•   
  •   

Monde Attentats de 2016 à Bruxelles : Salah Abdeslam et neuf autres inculpés renvoyés aux assises

19:25  17 septembre  2021
19:25  17 septembre  2021 Source:   france24.com

Attentats du 13-Novembre : pourquoi le rôle de Salah Abdeslam est au cœur du procès

  Attentats du 13-Novembre : pourquoi le rôle de Salah Abdeslam est au cœur du procès Seul membre encore en vie du commando des attentats, Salah Abdeslam doit comparaître à partir de mercredi devant une cour d'assises spéciale lors du procès des attentats du 13-Novembre. Les juges tenteront de comprendre son rôle exact lors de cette soirée, et notamment pourquoi il ne s'est pas fait exploser.

Salah Abdeslam, entouré de policiers belges au palais de justice de Bruxelles pour l'ouverture de son procès, le 5 février 2018. © Emmanuel Dunand, AFP Salah Abdeslam, entouré de policiers belges au palais de justice de Bruxelles pour l'ouverture de son procès, le 5 février 2018.

Salah Abdeslam et neuf autres hommes soupçonnés d'être impliqués dans les attentats perpétrés en mars 2016 à Bruxelles ont été renvoyés, vendredi, devant la cour d'assises de la capitale belge. Six de ces dix hommes sont actuellement jugés à Paris pour les attaques du 13 novembre.

Nouveau procès en vue pour le jihadiste Salah Abdeslam. Ce dernier, ainsi que neuf autres hommes soupçonnés d'être impliqués dans les attentats jihadistes perpétrés le 22 mars 2016 à Bruxelles ont été renvoyés, vendredi 17 septembre, devant la cour d'assises de la capitale belge, a annoncé le parquet fédéral.

Procès des attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam a pris la parole dans le box des accusés

  Procès des attentats du 13-Novembre : Salah Abdeslam a pris la parole dans le box des accusés Le procès des attaques du 13 novembre 2015 s'est ouvert mercredi à Paris, un événement déjà qualifié d'"historique" dans un palais de justice transformé en bunker et protégé par un important dispositif policier. Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos des attentats s'est présenté comme "un combattant de l'État islamique" lors de l'ouverture du procès. Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts et traumatisé la France le 13 novembre 2015, a pris place mercredi 8 septembre dans le box des accusés.

"Dix inculpés (ont été) renvoyés ce jour devant la cour d'assises par la chambre des mises en accusation de Bruxelles", a tweeté Éric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral.

Six hommes actuellement jugés à Paris

Le matin du 22 mars, deux jihadistes s'étaient fait exploser à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, et un troisième dans le métro de la capitale belge. Bilan : 32 morts et plus de 340 blessés.

L'enquête a rapidement révélé, notamment grâce à un ordinateur retrouvé dans une poubelle, que ces auteurs étaient liés aux attentats du 13 novembre 2015, à Paris.

Six des dix hommes concernés, dont Salah Abdeslam, sont actuellement jugés à Paris pour ces attaques (130 morts), également revendiquées par le groupe État islamique.

Procès du 13-Novembre : les premiers mots (glaçants) de Salah Abdeslam

  Procès du 13-Novembre : les premiers mots (glaçants) de Salah Abdeslam Ses premiers mots étaient attendus, et redoutés. Salah Abdeslam, le principal accusé du procès des attentats du 13-Novembre, a été invité à décliner son identité à l'ouverture de l'audience. Se présentant comme "un combattant de l'Etat islamique", il a déclaré qu'il n'y avait "pas de divinité à part Allah". Avant de répéter : "J'ai délaissé toute profession pour devenir un combattant de l'État islamique".Salah Abdeslam, tout en noir, premier par ordre alphabétique, avait retiré son masque (noir lui aussi), pour parler. C'est le seul à avoir fait ça.

Il s'agit du Belgo-marocain Mohamed Abrini, - l'"homme au chapeau" filmé le 22 mars à l'aéroport de Zaventem -, du Tunisien Sofien Ayari, complice de la fuite d'Abdeslam (arrêté avec lui le 18 mars 2016 à Bruxelles), du Suédois d'origine syrienne Osama Krayem, qui a rebroussé chemin le 22 mars après avoir accompagné le kamikaze du métro.

Sont aussi concernés, d'après le parquet fédéral belge, deux autres Belgo-Marocains : Oussama Atar, cerveau présumé des attaques (probablement mort en Syrie et jugé par défaut à Paris) et Ali El Haddad Asufi, un proche des frères El Bakraoui, deux des trois "kamikazes" du 22 mars.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles, dernière juridiction appelée à statuer avant l'organisation du procès, a ainsi confirmé la décision rendue en janvier en première instance par la chambre du conseil du tribunal de Bruxelles.

