•   
  •   

Monde Sous-marins : l'Australie assure avoir eu de "profondes et sérieuses réserves"

12:20  19 septembre  2021
12:20  19 septembre  2021 Source:   france24.com

La crise des sous-marins vue de Chine

  La crise des sous-marins vue de Chine À quel moment le gouvernement australien a-t-il décidé d'abandonner sa commande de sous-marins français et de se tourner vers des modèles américains? Il est évident que la négociation entre Canberra et Washington avait commencé sous l'administration Trump. Les pourparlers secrets sur ce contrat ont, semble-t-il, duré près de dix-huit mois. Le Premier ministre Scott Morrison savait donc parfaitement que son pays allait choisir les sous-marins américains lorsqu'il s'est rendu en France pour rencontrer Emmanuel Macron. Les deux hommes venaient de participer à un sommet du G20, à Carbis Bay, au sud-ouest de l'Angleterre.

Le premier ministre australien Scott Morrisson lors d'un point presse à Canberra, le 17 août 2021. © Rohan Thomson, AFP Le premier ministre australien Scott Morrisson lors d'un point presse à Canberra, le 17 août 2021.

Le Premier ministre australien a tenté de justifier dimanche la rupture du "contrat siècle" avec la France. Selon Scott Morrison, les autorités du pays ont eu de "profondes et graves réserves" concernant les sous-marins fournis par Paris.

C'est une explication qui devrait ajouter encore un peu plus à l'agacement français. Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré dimanche 19 septembre que le gouvernement français savait que Canberra avait de "profondes et graves réserves" concernant les sous-marins français, avant que l'accord d'achat ne soit rompu la semaine dernière.

Crise des sous-marins : l’Australie se défend, prochain échange Biden-Macron

  Crise des sous-marins : l’Australie se défend, prochain échange Biden-Macron Le ministre de la défense australien a insisté sur le fait que Canberra avait été « franc, ouvert et honnête ».Le Premier ministre australien a répliqué dimanche aux accusations de « duplicité » formulées par Paris sur son intention de rompre un contrat d’achat de sous-marins, tandis que le président américain aura l’occasion de s’expliquer dans les prochains jours avec son homologue français lors d’un échange téléphonique.

Scott Morrison a déclaré qu'il comprenait la "déception" du gouvernement français, mais a ajouté qu'il avait soulevé les problèmes liés à l'accord "il y a quelques mois", comme d'autres ministres du gouvernement australien.

"Je pense qu'ils auraient eu toutes les raisons de savoir que nous avions de profondes et graves réserves quant au fait que les capacités du sous-marin de classe Attack ne répondaient pas à nos intérêts stratégiques et nous avions clairement indiqué que nous prendrions une décision basée sur notre intérêt stratégique national", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Sydney.

>> À lire : Sous-marins : l'Australie dit avoir prévenu la France d'une possible annulation de la commande

Scott Morrison a déclaré qu'il aurait été "négligent" d'aller de l'avant avec ce contrat malgré les conseils des services australiens de renseignement et de la défense, qui estimaient que cela irait à l'encontre des intérêts stratégiques de l'Australie.

Après le choc des sous-marins australiens, quel avenir pour la France en Indo-Pacifique?

  Après le choc des sous-marins australiens, quel avenir pour la France en Indo-Pacifique? Ejectée par Canberra au profit d’une alliance avec Washington et Londres, la France garde des alliés fidèles dans la région, comme l’Inde. Pour rebondir, il faudra à la fois les cajoler et en conquérir d’autres. C’était il y a trois ans. Une éternité, ou presque. Le 2 mai 2018, sur la base navale australienne de Garden Island à Sydney, Emmanuel Macron dévoilait la nouvelle stratégie française dans l’Indo-Pacifique. Campé devant un des hélicoptères militaires Tigre vendus par Airbus à l’Australie, le président français appelait à la création d’un axe Paris-Delhi-Canberra pour contrer l’expansionnisme chinois dans la zone.

"Je ne regrette pas la décision de faire passer l'intérêt national de l'Australie en premier. Je ne le regretterai jamais", a-t-il déclaré.

Le problème du combustible nucléaire

S'exprimant sur Sky News Australia plus tôt dans la journée de dimanche, le ministre de la défense Peter Dutton a déclaré que son gouvernement avait été "franc, ouvert et honnête" avec la France sur ses préoccupations concernant l'accord, qui a dépassé le budget et pris des années de retard.

Le ministre a déclaré comprendre la "contrariété des Français", mais que "les suggestions selon lesquelles le gouvernement australien n'a pas signalé ses inquiétudes défient, franchement, ce qui est dans le dossier public et certainement ce qui a été dit publiquement pendant une longue période".

La France est furieuse de la décision de l'Australie de se retirer d'un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d'euros) pour l'achat de sous-marins français en faveur de navires américains à propulsion nucléaire. Elle a rappelé ses ambassadeurs à Canberra et Washington et accusé ses alliés de "mentir" sur leurs projets.

Crise des sous-marins : Naval Group va envoyer la facture à l’Australie

  Crise des sous-marins : Naval Group va envoyer la facture à l’Australie L’industriel français doit envoyer à Canberra une "proposition détaillée et chiffrée" sur "les coûts déjà engagés et à venir" après la rupture du contrat pour la construction de douze sous-marins. L’entreprise n’a rien vu venir. Alors que les tensions semblent s’apaiser entre la France et les États-Unis, après la rupture d’un contrat de 56 milliards d’euros entre Paris et Canberra promis à la France au profit de la livraison de sous-marins nucléaires américains, le président de Naval Group a pris la parole, dans les colonnes du Figaro, mercredi 22 septembre.

>> À lire : L'affaire des sous-marins australiens torpille les relations entre Paris et Washington

Peter Dutton a déclaré avoir personnellement exprimé ces préoccupations à son homologue française, Florence Parly, et a souligné la "nécessité pour l'Australie d'agir dans son intérêt national", qui, selon lui, consiste à acquérir les sous-marins à propulsion nucléaire.

Selon Peter Dutton, Canberra n'était pas en mesure d'acheter des navires à propulsion nucléaire français, en raison des opérations de maintenance qui doivent avoir lieu tous les dix ans, qui prévoient un rechargement du combustible nucléaire, ce qui n'est pas le cas des sous-marins américains et justifie le choix de ces derniers, alors que l'Australie ne dispose d'aucune centrale nucléaire.

Avec AFP

Sous-marins : le Premier ministre de l’Australie a "délibérément trompé” la France, accuse son prédécesseur, des années de crise en vue ? .
Pour Malcolm Turnbull, Scott Morrison "n'a pas agi de bonne foi. Il a délibérément trompé la France.""La France pense qu'elle a été trompée et humiliée et elle l'a été. Cette trahison de la confiance va marquer nos relations avec l'Europe pour des années", a ajouté Malcolm Turnbull. "Le gouvernement australien a traité la République française avec mépris". Selon l'ex-chef du gouvernement, malgré le nouveau partenariat de défense entre les trois pays anglo-saxons, aucun contrat n'a été signé pour doter l'Australie de sous-marins à propulsion nucléaire, qui devraient être des britanniques Astute ou des américains Virginia.

usr: 0
C'est intéressant!