•   
  •   

Monde « Soyez plus solidaires de Taïwan et moins effrayés par la Chine »

20:50  09 octobre  2021
20:50  09 octobre  2021 Source:   lepoint.fr

U.S. explose les vols militaires de la «provocatrice» de la Chine sur «Rock Solid» Ally Taiwan

 U.S. explose les vols militaires de la «provocatrice» de la Chine sur «Rock Solid» Ally Taiwan Les États-Unis ont explosé la Chine pour ses vols militaires «provocants» près de Taiwan et réitèrent son engagement envers Taiwan comme «Rock Solid». © Lam Yik Fei / Getty Images Démonstrateurs Tenez les drapeaux de Hong Kong gratuits - Révolution Maintenant lors d'une protestation antichurienne le 1er octobre 2021 à Taipei, Taiwan.

  « Soyez plus solidaires de Taïwan et moins effrayés par la Chine » © Walid Berrazeg

Après les incursions de 150 avions de combat chinois autour de l'île dans les quatre premiers jours d'octobre, la jeune démocratie taïwanaise est plus que jamais confrontée au risque d'une agression militaire chinoise. Si le pays a toujours le soutien explicite des États-Unis, le temps joue contre lui, car l'armée chinoise gonfle à vue d'?il et l'équilibre géopolitique qui dissuade Pékin d'attaquer est de plus en plus précaire. Vu de Taipei, il est difficile de savoir sur qui compter : l'Union européenne et la France restent ambiguës, ménageant les revendications de Pékin et n'osant pas s'engager sur une intervention en cas de conflit ? tout en se plaignant à la moindre tension sur le marché des semi-conducteurs, dont Taïwan est le leader mondial.

Tensions entre Paris et Pékin autour d'une visite de sénateurs à Taïwan

  Tensions entre Paris et Pékin autour d'une visite de sénateurs à Taïwan Une délégation sénatoriale française se rend à Taïwan du 5 au 11 octobre pour y rencontrer plusieurs ministres et la présidente Tsai Ing-wen. Cette visite, critiquée par Pékin, intervient dans un contexte de fortes tensions après une série d’intrusions record d’avions militaires chinois dans le ciel de Taïwan. Ils veulent réaffirmer les liens qui unissent la France et Taïwan. Une délégation de quatre sénateurs, membres du groupe d’amitié France-Taïwan, est arrivée, mardi 5 octobre, sur l’île de 23 millions d’habitants, au grand dam de Pékin, qui a déjà menacé la France de "représailles".

Sur ce front européen, après la venue de quatre sénateurs français cette semaine, les Taïwanais peuvent espérer certains progrès. En particulier, l'UDI Olivier Cadic s'est engagé en conférence de presse à recommander, dès son retour, d'autoriser la diplomatie taïwanaise à assumer le nom de « Bureau de Taïwan » pour sa représentation à Paris, jusqu'ici identifiée sous le seul nom de la ville de Taipei pour ne pas froisser Pékin. Comme l'explique ici Kolas Yotaka, porte-parole de la présidente Tsai Ing-wen ? qui a reçu les quatre sénateurs français ?, c'est précisément ce type de petits coups de pouce qui permet à la nation de 24 millions d'habitants de se sentir moins seule face au géant chinois.

Les sénateurs français rencontrent Tsai Taiwan à Temps de Taiwan Time

 Les sénateurs français rencontrent Tsai Taiwan à Temps de Taiwan Time Taipei, Taiwan (AP) - Un groupe de sénateurs français qui visitent Taiwan dans le cadre d'un échange parlementaire régulier rencontré le président Tsaï Ing-Wen jeudi matin lors d'un voyage qui vient dans un voyage Moment particulièrement tendu entre Taiwan et la Chine. © Fourni par Associated Press Le sénateur français Alain Richard, à la droite, est escorté par un responsable taïwanais à l'arrivée à l'aéroport international de Taoyuan à Taiwan le mercredi 6 octobre 2021.

Le Point : Après le retrait américain d'Afghanistan, des médias chinois ont averti Taïwan que les États-Unis pourraient aussi l'abandonner à son sort. Faites-vous toujours pleinement confiance à l'engagement américain pour protéger Taïwan ?

Kolas Yotaka : Nos relations avec les États-Unis restent amicales, il n'y a pas de doute. Ce que vous venez de mentionner est de la propagande chinoise. Toutefois, il est vrai que la sécurité de Taïwan ne peut pas reposer seulement sur un pays étranger. Nous savons que nous faisons partie de la première chaîne d'îles du Pacifique, que nous sommes importants géopolitiquement pour d'autres pays. Mais nous insistons sur l'autodéfense. Nous devons pouvoir compter sur nous-mêmes. Taïwan a cependant aussi le droit de coopérer avec d'autres pays. Je veux enfin rappeler que toute préparation militaire de notre part est strictement pour la défense, et pas pour attaquer la Chine. Nous voulons la paix.

