•   
  •   

Monde Des employés du département d’Etat américain infectés par le logiciel espion Pegasus

22:35  03 décembre  2021
22:35  03 décembre  2021 Source:   lemonde.fr

Apple poursuit une entreprise israélienne Groupe NSO sur Spyware

 Apple poursuit une entreprise israélienne Groupe NSO sur Spyware Apple Inc a déposé une action en justice aux États-Unis contre la société israélienne NSO Group, accusant la société d'utiliser son Spyware Pegasus pour pirater les appareils des utilisateurs de Apple.

Le 3 novembre, le département du commerce américain a placé l’entreprise israélienne NSO Group sur une liste noire d’entreprises, soumises à d’importantes restrictions en matière d’exportations et d’importations.

Les employés du département d’Etat ciblés par Pegasus utilisaient des numéros de téléphone étrangers, le logiciel ne permettant pas de cibler des numéros américains. © Fournis par Le Monde Les employés du département d’Etat ciblés par Pegasus utilisaient des numéros de téléphone étrangers, le logiciel ne permettant pas de cibler des numéros américains.

Les téléphones d’au moins neuf employés du département d’Etat américain ont été infectés au cours des derniers mois par le logiciel espion Pegasus, commercialisé par l’entreprise NSO Group auprès d’Etats du monde entier, a révélé l’agence Reuters vendredi 3 décembre. Ces officiels américains travaillaient en Ouganda ou traitaient de dossiers relatifs à ce pays, a également précisé l’agence.

«Pirates notoires»: Apple poursuit NSO, fabricant israélien du logiciel Pegasus

  «Pirates notoires»: Apple poursuit NSO, fabricant israélien du logiciel Pegasus L'étau se resserre aux États-Unis autour de NSO Group, le fabricant israélien d'un logiciel d'espionnage ultra controversé, avec les poursuites intentées ce mardi 23 novembre par le géant américain du numérique, excédé que ses iPhones aient été piratés. La société NSO est constituée de « pirates notoires », assènent les avocats du groupe californien. Leur plainte tient la firme israélienne pour responsable des « activités malveillantes » de certains de ses clients, dont des gouvernements.

80 ONG demandent à l’Europe d’interdire l’utilisation du logiciel espion Pegasus

Contactée par Reuters, l’entreprise israélienne a affirmé ne pas avoir connaissance de ces activités, tout en ajoutant qu’une enquête a été lancée pour déterminer si un de ses clients a enfreint les règles d’utilisation du logiciel, que NSO Group assure commercialiser exclusivement pour lutter contre la criminalité et le terrorisme. L’agence n’a pas identifié publiquement le ou les clients de Pegasus à l’origine de ces infections.

Les employés du département d’Etat ciblés par Pegasus utilisaient des numéros de téléphone étrangers, selon l’agence de presse. Les clients de Pegasus ne peuvent en effet pas cibler les numéros de téléphone de certains pays, et notamment ceux des Etats-Unis.

Pegasus : Apple révèle l’existence de dizaines de nouvelles victimes dans le monde

  Pegasus : Apple révèle l’existence de dizaines de nouvelles victimes dans le monde De la Thaïlande au Salvador, en passant par l’Arménie, des journalistes, artistes, militants politiques ou des droits humains ont été ciblés par le puissant logiciel espion de NSO Group. Un rappeur thaïlandais, le président d’un parti politique ougandais, une douzaine de journalistes d’un même média du Salvador… Mercredi 24 novembre, Apple a commencé à alerter des dizaines de victimes présumées du logiciel espion Pegasus, en leur envoyant un message les prévenant que des « pirates informatiques liés à un Etat » avaient attaqué leur téléphone et leur compte iCloud.

Sur la liste noire du département du commerce américain

Le 24 novembre, Apple a commencé à notifier des dizaines de victimes présumées de Pegasus, en leur envoyant un message les prévenant que des « pirates informatiques liés à un Etat » avaient attaqué leur téléphone et leur compte iCloud. Le logiciel Pegasus pouvait en effet être installé subrepticement sur les iPhone du fabricant américain, sans que l’usager ne puisse se protéger. Apple a également porté plainte contre NSO Group aux Etats-Unis, comme WhatsApp l’avait fait en 2019 après la découverte d’une faille dans l’application de messagerie, utilisée par le fabricant de logiciels espions.

Pegasus : Apple révèle l’existence de dizaines de nouvelles victimes dans le monde

Le 3 novembre, le département du commerce a placé NSO Group sur une liste noire d’entreprises soumises à d’importantes restrictions en matière d’exportations et d’importations. Cette décision, lourde politiquement, n’entraîne pas un arrêt pur et simple des relations entre les entreprises américaines et l’expert israélien des logiciels espions, mais elle impose de sévères contrôles qui peuvent fortement compliquer le bon fonctionnement des activités de NSO Group. Ce fabricant a en effet besoin de se fournir en matériel et en services informatiques pour développer ses outils, en louant par exemple des serveurs à Amazon. La décision du département du commerce est également un message politique, qui peut décourager les entreprises situées dans des pays alliés aux Etats-Unis de fournir des biens et services à NSO Group.

Affaire Pegasus : Apple attaque à son tour la société israélienne NSO et son logiciel espion

  Affaire Pegasus : Apple attaque à son tour la société israélienne NSO et son logiciel espion Les avocats d’Apple qualifient les responsables de NSO de « mercenaires amoraux du XXIe siècle » © Joël Saget L'entreprise israélienne de sécurité informatique NSO est à l'origine du logiciel d'espionnage Pegasus (illustration). CYBERSECURITE - Les avocats d’Apple qualifient les responsables de NSO de « mercenaires amoraux du XXIe siècle » L’étau se resserre aux Etats-Unis autour de NSO Group, le fabricant israélien du logiciel d'espionnage ultra controversé Pegasus. Apple, excédé que ses iPhones aient été piratés, a en effet engagé des poursuites contre la firme.

La France freine sur la transparence des exportations de biens à double usage

Sous la houlette de la plate-forme Forbidden Stories, et en partenariat avec Amnesty International, un consortium de dix-sept médias internationaux dont Le Monde a montré cet été que certains clients de NSO Group avaient gravement dévoyé le logiciel espion. Le Maroc, la Hongrie, l’Inde ou encore l’Azerbaïdjan ont ainsi été accusés de l’utiliser contre des journalistes (dans certains cas français), des activistes, des militants des droits de l’homme et des responsables politiques. Ces révélations ont entraîné plusieurs réactions internationales, la Cour suprême indienne ayant par exemple appelé le 27 octobre à l’ouverture d’une enquête indépendante sur l’utilisation de cet outil par les autorités.

« Projet Pegasus » : révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones

Pegasus : enquête ouverte après l'espionnage de diplomates américains .
Le fabricant du logiciel d'espionnage a annoncé avoir ouvert une enquête, après des révélations sur l'espionnage de plusieurs diplomates en Afrique.NSO Group a indiqué dans un message transmis à l'AFP avoir d'ores et déjà suspendu les clients potentiellement concernés « en raison de la gravité des accusations », sans toutefois les identifier. Le groupe assure n'avoir reçu « pour l'instant aucune information, numéro de téléphone ou indication que les logiciels de NSO aient été utilisés dans cette affaire ». Mais il se dit prêt « à coopérer avec toute autorité gouvernementale compétente et à partager toutes les informations en sa possession ».

usr: 2
C'est intéressant!