Elle ne s'est pas conformée à l'analyse du parquet fédéral qui avait établi une distinction dans le dossier, plaidant pour que huit hommes soient jugés aux assises pour "assassinats dans un contexte terroriste" et les deux derniers par le tribunal correctionnel pour "participation aux activités d'un groupe terroriste".

Procès des attentats du 13-Novembre : dès la première audience, les provocations de Salah Abdeslam face à "la dignité" de la justice

  Procès des attentats du 13-Novembre : dès la première audience, les provocations de Salah Abdeslam face à Le principal accusé s'est lancé dans des diatribes islamistes, comme lors de son procès à Bruxelles. © Fournis par franceinfo Sa présence dans le box, mercredi 8 septembre, était l'une des questions clés de cette première journée d'audience. Peu après 12h30, l'heure prévue pour l'ouverture du procès historique des attentats du 13 novembre 2015 devant la cour d'assises spéciale de Paris, Salah Abdeslam prend bien place aux côtés de ses co-accusés détenus.

Un millier de parties civiles

Il s'agit des frères Smail et Ibrahim Farisi, soupçonnés d'avoir apporté un soutien logistique aux assaillants, mais qui selon l'accusation n'avaient pas connaissance de leur projet terroriste.

En définitive, les deux frères seront jugés aux assises comme le souhaitait Me Sébastien Courtoy, avocat de Smail Farisi, qui a reconnu avoir prêté son appartement bruxellois utilisé comme planque à la veille du 22 mars.

Smail Farisi pourra mieux faire valoir son rôle secondaire s'il peut "poser des questions à ses co-inculpés", avait expliqué Me Courtoy au moment des plaidoiries au printemps, assurant que son client avait été "dupé" par les occupants de l'appartement.

"Le procès, selon les prévisions, devrait débuter au palais de justice "Justitia" dans le courant du mois de septembre 2022, à une date encore à préciser par la cour d'appel de Bruxelles", a souligné, vendredi, le parquet fédéral dans un communiqué.

Le "Justitia" est le nom donné à l'ancien siège bruxellois de l'Otan reconverti en bâtiment de justice ultra-sécurisé pour accueillir ce méga procès.

Procès du 13 Novembre : qui sont les trois accusés qui comparaissent libres ?

  Procès du 13 Novembre : qui sont les trois accusés qui comparaissent libres ? Trois jeunes du quartier bruxellois de Molenbeek, dont sont issus les terroristes, se présenteront libres devant les juges. Tous ont nié avoir été au courant du projet d’attaques.Sur les vingt accusés, en effet, six sont jugés en leur absence (soit parce qu’ils sont à l’étranger, soit parce qu’ils sont présumés morts), onze sont dans le box, et trois sont sous contrôle judiciaire.

Au moins un millier de personnes sont attendues. Le parquet fédéral dit avoir déjà recensé 964 parties civiles, familles de victimes, blessés ou traumatisés, demandant la réparation d'un préjudice.

En Belgique, contrairement à la France, les attentats ne sont pas jugés par une cour d'assises spécialement composée (avec des magistrats uniquement) mais soumis à un jury populaire comme les autres crimes, ce qui rend encore plus complexe l'organisation d'une telle audience.

Il s'agira du deuxième procès en Belgique pour Salah Abdeslam, condamné en 2018 à vingt ans de prison pour avoir tiré sur des policiers. La fusillade avait eu lieu à Bruxelles le 15 mars 2016, trois jours avant son arrestation. Une interpellation qui a entraîné le passage à l'acte des assaillants du 22 mars.

Avec AFP et Reuters

Attentats de Bruxelles: Salah Abdeslam et neuf autres accusés renvoyés aux assises .
Cinq ans et demi après les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles qui avaient fait 32 morts et 340 blessés, dix hommes ont officiellement été renvoyés devant une cour d'assises belge. Certains sont actuellement dans le box des accusés au procès du 13-Novembre à Paris. Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet La décision était attendue, mais elle devait formellement être prise par la chambre des mises en accusation du tribunal de Bruxelles. Dix hommes sont donc renvoyés aux assises puisque c’est la forme que prendra le procès des attentats du 22 mars 2016. Ce procès-fleuve censé durer six à neuf mois ne s'ouvrira que dans un an.

usr: 0
C'est intéressant!