•   
  •   

Monde Trump maintient la pression avant le sommet de l'Otan

13:50  11 juillet  2018
13:50  11 juillet  2018 Source:   fr.reuters.com

Visite en Lettonie de Justin Trudeau avant le sommet de l'Otan

  Visite en Lettonie de Justin Trudeau avant le sommet de l'Otan Le Premier ministre canadien Justin Trudeau va se rendre en Lettonie les 9 et 10 juillet avant de participer au sommet de l'Otan, les 11 et 12 juillet à Bruxelles, a annoncé mardi son bureau. Outre ses entretiens à Riga, la capitale lettone, avec le Premier ministre Maris Kucinskis et le président Raimonds Vejonis, M. Trudeau visitera le groupement tactique multinational de présence avancée renforcée de l'OTAN en Lettonie, qui est dirigé par le Canada.

Le président américain accuse ses partenaires de l ’Alliance atlantique, réunis ce mercredi à Bruxelles, de ne pas assez mettre la main au pot. Va-t-il les envoyer bouler comme lors du G7 ? Trump met le sommet de l ’ Otan à cran.

Avant l 'ouverture du sommet de l ' OTAN à Bruxelles ce 11 juillet, le président américain Donald Trump a accusé l'Allemagne d'être «prisonnière» de la Russie car, selon lui, elle achète à Moscou «une grande partie de son énergie».

par Marine Pennetier et Robin Emmott

Donald Trump a maintenu mercredi la pression sur ses partenaires de l'Otan à quelques heures de l'ouverture d'un sommet de l'Alliance militaire à Bruxelles qui s'annonce houleux en raison du bras de fer engagé par Washington sur la question de l'effort de défense que le président américain juge déséquilibré.

Les Etats-Unis "payent beaucoup trop", a répété le président américain à la presse dans la matinée lors d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg dans la capitale belge. "C'est disproportionné et injuste pour les contribuables des Etats-Unis".

Pourquoi Donald Trump en veut-il à l'Otan?

  Pourquoi Donald Trump en veut-il à l'Otan? Donald Trump se rend mercredi au sommet de l'Otan et les débats s'annoncent tendus, le président américain attendant de gros efforts financiers de la part de ses alliés. © Reuters Donald Trump se rend mercredi au sommet de l'Otan et les débats s'annoncent tendus, le président américain attendant de gros efforts financ C'est un contentieux qui dure depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Donald Trump souhaite que ses alliés augmentent leur budget de défense afin de rééquilibrer la charge financière au sein de l'Otan.

Donald Trump a estimé mardi que sa rencontre avec Vladimir Poutine à Helsinki pourrait être plus facile que le sommet de l ’ Otan à Bruxelles ou même sa visite au Royaume-Uni, au moment où il embarquait pour une tournée européenne de plus d’une semaine.

NON! », a-t-il écrit. Selon l’AFP, qui cite un conseiller du président Macron, Paris espère que le sommet de l ’ Otan « montrera l’unité des alliés » malgré la pression mise par M. Trump sur les Européens. »

"Nous protégeons l'Allemagne, la France. Nous protégeons tous ces pays", a-t-il poursuivi. Et certains d'entre eux vont signer un contrat de gazoduc avec la Russie et des milliards de dollars vont dans leurs caisses", visant explicitement Berlin et le projet de gazoduc Nord Stream 2 qui doit relier la Russie à l'Allemagne via la Baltique, un projet qui inquiète Washington.

"Donc nous sommes supposés vous protéger contre la Russie et vous lui donnez des milliards de dollars, je pense que c'est très inapproprié", a-t-il ajouté.

Les déclarations du président américain, qui n'a eu de cesse depuis son accession à la Maison blanche en janvier 2017 de réclamer un meilleur "partage du fardeau", renforcent encore l'incertitude qui pèse sur l'issue du sommet annuel de l'Otan auquel participent les 29 pays membres.

