•   
  •   

Monde Éthiopie: l’opposition boycottera les législatives dans la région Somali

05:15  23 septembre  2021
05:15  23 septembre  2021 Source:   rfi.fr

Éthiopie : “Le risque de déstabilisation régionale est bien réel”

  Éthiopie : “Le risque de déstabilisation régionale est bien réel” Près d’un an après le début de l’opération militaire en Éthiopie contre le gouvernement rebelle du Tigré, dans le nord du pays, le conflit s’est élargi aux régions voisines et suscite l’inquiétude d’une contagion à toute la Corne de l’Afrique. Une opération de "maintien de l'ordre" qui menace désormais toute la région. La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, s'est inquiétée, lundi 13 septembre, du risque que leUne opération de "maintien de l'ordre" qui menace désormais toute la région.

Plusieurs partis d'opposition ont décidé de boycotter l'élection législative complémentaire dans la région de Somali en Éthiopie (Image d'illustration). © AP - Ben Curtis Plusieurs partis d'opposition ont décidé de boycotter l'élection législative complémentaire dans la région de Somali en Éthiopie (Image d'illustration).

En Éthiopie, les plus importants partis d'opposition de la région somali renoncent à participer aux élections législatives complémentaires qui doivent se tenir le 30 septembre. L'ancienne rébellion du Front national de libération de l'Ogaden (l'ONLF), mais aussi le parti de l'ancien dissident Berhanu Nega dénoncent des conditions injustes, destinées selon eux à favoriser le parti du Premier ministre Abiy Ahmed.

Après les législatives du 21 juin dernier, 63 des 547 sièges du Parlement éthiopien restaient à pourvoir. Le scrutin n'avait pas été organisé dans le Tigré en guerre et il avait été reporté en septembre dans les régions Somali et du Harar, officiellement en raison d'irrégularités dans l'impression des bulletins de vote.

En Russie, des élections sans surprise mais pas sans importance

  En Russie, des élections sans surprise mais pas sans importance Les législatives russes, du 17 au 19 septembre, devraient se solder par une victoire de Russie unie, le très impopulaire parti qui soutient Vladimir Poutine. Entre une campagne de répression massive contre l’opposition et des combines électorales, le pouvoir en place a contribué à cette désaffection. Mais le fait que le Kremlin dépense autant d’énergie pour un scrutin sans enjeu apparent démontre à quel point ce vote est en réalité important. À Saint-Pétersbourg, les électeurs peuvent choisir entre trois Boris Vishnevsky pour les législatives russes qui débutent vendredi 17 septembre et doivent durer trois jours.


Vidéo: Maroc : coalition des partis arrivés en tête lors des élections législatives (Euronews)

Or les discussions entre le gouvernement et l'opposition visant à normaliser la situation ont été un échec. C'est du moins l'avis du puissant ONLF qui a annoncé vendredi son refus de participer. Un refus « avec regret », a rappelé sa direction, puisque sa sortie de la clandestinité en 2018 était motivé par le souhait de participer à la vie démocratique. Ce mardi 21 septembre, c'était au tour du mouvement arrivé troisième au niveau national en juin, le parti Ezema de Berhanu Nega, lui aussi rentré d'exil en 2018, et du parti centriste Liberté et égalité, de renoncer au scrutin.

Tous ont dénoncé le non-respect des accords passés avec la Commission électorale, la mainmise du parti du Premier ministre sur les opérations et les intimidations répétées de leurs membres. Abdi Mahdi, le président de l'ONLF, a déclaré au site d'information Addis Standard : « Il n'y a aucun sens à poursuivre une élection qui a déjà été décidée. »

À lire aussi : Washington dénonce la rhétorique raciste d'un proche d'Abiy Ahmed sur le Tigré

L'Onu rejette l'expulsion de sept responsables par l'Ethiopie .
L'Onu rejette l'expulsion de sept responsables par l'EthiopieNEW YORK (Reuters) - Les Nations unies rejettent la décision de l'Ethiopie d'expulser sept représentants de l'Onu dans le pays, a déclaré vendredi au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres, cité par son porte-parole.

usr: 1
C'est intéressant!