•   
  •   

Monde Nigeria: un an après, la jeunesse veut commémorer les victimes de la répression policière

06:51  20 octobre  2021
06:51  20 octobre  2021 Source:   afp.com

Le président de la Biélorussie Alexander Lukachenko nie la répression, nous accuse de «HaRéphae»

 Le président de la Biélorussie Alexander Lukachenko nie la répression, nous accuse de «HaRéphae» © Document Moscou, Russie - 24 juin: Président de Biélorussie Alexander Lukachenko avec son fils Nikolai (L) pendant le défilé militaire de la victoire marquant le 75ème Anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale, le 24 juin 2020 à Moscou, en Russie. Le 75e anniversaire marque la fin de la grande guerre patriotique lorsque le nazi a capitulé à l'Union alors soviétique.

Akinwunmi Ibrahim Adebanjo brandit le drapeau nigérian à l'approche de l'hommage aux victimes de la sanglante répression du mouvement #Endsars contre les violences policières, à Lagos, au Nigeria, le 11 octobre 2021 © PIUS UTOMI EKPEI Akinwunmi Ibrahim Adebanjo brandit le drapeau nigérian à l'approche de l'hommage aux victimes de la sanglante répression du mouvement #Endsars contre les violences policières, à Lagos, au Nigeria, le 11 octobre 2021

La jeunesse nigériane prévoit de se rassembler mercredi pour rendre hommage, un an après, aux victimes de la sanglante répression du mouvement #Endsars contre les violences policières, en dépit des mises en garde des autorités.

Sur les réseaux sociaux, les messages appelant la jeunesse à se retrouver le 20 octobre pour "honorer la mémoire des victimes" dans les grandes villes du sud du pays, à Abuja, Lagos ou encore Port Harcourt, ont été partagés des dizaines de milliers de fois depuis mardi.

Nigeria : l'armée annonce la mort du chef local de l'EI

  Nigeria : l'armée annonce la mort du chef local de l'EI Le chef du groupe jihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe Etat islamique (EI), Abou Musab al-Barnawi, est mort, a affirmé jeudi un haut responsable de l'armée nigériane.L'Iswap (Etat islamique en Afrique de l'Ouest) n'a pas confirmé la mort d'al-Barnawi."Je peux affirmer avec certitude qu'al-Barnawi est mort", a déclaré devant des journalistes le chef d'état-major, le général Lucky Irabor.Il n'a pas précisé les circonstances du décès du leader jihadiste, déjà donné pour mort par les autorités nigérianes par le passé.

A Lagos, la bouillonnante capitale économique, les citoyens ont prévu de défiler mercredi matin à bord de leur véhicule en traversant avec des drapeaux le péage de Lekki, lieu emblématique de la contestation, où l'armée et la police avaient ouvert le feu le 20 octobre 2020, causant la mort d'au moins 10 personnes et mettant ainsi fin au mouvement.

Une passante devant un graffiti #EndSARS ( © PIUS UTOMI EKPEI Une passante devant un graffiti #EndSARS ("en finir avec la SARS") à l'approche de l'hommage aux victimes de la sanglante répression du mouvement #Endsars contre les violences policières, à Lagos, au Nigeria, le 11 octobre 2021

"Des citoyens nigérians innocents qui agitaient des drapeaux et chantaient se sont fait tirer dessus, ont été blessés et été tués. Nous ne devons jamais oublier", a écrit mardi le chanteur nigérian Falz, également figure du mouvement, suivi par plus de 8 millions d'utilisateurs sur Instagram.

Cambridge College pour retourner la statue de bronze pillée au Nigeria

 Cambridge College pour retourner la statue de bronze pillée au Nigeria Londres (AP) - Un Cambridge University College a déclaré vendredi qu'il retournerait un cockerel bronze pillé au Nigéria plus tard ce mois-ci, ce qui en fait la première institution britannique de remettre l'un des artefacts connu sous le nom de Bénin Bronzes. © fourni par l'archiviste de presse associée , Robert Athol regarde une statue en bronze d'une coq appelée Okoukor, l'un des bronzes Bénin, à Jesus College, Université de Cambridge, Angleterre, le vendredi 15 octobre 2021.

"Nous allons défiler avec nos voitures en traversant le péage. Nous connaissons leur méthode, une procession de voitures est donc l'option la plus sûre pour minimiser le harcèlement de la police", a ajouté la célébrité.

Les autorités ont mis en garde les citoyens nigérians ces dernières semaines contre de nouvelles manifestations organisées au nom de #Endsars, affirmant que ces dernières avaient dégénéré l'an passé en émeutes et pillages.

Selon Amnesty International, au moins 56 personnes ont été tuées dans tout le pays durant ces semaines de contestation.

La police avait indiqué que 51 civils et 22 policiers avaient été tués à la suite des manifestations, tandis que 205 postes de police et autres bâtiments avaient été incendiés ou vandalisés.