"Fair play" et "esprit d'équipe": la Coupe du monde s'invite au sommet de l'Otan

  La Coupe du monde de football s'est invitée mercredi à Bruxelles au sommet de l'Otan, où sont présents les dirigeants des quatre nations demi-finalistes de la compétition: la France, la Belgique, la Croatie et l'Angleterre."Comme en football, nous avons plus que jamais besoin de +fair play+ et d'esprit d'équipe", a déclaré à l'ouverture du sommet le Premier ministre belge Charles Michel, dont le pays accueille le sommet, empoisonné par des tensions entre le président américain Donald Trump et la chancelière allemande Angela Merkel.

Acrimonieux, difficile, imprévisible: le sommet de l ' Otan qui s'ouvre mercredi à Bruxelles s'annonce tendu tant il dépendra de l 'humeur de Donald Trump , invité par les Européens à "mieux considérer" ses alliés.

M. Trump rencontrera lundi son homologue russe à Helsinki, pour un premier sommet bilatéral historique, quelques jours après une réunion avec ses alliés de l ’ Otan , qui s’attendent à être mis sous pression sur le partage des dépenses de défense.

TRUMP MAINTIENT LA PRESSION AVANT LE SOMMET DE L'OTAN © REUTERS/Leah Millis TRUMP MAINTIENT LA PRESSION AVANT LE SOMMET DE L'OTAN

Dans les chancelleries occidentales, encore refroidies par la volte-face du G7 le 10 juin au Canada, où Donald Trump a refusé de cautionner le communiqué commun après l'avoir accepté, l'heure est à prudence.

"Personne ne sait ce que va dire le président américain, même ses équipes ne le savent pas", confie un diplomate français, qui invite à ne "pas surinvestir dans des attentes".

ARTICLE 5

Toute mention par Donald Trump à l'article 5 du traité, qui stipule qu'une attaque menée contre un de ses membres est considérée comme une attaque dirigée contre tous les alliés, devrait toutefois être observée de près par des alliés inquiets d'une remise en cause de ce principe de défense collective.

"On s'attend à ce que le sommet montre l'unité des alliés (...) mais notre crainte c'est ce que cela ne soit pas atteint", souligne-t-on à Paris, où l'on n'exclut pas un possible "chantage à la sécurité" par Donald Trump.

Trump accuse l'Allemagne d'être "contrôlée par la Russie", Merkel répond

  Trump accuse l'Allemagne d'être Présent en Belgique pour le sommet de l'Otan, Donald Trump n'a pas mâché ses mots envers l'Allemagne, «complètement contrôlée par la Russie» selon lui. Échanges tendus au sommet de l'OTAN. Au lendemain de son arrivée à Bruxelles, Donald Trump est passé à l'offensive, s'attaquant surtout à l'Allemagne, avec pour origine de sa colère sa volonté de voir les Européens augmenter leurs dépenses militaires au sein de l'Alliance atlantique.

Le sommet de l ' Otan s'annonce tendu. Peu avant de prendre l'avion, Donald Trump avait critiqué les dépenses de défense, un sujet qui s'annonce épineux lors du sommet : «Les pays de l ' Otan doivent payer PLUS, les Etats-Unis doivent payer MOINS.

Mardi, Donald et Melania Trump ont quitté la Maison-Blanche pour la Belgique, où le président américain doit participer au sommet de l ' Otan , avant de rencontrer Vladimir Poutine à Helsinki.

Jusqu'à la dernière minute, le président américain aura fait monter la pression. Fin juin, il a adressé une lettre à neuf pays, leur rappelant l'engagement pris en 2014 par les membres de l'Alliance militaire à porter leurs dépenses militaires à 2% du PIB d'ici 2024, visant particulièrement l'Allemagne (1,2% actuellement).

"Les pays de l'Otan doivent payer PLUS, les Etats-Unis doivent payer MOINS", a-t-il renchéri sur Twitter mardi à son départ de Washington pour Bruxelles, dénonçant un système actuel "très injuste".

