•   
  •   

Monde Licences de pêche post-Brexit. « L’escalade n’est pas du fait de la France », assure Jean Castex

16:25  28 octobre  2021
16:25  28 octobre  2021 Source:   ouest-france.fr

SUR SUR L'EMMANUEL! Boris incendie après que la France se déchaîne la rage dans la rangée de pêche Brexit

 SUR SUR L'EMMANUEL! Boris incendie après que la France se déchaîne la rage dans la rangée de pêche Brexit Votre navigateur ne supporte pas cette vidéo Les responsables français accusent la Grande-Bretagne de refuser de distribuer des licences à ceux qui leur sont admissibles et ont menacé une action de représailles si plus ne sont pas accordées.

Jean Castex, le Premier ministre, en plein échange avec Olivier Le Nezet, président du port de pêche de Lorient et du Comité régional des pêches. © Vincent Mouchel/Ouest-France Jean Castex, le Premier ministre, en plein échange avec Olivier Le Nezet, président du port de pêche de Lorient et du Comité régional des pêches.

Lors de son déplacement à Lorient (Morbihan), ce jeudi 28 octobre 2021, le Premier ministre a indiqué que Paris reste « ouvert aux discussions » si Londres « respecte ses engagements », après plusieurs jours de tensions entre Paris et Londres autour de licences de pêche attribuées après la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

Le Premier ministre ne pouvait pas venir à Lorient (Morbihan), ce jeudi 28 octobre 2021, sans parler des licences de pêche, en pleine crise post-Brexit. Alors même que le gouvernement britannique a appelé, ce jeudi, au « calme » et à la « désescalade » dans le conflit opposant Paris et Londres sur la pêche, après l’annonce par la France de mesures de rétorsion et le déroutage d’un navire écossais vers un port français.

Brexit : un bateau de pêche anglais dérouté jusqu’au Havre par la gendarmerie française

  Brexit : un bateau de pêche anglais dérouté jusqu’au Havre par la gendarmerie française A partir du 2 novembre, Paris mettra à exécution ses menaces alors que le conflit sur le nombre de licences accordées aux pêcheurs français après le Brexit persiste. "Interdiction de débarquement", contrôles douaniers accrus : la France a annoncé l'entrée en vigueur mardi 2 novembre de premières mesures de rétorsion contre les îles anglo-normandes et Londres, qui les a jugées "décevantes" et "disproportionnées" par rapport au conflit qui les oppose sur le nombre de licences accordées aux pêcheurs français après le Brexit.

Le gouvernement français estime ne pas avoir obtenu suffisamment de licences pour ses navires de pêche délivrés par Londres à l’heure du Brexit.

« Ouverts en permanence aux discussions »

« L’escalade n’est pas du fait de la France, a-t-il répondu à la presse qui l’interrogeait sur le sujet, alors qu’il franchissait le seuil des halles de Merville où se trouvent de nombreux poissonniers à Lorient, premier port de pêche français en valeur. Les Britanniques doivent respecter leurs engagements. Comprenez que nous soyons intransigeants sur le fait que les engagements pris pour nos pêcheurs soient tenus. Je ne demande pas mieux qu’une désescalade intervienne. Le gouvernement de Londres a toutes les clés pour la réaliser. Nous sommes ouverts en permanence aux discussions, matin, midi et soir. Je veux dire au gouvernement britannique que nous veillerons au respect de nos intérêts et au respect de la parole donnée. »

Devant la poissonnerie de la Maison Auffret, le Premier ministre a pu échanger brièvement avec Olivier Le Nezet, président-directeur général du port de pêche de Lorient et président du Comité régional des pêches. « Il est important d’avoir l’unité communautaire sur le sujet, que la France ne se retrouve pas seule », lui a dit le Lorientais.

«Guerre de la pêche» entre Londres et Paris: pourquoi un tel chahut autour des chalutiers? .
Le différend qui oppose le Royaume-Uni à la France au sujet des territoires de pêche s'est dernièrement intensifié. Le 28 octobre, les autorités françaises ont saisi un chalutier britannique. Londres a immédiatement réagi en convoquant l'ambassadrice de France.Cet épisode survient dans un contexte marqué par des tensions croissantes autour des licences de pêche, que les bateaux français doivent désormais, du fait du Brexit, obtenir pour avoir le droit de continuer de travailler dans les eaux britanniques.

usr: 0
C'est intéressant!