•   
  •   

Monde RDC: l’ex-Premier ministre Augustin Matata Ponyo rompt le silence

14:20  30 novembre  2021
14:20  30 novembre  2021 Source:   rfi.fr

Congo Hold-up: Egal, l’autopsie d’un scandale

  Congo Hold-up: Egal, l’autopsie d’un scandale La fuite de millions de documents et transactions bancaires à la BGFIBank permet de découvrir la face cachée de l’un des plus gros scandales financiers de la République démocratique du Congo : les 43 millions de dollars d’argent public versés à Egal, une société d’importation de viandes et de poissons liée au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. L’Inspection générale des finances a enquêté et a dédouané certains des acteurs. Contre-enquête signée Yann Philippin (Mediapart) et Sonia Rolley (RFI) en collaboration avec PPLAAF, KVF, Sentry, The Namibian, De Standaard sur la base des documents Congo Hold-up. « J’étais face à un groupe de mafieux.

L'ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, ici en 2015, est poursuivi pour détournements de fonds. © AFP - FEDERICO SCOPPA L'ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo, ici en 2015, est poursuivi pour détournements de fonds.

C’est la première prise de parole d'Augustin Matata Ponyo depuis l’arrêt, mi-novembre, de la Cour constitutionnelle déclarant son incompétence dans l’affaire du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Kamanda wa Kamanda Muzembe

Aujourd’hui, l’ancien Premier ministre de Joseph Kabila affirme être devenu un prisonnier dans son propre pays, un prisonnier politique : « C’est quand même inacceptable qu’un citoyen d’un pays, sénateur de surcroit, ancien Premier ministre, puisse être interdit de se faire soigner par son propre pays, à l’extérieur du pays et à mes propres frais. Pendant ce temps, d’autres personnes, on les laisse voyager. C’est pour cela que je vous dis que je suis un prisonnier politique (...) Je suis bloqué ici tout simplement parce que je suis peut-être un citoyen congolais d’une autre espèce. Mais, aussitôt que le président de la Cour suprême a rendu l’arrêt déclarant l’incompétence de la Cour suprême, j’ai introduit la requête pour aller me faire soigner. Donc, copie a été réservée même au chef d’État. Mais vous savez la réponse du procureur : il refuse. C’est inimaginable ».

Non, la compagnie aérienne RwandAir n'a pas transféré son siège social en RDC

  Non, la compagnie aérienne RwandAir n'a pas transféré son siège social en RDC Goma, ville congolaise frontalière avec le Rwanda, nouveau siège social de la compagnie aérienne RwandAir? C'est ce qu'affirment des publications partagées près de 700 fois depuis le 16 novembre sur les réseaux sociaux en République démocratique du Congo. C'est pourtant faux : l'entreprise dément tout transfert de son siège et dénonce une "fausse nouvelle". Le gouvernement congolais a également démenti tout accord en ce sens. Cette publication circule un mois après que RwandAir a commencé à desservir Goma le 15 octobre. Une infox qui suscite l'hostilité de nombreux internautes, dans un contexte historiquement tendu entre le Rwanda et la RDC.

Nouvelle démarche ?

L’ancien Premier ministre croit savoir que le parquet de la Cour constitutionnelle a amorcé une nouvelle démarche pour saisir la Cour de cassation aux fins de statuer sur la même affaire. Augustin Matata qui félicite le président de la Cour constitutionnelle pour avoir dit le droit dans l’affaire qui avait été portée à sa connaissance, accuse le parquet de cette cour d’avoir comploté avec le bureau du Sénat pour lever ses immunités pour des raisons purement politiques, mais sans plus de détails. Il a dit aussi merci au secrétaire général des Nations unies pour, a-t-il dit, l’avoir « soutenu ».

À lire aussi: RDC: la Cour constitutionnelle se déclare incompétente pour juger Matata Ponyo

Congo Hold-up: les bonnes affaires des conseillers du président Tshisekedi .
Les documents Congo Hold-up ne couvrent que peu l’ère Tshisekedi. Mais dans ces millions de données provenant de la BGFI, on retrouve les noms de certains de ses conseillers. Malgré un discours politique très clair sur la nécessité de lutter contre la corruption, deux collaborateurs, Jean-Claude Kabongo et Luc-Gérard Nyafé, ont continué de faire des affaires, après leur prise de fonction à la présidence. Enquête de Justine Brabant (Mediapart) et Sonia Rolley (RFI).

usr: 0
C'est intéressant!