•   
  •   

Monde Nucléaire iranien: «déçus», les Européens s'inquiètent de la tournure des négociations

20:27  03 décembre  2021
20:27  03 décembre  2021 Source:   rfi.fr

Nucléaire iranien: Téhéran adopte une position de fermeture, les négociations s'annoncent difficiles

  Nucléaire iranien: Téhéran adopte une position de fermeture, les négociations s'annoncent difficiles À trois jours de la reprise des négociations nucléaires de Vienne, l'Iran vient de durcir le ton en affirmant que sans la fin des sanctions américaines, les négociations n'ont aucune chance d'aboutir. avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi C'est un net durcissement à la veille des négociations de Vienne. Allant dans le même sens que le principal négociateur nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, a affirmé que l'Iran exigeait la fin de toutes les sanctions américaines comme condition pour le succès des négociations avec les grandes puissances : « Toutes les sanctions américaine

L'envoyé spécial de l'UE en charge du dossier nucléaire iranien, Enrique Mora, s'adresse à la presse en juin 2021 à Vienne. © AP - Lisa Leutner L'envoyé spécial de l'UE en charge du dossier nucléaire iranien, Enrique Mora, s'adresse à la presse en juin 2021 à Vienne.

Les Européens ont exprimé ce vendredi 3 décembre leur « déception et préoccupation » quelques jours après la reprise à Vienne des négociations sur le nucléaire iranien, selon des hauts diplomates de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni (E3).

« Téhéran revient sur la quasi-totalité des compromis qui avaient été difficilement trouvés » au cours du premier cycle de négociations entre avril et juin, ont déclaré les négociateurs français, allemands et britanniques, cités par l'AFP. Les délégations retournent ce week-end dans leurs capitales respectives et les pourparlers reprendront en milieu de semaine prochaine « pour voir si ces divergences peuvent être surmontées ou non », ont-ils ajouté. Mais « savoir comment un tel écart peut être comblé dans un calendrier réaliste sur la base du projet iranien n'est pas clair ».

Nucléaire iranien : entre les Occidentaux et Téhéran, la quête d'un accord reste très incertaine

  Nucléaire iranien : entre les Occidentaux et Téhéran, la quête d'un accord reste très incertaine Dans le complexe dossier sur le nucléaire iranien, les négociations reprennent lundi à Vienne pour obtenir de Téhéran le respect de ses engagements de 2015. Un accord est loin d'être garanti et une entente a minima ne réglerait pas tout. C'est le casse-tête de la diplomatie occidentale depuis près de vingt ans, porteur d'une menace de guerre qui serait dévastatrice pour le Moyen-Orient et une bonne partie du reste du monde. Lundi, à Vienne, les négociateurs des puissances qui ont signé en juillet 2015 l'accord de démantèlement du programme nucléaire iranien (JCPOA) se retrouvent après cinq mois de suspension.

Malgré ces commentaires sévères, les diplomates européens se disent « pleinement engagés dans la recherche d'une solution diplomatique ». « Le temps presse », insistent-ils.


Vidéo: Un accord sur le nucléaire iranien "est possible", selon le directeur de l'AIEA (France 24)

Ce jeudi 2 décembre, le négociateur en chef de l'Iran concernant le dossier nucléaire, Ali Bagheri, a indiqué avoir fait deux propositions pour tenter de sauver l'accord sur le programme nucléaire iranien, dans le cadre des pourparlers qui ont repris lundi 29 novembre à Vienne après cinq mois d'interruption. Il a ajouté dans une interview à Al Jazeera que l'Iran formulerait une troisième proposition une fois que les deux premières seraient acceptées en précisant qu'elles n'avaient pas de raison d'être rejetées puisqu'elles sont, selon lui, « basées sur ce qui était prévu par l'accord de 2015 ».

Nucléaire iranien : reprise des négociations sous tensions à Vienne

  Nucléaire iranien : reprise des négociations sous tensions à Vienne Après cinq mois de pause, les États-Unis de Joe Biden reprennent lundi à Vienne les négociations indirectes avec l'Iran au sujet de l'accord sur le nucléaire iranien. Les observateurs demeurent pessimistes sur la possibilité de sauver l'accord passé en 2015. L'atmosphère est tendue à Vienne. Après cinq mois de pause, les négociateurs sur le nucléaire iranien se retrouvent, lundi 29 novembre dans la capitale autrichienne, pour tenter de ressusciter rapidement l'accord international de 2015. Mais les analystes restent peu optimistes sur les chances de succès.

L'arrivée au pouvoir de Raïssi a changé la donne

Conclu en 2015 entre la République islamique et six grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni), l'accord sur le nucléaire iranien s'est délité à la suite du retrait unilatéral des États-Unis en 2018 et du rétablissement de sanctions. En riposte, Téhéran s'est affranchi de la plupart de ses engagements.

Les négociations de Vienne visent à faire revenir dans le giron Washington, qui participe aux discussions de manière indirecte. Les différentes parties s'étaient quittées en juin avec l'espoir d'une conclusion imminente, mais l'arrivée au pouvoir en Iran du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi a changé la donne.

Ce pacte, connu sous son acronyme anglais JCPOA, offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU.

En laissant péricliter l'accord sur les armes nucléaires iraniennes, Biden se plante aussi lourdement que Trump .
Les États-Unis et l'Iran se sont rencontrés à Vienne lundi 29 novembre pour tenter de nouveau, peut-être pour la dernière fois, de ressusciter l'accord nucléaire iranien. Si aucun des deux camps ne cède un minimum de terrain, les négociations, en pause depuis cinq mois, ne mèneront probablement nulle part, auquel cas nous verrons les tensions s'exacerber, voire pire.Cet accord conclu en 2015 par le président Barack Obama et les dirigeants de six autres nations, dont l'Iran, exigeait des Iraniens le démantèlement de leur programme nucléaire; en échange de quoi les États-Unis s'engageaient à lever presque toutes les sanctions économiques qu'ils lui infligeaient.

usr: 1
C'est intéressant!