Selon des chiffres publiés mardi par l'Otan, en 2017 seuls les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Estonie, la Grèce et la Pologne ont atteint les 2% du PIB en matière d'effort de défense - la Lettonie, la Lituanie et la Roumanie devraient à leur tour atteindre ce seuil en 2018. La France table elle sur 2025.

"Nous sommes d'accord pour dire qu'à l'Otan il n'y a pas de partage équitable des charges", a reconnu Jens Stoltenberg mercredi dans un débat organisé avant le sommet. "Certains alliés souhaiteraient voir une augmentation plus rapide mais nous allons dans la bonne direction".

Trump et Trudeau ont discuté de l'Aléna en marge du sommet de l'Otan (responsable)

  Trump et Trudeau ont discuté de l'Aléna en marge du sommet de l'Otan (responsable) Donald Trump et Justin Trudeau ont discuté mercredi en marge du sommet de l'Otan de la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna), et des conséquences à cet égard de l'élection du nouveau président mexicain, a indiqué une source gouvernementale canadienne. Le président américain et le Premier ministre canadien "ont eu une conversation en marge des rencontres aujourd'hui (à Bruxelles) et ils ont parlé de commerce, dont l'Aléna", a dit cette source à l'AFP.

Donald Trump a estimé mardi que sa rencontre avec Vladimir Poutine à Helsinki pourrait être plus facile que le sommet de l ’ Otan à Bruxelles ou même sa visite au Royaume-Uni, au moment où il embarquait pour une tournée européenne de plus d’une semaine.

Les dirigeants des pays membres de l ’ Otan appréhendent leur sommet avec Donald Trump , mercredi et jeudi à Bruxelles, car ils s’attendent à être mis sous pression , sinon rudoyés, par un président américain vindicatif, exigeant le partage du fardeau financier

AFFICHER UNE UNITE

"Il est important que lors ce sommet, en dépit des désaccords et discussions franches et ouvertes, nous soyons en mesure d'être à la hauteur des enjeux", a-t-il ajouté. "L'Otan est une bonne alliance (...) tant que nous sommes unis, nous préserverons cet environnement sécuritaire qui nous est cher à tous".

L'enjeu de l'unité est de taille à quelques jours de la rencontre prévue à Helsinki entre Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine, farouche opposant à l'Alliance atlantique dont il voit d'un mauvais oeil les mesures censées garantir la sécurité dans les pays de l'Est de l'Otan.

"Il faut être forts et fermes (face à la Russie) et tant que nous resterons unis, nous pourrons avoir un dialogue politique avec les Russes", a estimé le secrétaire général de l'Otan.

Au-delà de l'effort de défense, d'autres questions seront abordées par les 29 chefs d'Etat et de gouvernement qui devraient donner leur feu vert au lancement d'une mission de formation des forces de sécurité irakiennes et inviter la "République de Macédoine du nord" à entamer les négociations d'adhésion à l'Otan.

Après un dîner de travail organisé mercredi soir au musée d'art et d'histoire du Cinquantenaire de Bruxelles, la journée de jeudi sera rythmée par une réunion sur la sécurité en mer Noire et une sur la mission "Resolute Support" en Afghanistan en présence du président afghan Ashraf Ghani.

(avec Jeff Mason, édité par Yves Clarisse)

Trump dit que la rencontre avec Poutine pourrait être la plus facile en Europe .
Donald Trump a dit jeudi que la rencontre prévue la semaine prochaine avec son homologue russe Vladimir Poutine serait peut-être la plus facile de toutes celles de sa tournée en Europe, le président américain ajoutant que Moscou était un concurrent et non pas un ennemi. Prié de dire, à l'issue d'un sommet de deux jours de l'Otan organisé à Bruxelles, si Vladimir Poutine représentait une menace, Donald Trump a répondu : "Je ne veux pas qu'il le soit et c'est pourquoi nous avons l'Otan"."Est-il mon ennemi ? Il n'est pas mon ennemi (...) J'espère qu'un jour il sera un ami. Je ne le connais pas très bien.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!