•   
  •   

Monde Le retour en force des Etats-Unis dans le dossier libyen

10:15  12 juillet  2018
10:15  12 juillet  2018 Source:   rfi.fr

Washington "ne reconnaît pas" l'annexion de la Crimée par la Russie

  Washington Donald Trump doit rencontrer Vladimir Poutine le 16 juillet. © Copyright 2018, L'Obs Donald Trump dans l'Air Force One le 29 juin 2018. La Maison Blanche a martelé lundi 2 juillet que les États-Unis ne reconnaissaient pas l'annexion de la Crimée par la Russie, quelques jours après les propos ambigus de Donald Trump sur ce thème.Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif :"Nous ne reconnaissons pas la tentative de la Russie d'annexer la Crimée. Les sanctions contre la Russie resteront en place jusqu'à ce que la Russie rende la péninsule à l'Ukraine.

Les États - Unis sont une république fédérale composée de cinquante États fédérés auxquels s'ajoutent le district de Columbia — comprenant la capitale Washington — et plusieurs territoires. Aux États - Unis

Cette rencontre entre Américains et Libyens annonce un retour en force des Etats - Unis dans ce pays qu'ils avaient pratiquement abandonné depuis 2012, suite à l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi.

Washington reprend le dossier libyen après l'avoir pratiquement abandonnée depuis l'arrivée du président Donald Trump au pouvoir. Le président américain semblait préféré laisser la gérance de ce dossier aux européens, mais il semble avoir changé d’avis.

Donald Trump l'a franchement exprimé en obligeant, ce 10 juillet, les partis libyens à reprendre la production et l’exportation du brut. Alors que les opérations étaient arrêtées depuis juin dernier en raison d’instabilité politique, il a fallu moins de 24 heures après l’intervention de Washington, pour que les choses reviennent à la norme.

La première puissance mondiale a besoin en urgence du brut libyen. Elle encercle l'Iran, le troisième exportateur mondial du brut et elle presse l'organisation des pays exportateurs (l'Opep) à augmenter la production afin de baisser des prix en augmentation.

États-Unis : Un ours profite du jacuzzi d'un Californien (Vidéo)

  États-Unis : Un ours profite du jacuzzi d'un Californien (Vidéo) Un ours a voulu se rafraîchir des températures élevées en Californie. Et l'animal n'a pas hésité à s'inviter dans le jacuzzi d'un homme dans son jardin, tout en lapant la Margarita du propriétaire. Des images à découvrir sur Non Stop Zapping.Un Californien a eu une énorme surprise il y a quelques jours dans son propre jardin. Alors qu'il profitait du soleil dans la ville d'Altadena aux États-Unis, l'homme a soudainement découvert un ours, qui se faufilait dans son jardin : "Je me suis levé, j’ai jeté un coup d’œil dans les buissons et voilà, qu’un ours [grimpait] sur ma clôture".

Les Etats - Unis ont conduit, lundi 1er août, des frappes aériennes contre des cibles de l’organisation Etat islamique (EI) au cœur de Syrte, la ville du littoral central libyen , dont le groupe djihadiste avait fait sa place forte en Afrique du Nord.

""Les ONG doivent respecter la loi et ne pas faire obstacle aux opérations des garde-côtes libyens "" Donald Tusk Président du Conseil européen. ""Le régime nord-coréen constitue toujours une menace exceptionnelle pour les Etats - Unis "" Donald Trump Président des Etats - Unis .

D’autres interventions américaines ont récemment eu lieu. Le 2 juillet, Stéphanie Williams a été nommée représentante spéciale adjointe à Ghassan Salamé pour les affaires politiques en Libye. Un poste qui n'a jamais existé pour ses 5 prédécesseurs. Pour la presse américaine, cette nomination fait suite à l'intervention directe de Donald Trump auprès du secrétaire général de l'ONU.

L'Italie veut des élections en 2019

Stéphanie Williams a inauguré son activité sur le dossier libyen en participant à côté de Ghassan Salamé aux réunions de Rome, en début de semaine. Rome qui pousse à décaler à l'année prochaine la date des élections prévues le 10 décembre en Libye.

L'Américaine Stéphanie Williams, représentante spéciale adjointe pour les affaires politiques en Libye salue des membres du gouvernement d'union nationale libyen, fin mai. © STRINGER / AFP L'Américaine Stéphanie Williams, représentante spéciale adjointe pour les affaires politiques en Libye salue des membres du gouvernement d'union nationale libyen, fin mai.

Washington avait pris sa distance avec le dossier libyen depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir en janvier 2016. Cette tendance s'est vraiment installée après la nomination de Ghassan Salamé comme représentant spécial de l'ONU en Libye. Les Américains ayant échoué à imposer leur candidat Richard Wilcoks comme successeur à l'Allemand Martin Kobler en tant qu'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye.

Hormis quelques rares frappes aériennes visant des cibles jihadistes, Washington n'intervenait donc pas en Libye. La tendance semble s’inverser.

PSA confirme son projet de retour aux Etats-Unis même en cas de taxes .
Le constructeur français PSA Peugeot Citroën a confirmé jeudi son projet de retour progressif aux Etats-Unis, même si Washington allait au bout de son projet d'imposer 25% de taxes supplémentaires sur les voitures importées. "PSA confirme la mise en œuvre de son projet de retour progressif sur dix ans en Amérique du nord, tel qu’annoncé (...) en avril 2016", a indiqué à l'AFP le groupe automobile."Depuis 2016, PSA met en place aux Etats-Unis ses activités en misant d'abord sur des solutions de mobilité grâce à Free2Move, l'application (...) qui permet d'avoir accès à tous les prestataires d'autopartage", poursuit le groupe.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!