En février, quelques dizaines de manifestants avaient tenté de se rassembler au péage de Lekki pour demander justice pour les victimes de la répression, dont les responsables n'ont toujours pas été poursuivis.

Nigeria. Au moins 43 personnes tuées dans une attaque au nord du pays

  Nigeria. Au moins 43 personnes tuées dans une attaque au nord du pays Une nouvelle attaque meurtrière s’est produite au Nigeria. Une quarantaine de personnes auraient péri. Quelques jours plus tôt, des groupes armés s’en étaient pris aux forces de sécurité et avaient attaqué une prison. Des hommes armés ont tué au moins 43 personnes dans une attaque commise dans l’État de Sokoto, dans le nord du Nigeria, ont annoncé lundi les services du gouverneur régional.L’assaut a commencé dimanche sur un marché hebdomadaire à Goronyo et il s’est poursuivi jusqu’à lundi matin, a dit le gouverneur Aminu Waziri Tambuwal dans un communiqué.

Sous les objectifs des journalistes, ils avaient tous été arrêtés, sans exception.

- Visite d'Erdogan -

En amont du rassemblement mercredi, l'avocate Moe Odele a affirmé sur Twitter avoir recontacté tous les avocats qui s'étaient portés volontaires pour faire libérer les manifestants arrêtés lors du mouvement, pour leur demander "de se tenir prêts".

Un important dispositif des forces de sécurité est attendu mercredi à Lagos, et notamment au péage de Lekki, où des unités de police stationnent depuis déjà plusieurs nuits, selon plusieurs témoins.

Dans la capitale fédérale, Abuja, un rassemblement est prévu autour de la fontaine de l'Unité, autre lieu emblématique de la contestation, où des casseurs armés de gourdins et de machettes avaient agressé des manifestants l'an passé.

A quelques kilomètres seulement, le chef de l'Etat Muhammadu Buhari doit recevoir au palais présidentiel son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui effectue une visite officielle dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Dans d'autres villes du Sud, comme Port Harcourt ou Nsukka, des marches en hommage aux victimes sont prévues en fin de soirée.

Nigeria: un an après le massacre de Lagos, où en est la justice ?

  Nigeria: un an après le massacre de Lagos, où en est la justice ? Mercredi 20 octobre, la jeunesse nigériane commémore la tuerie survenue sur le péage de Lekki, il y a un an. L'armée avait ouvert le feu sur un rassemblement pacifique, causant la mort d'au moins 10 personnes et mettant fin à deux semaines de protestations inédites dans le pays. Un an plus tard, les victimes et leurs familles n'ont toujours pas reçu justice, selon Amnesty International et Human Rights Watch. Avec notre correspondante à Lagos, Lizza FabianUn an après la tuerie de Lekki, le bilan réel de la répression du mouvement #EndSars demeure incertain.

Le mouvement #EndSARS ("en finir avec la SARS") avait initialement débuté la première semaine d'octobre 2020 pour dénoncer les brutalités de la SARS, une unité spéciale de la police accusée depuis des années de racketter la population, d'arrestations illégales, de torture et même de meurtre.

Face à la pression populaire, les autorités avaient démantelé l'unité, et promis de réformer la police, mais la jeunesse, peu convaincue par les promesses du gouvernement, avait continué sa contestation.

La répression des manifestations, notamment le 20 octobre à Lekki, avait ensuite été suivie par une semaine de pillages et de violences.

Une Commission de justice spéciale avait ensuite été mise en place par l'Etat de Lagos pour enquêter sur les accusations de brutalités policières et sur la répression des manifestations.

Devant cette commission, l'armée avait affirmé n'avoir eu recours qu'à des balles à blanc, puis avait admis que ses soldats disposaient également de balles réelles. Ses responsables ont ensuite cessé de s'y présenter en dépit de plusieurs convocations.

La commission, qui a achevé ses consultations publiques lundi, doit prochainement communiquer au gouvernement les résultats de son enquête et des recommandations.

cma/sst/ybl

800 détenus s’évadent au Nigeria après une attaque dans une prison .
Une attaque s’est produite vendredi soir dans une prison de l’est du Nigeria. Alors que 800 détenus se sont évadés, 575 prisonniers, tous en attente de jugement, sont toujours manquants. Des hommes armés ont attaqué une prison dans l’est du Nigeria et ont contraint plus de 800 détenus à s’évader, a annoncé samedi l’administration pénitentiaire locale.L’attaque s’est produite vendredi soir dans l’État d’Oyo. Les assaillants étaient lourdement armés et, après une fusillade avec les gardiens de la prison, ils sont parvenus à entrer dans l’enceinte de l’établissement en faisant sauter les murs à l’aide d’explosifs.

usr: 3
C'est intéressant!