L'ancien PM australien appelle la solidarité avec Taiwan

 L'ancien PM australien appelle la solidarité avec Taiwan Taipei, Taiwan (AP) - L'ancien Premier ministre australien a accusé la Chine d'être un soutien enthousiaste et a exprimé un soutien enthousiaste à Taiwan lors de la visite de l'île démocratiquement gouvernée. © fourni par l'ancien Premier ministre australien Tony Abbott porte un masque avec le personnage chinois pour "Australie" lors d'une réunion avec le président taïwanais Tsai Ing-Wen à l'Office présidentiel à Taipei, Taiwan, le jeudi 7 octobre 2021 .

La guerre est-elle possible et les Taïwanais sont-ils prêts à combattre ?

Tout pays se battrait s'il était attaqué. Pourquoi Taïwan serait-il différent ? Mais nous ne voulons pas de guerre. Je le répéterai, encore et encore. Nous ne voulons pas de guerre. Une guerre serait une tragédie pour de nombreux pays, pas seulement pour Taïwan. Nous voulons la paix. Mais si cela devient nécessaire, nous nous battrons. Jusque-là, notre mission est d'éviter une guerre.

Nous ne voulons pas de guerre. Une guerre serait une tragédie pour de nombreux pays, pas seulement pour Taïwan.

En rencontrant la présidente Tsai, le sénateur Alain Richard a désigné Taïwan comme un « pays ». Mais le statut de Taïwan reste dans les limbes, peu d'États le reconnaissent et la Chine revendique l'île. Qu'est-ce que cela fait d'être citoyen d'un pays dont tant de gens nient l'existence ?

Personnellement, je crois que beaucoup de Taïwanais le ressentent comme une profonde injustice. Nous sommes un pays indépendant et souverain de nombreuses manières. Nous avons une présidente, des élections, une armée. Et pourtant, tant de pays ne nous reconnaissent pas ! Tout le monde peut comprendre la fierté d'avoir son pays. Et il ne nous est pas permis à nous de participer à la communauté internationale comme des égaux. C'est une inégalité que les autres pays aident à créer pour faire plaisir à la Chine, mais qui blesse les Taïwanais et nous met en danger.

VOWS XI de la Chine 'de la «réunification» de la Chine avec Taiwan

 VOWS XI de la Chine 'de la «réunification» de la Chine avec Taiwan La Chine's President Xi Jinping a déclaré dans un discours que la "réunification" avec Taiwan "doit être remplie". © Getty Images M. XI a ajouté que l'unification devrait être obtenue pacifiquement, mais a averti que le peuple chinois avait une "tradition glorieuse" de séparatisme opposé. en réponse Office présidentiel de Taiwan a déclaré que le futur de Taiwan se trouvait entre les mains de son peuple. Taiwan se considère comme un état souverain.

Dans le reste du monde, beaucoup confondent Taïwan et la Chine, et pensent que les Taïwanais sont des Chinois qui vivent sur une île. Quelle est la différence ?

Dire que les Taïwanais sont des Chinois est incorrect. La société taïwanaise est très diverse. Moi-même, je suis taïwanaise, et je suis aussi indigène polynésienne. À Taïwan, il y a 1,5 million de personnes appartenant à des peuples indigènes. Et la majorité des Taïwanais ont des ancêtres indigènes. Par exemple, la grand-mère de la présidente est une indigène Paiwan. Quant à moi, je suis une Pangcah, ou Amis. Ce n'est qu'un exemple pour comprendre que Taïwan a ses propres histoires, traditions et identités, totalement différentes de la Chine. Même si nous parlons mandarin, cela ne veut pas dire que nous sommes chinois. Historiquement, nous avons eu des immigrants de Chine, depuis 400 ans. Nous partageons donc des éléments culturels. Mais cela ne veut pas dire que nous faisons partie de la Chine, comme elle le clame.

Les sénateurs français sont venus malgré les pressions chinoises. En quoi cela aide-t-il Taïwan ?

Cela aide énormément. Nous apprécions beaucoup et cela nous réchauffe le c?ur. Nous avons besoin que les autres pays normalisent leurs relations avec Taïwan. Les gestes de soutien, comme cette visite, signifient beaucoup. Cela remonte le moral de la population. Cela montre aussi que vous ne succombez pas aux menaces d'une puissance autoritaire. Nous savons ainsi que nous ne sommes pas seuls.

La Chine va «perdre tout» si elle commence la guerre de Taiwan, l'ancien Colonel Marine

 La Chine va «perdre tout» si elle commence la guerre de Taiwan, l'ancien Colonel Marine Un colonel de la marine à la retraite dit que les États-Unis devraient s'engager à la défense de Taiwan contre une attaque de Chine , une décision qui serait terminez quatre décennies d'incertitude publique sur l'intervention militaire américaine dans le détroit de Taiwan. © Wang Yu Ching / Bureau du président, Taiwan Soldats au sommet d'un véhicule blindé CM-32 CM-32 de Taiwan Tsaï Ing-Wen au cours d'une journée nationale défilé à Taipei le 10 octobre 2021.

