•   
  •   

Monde Scandale Pegasus: «Nous demandons à la Commission européenne une enquête approfondie»

22:50  16 septembre  2021
22:50  16 septembre  2021 Source:   rfi.fr

La police fédérale d’Allemagne était aussi cliente de Pegasus, le logiciel qui permet de surveiller des téléphones en temps réel

  La police fédérale d’Allemagne était aussi cliente de Pegasus, le logiciel qui permet de surveiller des téléphones en temps réel La presse allemande révèle que le principal service de police allemand a conclu un contrat avec NSO Group, sans que l’on sache si le logiciel est encore utilisé. Le Bundeskriminalamt (BKA), la police fédérale allemande, a acheté en secret le logiciel espion Pegasus, pour la surveillance de suspects, révèlent mardi 7 septembre les quotidiens Zeit et Süddeutsche Zeitung. Malgré les questions que pose l’utilisation de ce logiciel d’un point de vue légal en Allemagne, le BKA a conclu un contrat avec la société israélienne NSO Group, qui commercialise Pegasus, selon plusieurs sources au sein des services de sécurité du pays.

Le scandale Pegasus s'est retrouvé à l'ordre du jour du Parlement européen. © AFP - FREDERICK FLORIN Le scandale Pegasus s'est retrouvé à l'ordre du jour du Parlement européen.

Le scandale Pegasus, du nom de ce logiciel-espion qui a permis de surveiller via leurs téléphones portables des journalistes, des avocats, des militants et des responsables politiques dans plusieurs États européens, s'est retrouvé cette semaine à l'ordre du jour du Parlement européen. Entretien avec Raphaël Glucksmann, eurodéputé, président de la Commission spéciale sur l'ingérence étrangère.

RFI : Pourquoi avoir voulu mettre l’affaire Pegasus en débat au Parlement européen ?

Raphaël Glucksmann : Notre rôle en tant que parlementaires est de défendre les droits et les libertés des citoyens européens. Dès lors que des États étrangers ou des États européens peuvent grâce à un logiciel entrer dans votre téléphone et contrôler l’ensemble de vos conversations privées ou publiques à votre insu, ces droits et ces libertés sont bafouées.

Pegasus Snooping: Pakistan sondes si le téléphone de PM Khan a piraté le gouvernement du

 Pegasus Snooping: Pakistan sondes si le téléphone de PM Khan a piraté le gouvernement du Le gouvernement du Pakistan dit qu'il étudie si un numéro de téléphone mobile autrefois utilisé par le Premier ministre Imran Khan faisait partie d'une tentative de piratage de surveillance utilisant le logiciel Pegasus, le ministre de l'information a déclaré.

On sait aussi que plusieurs États européens ont bénéficié du logiciel espion Pegasus vendu par la société israélienne NSO. Et pas seulement la Hongrie, comme l’a révélé le consortium de journalistes Forbidden Stories. NSO a déclaré qu’au moins 30% de ses clients étaient en Europe. Nous demandons à la Commission une enquête approfondie. Combien de pays européens l’utilisent ? Combien de citoyens européens sont surveillés par leurs propres pays ?

La Commission est passée à côté de ce moment extrêmement important à cause de certains États membres qui ne veulent pas qu’on parle du scandale Pegasus. Les États qui utilisent le logiciel sans le dire notamment. On a des suspicions sur l’Allemagne et l’Espagne notamment.

Résultat, il y a une inertie totale et du silence à tous les étages. Le Maroc espionne le président français ? Rien ne bouge. Des États étrangers espionnent des centaines de citoyens européens ? Rien ne bouge. Des États européens espionnent des journalistes européens et des opposants politiques ? Rien ne bouge. On a même eu du mal à faire passer ce débat dans l'Hémicycle d'ailleurs.

