le quotidien des citoyens et l'économie nationale en général, mais c'est un mal nécessaire ».

Après un procès polémique, le héros de «Hotel Rwanda» condamné à 25 ans de prison pour « terrorisme »

  Après un procès polémique, le héros de «Hotel Rwanda» condamné à 25 ans de prison pour « terrorisme » Après un procès polémique, le héros de «Hotel Rwanda» condamné à 25 ans de prison pour « terrorisme »« Le tribunal conclut que le rôle de Rusesabagina dans la création du FLN, la fourniture de fonds aux rebelles et l’achat de moyens de communication pour les rebelles constituent tous le crime de commission de terrorisme », a déclaré Beatrice Mukamurenzi, une des trois juges du tribunal de Kigali. « Il a fondé une organisation terroriste, il a contribué financièrement à des activités terroristes », a-t-elle ajouté.

Des élèves du secondaire se lavent les mains à un point de lavage temporaire. © STRINGER / AFP
L'étude de TI-R a relevé par ailleurs une note positive de la perception des Rwandais à propos du vaccin contre le Covid-19. « Au Rwanda, la défiance au vaccin n'est pas encore un problème vu que on n'a pas encore une quantité suffisante de vaccins pour vacciner tout le monde et ainsi avoir ce problème. La population aimerait avoir l'opportunité de se faire vacciner, ce qui témoigne d'une confiance qu'elle a aux vaccins », a confié Apollinaire Mupiganyi, directeur exécutif de TI-Rwanda.

À LIRE AUSSILe Covid en RDC : « Vous avez dit virus ? »

« Home grown solutions »

Ce qui n'empêche pas les autorités sanitaires rwandaises de passer à la vitesse supérieure. Comme pour le dépistage des cas, un comité national incluant le ministre de la Santé, celui de l'administration locale et le porte-parole de la police, sous l'?il vigilant du Premier ministre, lui-même a été mis sur pied.

L'office en charge de gestion et de lutte contre cette pandémie du Covid-19, le Rwanda Biomedical Center, annonce qu'à ce jour les personnes vaccinées se chiffrent à plus d'un million et demi, dont plus de 600 000 ont reçu les deux doses. Il se donne l'objectif de vacciner au moins 7 millions de Rwandais d'ici début 2022. « Ce n'est qu'à ce moment-là que la vie socio-économique reprendra comme avant », promettent résolument les autorités sanitaires du Rwanda qui donnent les statistiques de 79 294 cas de dépistés positifs, de 67 425 guéris depuis mars 2020 à ce jour, avec actuellement 10 920 cas positifs sous cure et 1 074 morts du Covid-19.

  Covid-19 : les Rwandais acceptent le vaccin, bon gré, mal gré © Fournis par Le Point Le pays vise à vacciner 30 % de sa population d'ici la fin 2021, et 60 % d'ici la fin 2022. © - / Urugwiro Village / AFP
Dès le départ, les autorités sanitaires ont mis en place des structures d'accueil des patients aujourd'hui en mesure de gérer la situation. Ainsi deux centres de traitement ont été ouverts pour prendre en charge les cas sévères de l'infection. Chaque hôpital de district a aménagé un isolement pour les cas de Covid-19. La majorité des nouveaux cas d'infection sont asymptomatiques et ne sont donc pas admis dans les centres de traitement. « Ils sont suivis à la maison par des agents de santé communautaire. Cela diminue le nombre de patients qui doivent être suivis dans les hôpitaux et les centres de traitement. »

Avec cette stratégie, en rien surprenante, au pays des « home grown solutions », il n'y a aucun risque de débordement des structures hospitalières. Et, avec cette campagne tous azimuts de vaccination des citoyens rwandais à l'AstraZeneca et surtout au Pfizer, le plus disponible aujourd'hui, le Rwanda revient petit à petit mais sûrement à la vie.

À LIRE AUSSIL'Afrique face au Covid-19 : la troisième vague accélère

sur le Rwanda, Marco Rubio Fumbles Terrorisme .
O N Le lundi, un tribunal rwandais condamné Paul Ruseabina, l'hôtelier rendu célèbre dans le Hotel Rwanda de 2004, à 25 ans de prison sur divers accusations de terrorisme. © fournis par Washington Examiner Sen. Marco Rubio, Républica de Floride, membre du Comité Sénat Select sur le renseignement et le Sénat Relations étrangères, Tweetted ", Paul RusaBagina, qui a sauvé 1 268 vies pendant le génocide rwandais, a été injustement détenu à #rwanda et a été reconnu coupable dans un essai faux.

usr: 0
C'est intéressant!