À LIRE AUSSILa Chine lance la guerre du sable

Est-ce qu'Alain Richard a apporté un message du gouvernement français à la présidente Tsai ?

Toute la rencontre a été publique. Les sénateurs nous ont affirmé leur soutien. Nous les avons remerciés, et nous avons dit que nous pouvons nous aider les uns les autres.

L'Union européenne et la France spécifiquement, qui présidera le Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2022, maintiennent une position ambiguë sur la Chine et Taïwan. Que pourraient-ils changer pour préserver la paix ?

Soutenir Taïwan est dans l'intérêt propre de l'Union européenne. Taïwan est un partenaire commercial fort pour l'Union européenne, qui est un important investisseur pour Taïwan. Mais les pays ne peuvent pas penser à Taïwan seulement en termes de chaîne d'approvisionnement de semi-conducteurs. Ils doivent soutenir la démocratie taïwanaise. Car celle-ci est importante. La relation commerciale que nous avons ne serait pas possible si Taïwan n'était pas une démocratie libérale. Donc, soyez? plus solidaires de Taïwan? et moins effrayés par la Chine (rire).

Soutenir Taïwan est dans l'intérêt propre de l'Union européenne.

Les institutions taïwanaises sont encore nommées République de Chine-Taïwan ou, à l'étranger, « Bureau de Taipei ». Pourquoi ne pas simplement les nommer Taïwan ?

Nous aimerions beaucoup, mais la Chine fait pression sur nous et sur les autres pays. C'est un processus lent. Nous y travaillons.

Les médias d'État chinois ont été de plus en plus menaçants envers la présidente Tsai Ing-wen elle-même, promettant parfois de l'éliminer. Comment le prend-elle ?

Chine a déclaré que les exercices de fusil sont des avertissements à Taiwan et US

 Chine a déclaré que les exercices de fusil sont des avertissements à Taiwan et US A Un responsable gouvernemental chinois a confirmé mercredi que les récents exercices militaires près de Taiwan étaient destinés à des avertissements aux partisans de l'indépendance de l'île et aux "forces externes" - une indirecte indirecte aux États-Unis. États.

Parfois, la presse chinoise lance des attaques personnelles très agressives contre des membres de notre gouvernement. Mais nous n'y prêtons pas plus attention que cela. La présidente Tsai travaille pour le peuple taïwanais. Elle continuera à le faire. Ils ont mis tellement de gens sur leurs listes, même moi, annonçant que nous pourrions être condamnés à la peine de mort quand la Chine viendra. Ils sont vraiment fous. Ce n'est pas nouveau.

À LIRE AUSSIQue viennent faire la France et ses sénateurs à Taïwan ?

Ce qui est nouveau, c'est ce qui s'est passé à Hongkong. Il y a cinq ans, personne n'aurait imaginé que le patron de presse Jimmy Lai et des centaines d'opposants seraient détenus sans procédure équitable. N'est-ce pas la preuve qu'une telle reprise en main par Pékin est possible ici aussi ?

Oui, vous avez raison, nous sommes passés à un autre niveau. Nous le savons. Mais nous ne sommes pas intéressés à le commenter. Nous continuerons de faire ce que nous devons faire. Et la présidente continuera son travail.

La seule chose que nous puissions faire est de préserver notre volonté de protéger nos valeurs de démocratie, de droits de l'homme et de libertés fondamentales.

Mais quelle est la stratégie de la présidente Tsai pour éviter la guerre, avant la fin de son mandat en 2024, et au-delà ?

Après toutes ces années, nous nous sommes rendu compte que la seule chose que nous puissions faire est de préserver notre volonté de protéger nos valeurs de démocratie, de droits de l'homme et de libertés fondamentales. C'est la seule chose que nous devrions faire. Nous y croyons, contrairement aux pays autoritaires. Les gens savent, ont des yeux, peuvent sentir ce qui est juste et ce qui est injuste. Nous connaissons surtout les Taïwanais. C'est ce qu'ils veulent. Et c'est ce que veulent la majorité des pays. Nous ne serons pas seuls à nous battre contre les puissances autoritaires.

China State Media nous avertit de la défense de Taiwan serait "coup de mort" aux soldats américains .
au milieu des tensions croissantes entre les États-Unis et Taiwan, la période mondiale, une publication des médias de l'État chinois, a averti que la participation de l'Amérique à la sécession de Taiwan serait mortelle pour Troupes américaines. © Drew angerer / Getty Images The Global Times, une sortie de média d'État chinoise, a averti que l'Amérique envoie des troupes pour défendre Taiwan serait un "coup de mort" aux soldats.

usr: 1
C'est intéressant!