Union européenne : Ursula von der Leyen détaille son agenda de sortie de crise

  Union européenne : Ursula von der Leyen détaille son agenda de sortie de crise La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prononce mercredi son discours sur l'état de l'Union, un rendez-vous annuel permettant de présenter un bilan de l'année écoulée et de faire le point sur les défis à venir. L'Allemande Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, prononce mercredi 15 septembre son discours sur l'état de l'Union devant le Parlement européen à Strasbourg. Ce rendez-vous annuel, qui marque le début de l'année politique européenne, permet de présenter un bilan de l'année écoulée et de parler des prochains chantiers de l'institution.

Que proposez-vous comme mesures ?

On peut utiliser un logiciel espion pour lutter contre le terrorisme, mais ça doit être encadré par la loi. Aujourd’hui, on n’a aucune forme de contrôle. Pourtant, la protection des données personnelles et la confidentialité sont inscrites dans le droit européen. On travaille sur des recommandations extrêmement précises pour lutter contre l’utilisation sans règles et sans transparence de ce type de logiciels.

Aussi, on sait que le logiciel Pegasus a exclu de son fonctionnement les numéros de téléphones américains, sous pression du gouvernement des États-Unis. Comment se fait-il qu’en Europe ce soit « open bar » ? On sait que l’entreprise NSO a des investisseurs européens qui financent indirectement de l’espionnage de citoyens européens. Va-t-on leur demander de rendre des comptes ? Les dirigeants européens ne se sont jamais saisis de ces questions et n’exercent aucune pression sur personne. Ils laissent donc les citoyens européens sans défense.

Discours sur l’état de l’Union européenne : ce qu’il faut retenir des propos d’Ursula von der Leyen

  Discours sur l’état de l’Union européenne : ce qu’il faut retenir des propos d’Ursula von der Leyen Europe de la défense, lutte pour l’équité fiscale et contre le réchauffement climatique, aide pour la jeunesse défavorisée… La présidente de la Commission européenne a abordé de nombreux sujets lors de son discours sur l’état de l’Union européenne mercredi devant le Parlement européen. L’Europe a besoin d’une âme, d’un idéal, et de la volonté politique de servir cet idéal​, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, mercredi 15 septembre 2021 lors de son discours annuel sur l’état de l’Union européenne. Elle y a multiplié les annonces, notamment sur l’Europe de la Défense.

Le renforcement de la cybersécurité a pourtant été évoqué par la présidente de la Commision Ursula von der Leyen lors de son discours sur l’état de l’Union. Elle en a même fait une priorité.

En réalité, nous sommes très faibles. Y compris notre institution, le Parlement. On n’a aucune culture de la sécurité et le budget de la cyberdéfense est ridiculement bas. Mais il y a une prise de conscience dernièrement, liée aux ingérences extérieures.

Cet été, trois jours après la révélation du scandale Pegasus, il y a eu le scandale APT31 : une cyberattaque massive directement orchestrée par le gouvernement chinois contre les intérêts français. Rappelons aussi que l’Agence européenne du médicament a été attaquée en pleine pandémie, que des hôpitaux et des universités ont aussi été piratés cette année. Quand le Parlement belge se fait attaquer parce qu’il prépare une session et une résolution sur les Ouïgours qui ne plaisent pas au gouvernement chinois, on voit bien que c’est le fonctionnement même de nos sociétés et de nos États qui est ébranlé !

Il faut impérativement prendre au sérieux cette menace. Ce sont des actes de guerre hybride. Il faut y répondre en construisant des défenses beaucoup plus solides et en sanctionnant les auteurs de ces actes. C’est aussi une question de souveraineté.

Pegasus : Les téléphones d'au moins cinq ministres français infectés par le logiciel .
Deux sources proches du dossier ont confirmé à l'AFP cette infection, révélée par Mediapart © Amaury Paul/Medialys Images/Shut/SIPA Le téléphone de Jean-Michel Blanquer ferait partie des téléphones ministériels infectés par Pegasus. CYBERSECURITE - Deux sources proches du dossier ont confirmé à l'AFP cette in Les téléphones d’au moins cinq ministres français et un diplomate rattaché à l’Elysée ont été infectés par le logiciel espion Pegasus, selon Mediapart, une information confirmée vendredi par deux sources proches du dossier.

usr: 3
C'est intéressant!