•   
  •   

Monde Covid-19 : l'Afrique, illustration de l'inégalité vaccinale qui nourrit la pandémie

12:20  17 décembre  2021
12:20  17 décembre  2021 Source:   francetvinfo.fr

Covid-19 : omicron pas plus grave que delta, selon Anthony Fauci

  Covid-19 : omicron pas plus grave que delta, selon Anthony Fauci Cinquième vague, troisième dose, variant omicron, bilan épidémique, nouveaux traitements, mutation du virus… Retrouvez les dernières informations sur la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.- Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran ont annoncé ce lundi soir trois mesures pour ralentir la cinquième vague : un renforcement du protocole dans les écoles primaires, l’ouverture de la vaccination des 5-11 ans avant la fin décembre sous réserve du feu vert des instances scientifiques et éthiques, et la fermeture à compter de vendredi et pour quatre semaines des discothèques.

Le continent africain est la lanterne rouge de la vaccination contre le Covid-19 : 3% de doses administrées dans le monde et environ 8% de sa population complètement vaccinée.

  Covid-19 : l'Afrique, illustration de l'inégalité vaccinale qui nourrit la pandémie © Fournis par franceinfo

"Si nous mettons un terme à l'inégalité (vaccinale), nous pouvons mettre fin à la pandémie. Si nous permettons à cette inégalité de persister, nous permettons à la pandémie de perdurer", a lancé le 14 décembre 2021 le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus.

C'est devenu un mantra que le patron de l'OMS répète depuis des mois. Si la question de l'iniquité vaccinale illustrée par l'Afrique revêt une dimension morale, elle a surtout une justification scientifique et est de nouveau tangible avec l'apparition du variant Omicron qui se répand à toute vitesse.

Un lien qui "n'est plus à démontrer"

"Le lien entre la survenue de nouveaux variants et l'inégalité vaccinale n'est plus à démontrer", explique à franceinfo Afrique le Dr Richard Mihigo, coordonnateur du Programme de vaccination et mise au point des vaccins au Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique. "Nous le savions déjà avec les autres formes de maladies virales. Plus vous laissez un virus circuler dans une population qui n'est pas vaccinée, qui n'est pas protégée – nous avons l'expérience avec la rougeole chez les enfants –, plus vous (lui) donnez la possibilité de changer et de muter. La grippe saisonnière est aussi un cas parlant."

Pfizer's Vaccin de 70% contre l'hospitalisation de Omicron: Etude

 Pfizer's Vaccin de 70% contre l'hospitalisation de Omicron: Etude © AP Photo / Rogelio V. Solis Bouteilles vides du vaccin Pfizer Covid-19 Attendre l'élimination par une infirmière avec le centre de santé complet de Jackson-Hinds à Jackson, Miss. , à travers la rue de Jackson State University, mardi 21 septembre 2021.

Il y a dix mois, les premières doses arrivaient dans les pays africains, majoritairement via le mécanisme de solidarité Covax. A l'exception de l'Erythrée, tous déploient aujourd'hui la palette de vaccins autorisés. A ce jour, plus de 250 millions de doses ont été administrées sur le continent. Malheureusement, selon l'OMS, elles ne représentent que "3% des quelque 8 milliards de doses" injectées dans le monde. Résultat : "Seuls 8% environ des Africains sont entièrement vaccinés, contre plus de 60% dans de nombreux pays à revenu élevé."

Le pire scénario

Intervenant le 29 novembre à l'occasion de la session extraordinaire de l'Assemblée mondiale de la santé, le directeur général de l'OMS expliquait que le pire scénario imaginé avait pris corps. "Il y a un an, nous avons commencé à voir certains pays conclure des accords bilatéraux avec les fabricants, et signalé que les plus pauvres et les plus vulnérables seraient sacrifiés dans cette ruée mondiale vers les vaccins. Et c’est exactement ce qu'il s’est produit. Plus de 80% des vaccins dans le monde ont été attribués aux pays du G20", regrettait alors le Dr Ghebreyesus. Il soulignait, en outre, que certains pays commençaient "à vacciner des groupes qui présentent de très faibles risques de contracter une forme grave, ou à administrer des doses de rappel à des adultes en bonne santé" alors qu'en Afrique "seul un agent de santé sur quatre a été vacciné".

Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde

  Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde. L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie dans le monde pourrait être deux à trois fois plus élevé. burs-kd-acm/elm/roc- Le variant Omicron se propage à un rythme inédit -

Le 1er décembre, la journée mondiale de lutte contre le Sida − l'autre pandémie qui sévit depuis 40 ans – a été l'occasion pour beaucoup de faire le parallèle entre le traitement inégalitaire dont les Africains avaient fait l'objet aux premières heures de la pandémie et celui dont ils sont aujourd'hui victimes face à celle du Covid-19. Winnie Byanyima, la directrice exécutive du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (Onusida), est encore montée au créneau en prêtant sa voix, aux côtés du Prince Harry, duc de Sussex, à une vidéo de sensibilisation de The People's Vaccine, une coalition d'ONG et d'activistes qui milite pour des vaccins accessibles à tous.

Céder la place dans la file d'attente

La responsabilité des laboratoires est pointée tout comme l'accaparement des vaccins par les nations les plus nanties. Une attitude fustigée pour la énième fois par le président sud-africain Cyril Ramaphosa, champion de la lutte contre le Covid-19 de l'Union africaine (UA), lors de son déplacement au Sénégal le 7 décembre. Le dirigeant, qui souffre actuellement du Covid-19, a rappelé que les pays riches avaient commandé "plus de vaccins que ce dont leur population avait besoin".

Afrique-Turquie : après le commerce et la coopération, la défense

  Afrique-Turquie : après le commerce et la coopération, la défense SOMMET. Deux mois après son Forum économique, centré sur les investissements et les échanges, le président Erdogan a accueilli une quarantaine de hauts responsables africains.À LIRE AUSSITurquie-Afrique : Recep Tayyip Erdogan avance en conquérant

"Les entreprises pharmaceutiques continuent de donner la priorité à l'approvisionnement des pays à haut revenu qui stockent également plus de doses qu'ils ne peuvent en utiliser, tout en bloquant les tentatives d'accroître l'offre en soutenant la renonciation temporaire aux droits de propriété intellectuelle et le partage accru de la technologie et du savoir-faire", résumait le 14 décembre Amnesty International dans un rapport sur l'inégalité vaccinale en Afrique de l'Est.

Alors que l'Afrique faisait face à un déficit de 470 millions de doses pour 2021, la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, invitait mi-septembre les pays "qui ont des réserves" à "libérer leurs doses pour que d'autres pays puissent les acheter". Elle exhortait aussi ceux "qui ont promis des doses" à tenir "de toute urgence" leurs promesses. Les Etats-Unis, l'Union européenne et la France ont fait dans la foulée des annonces dans ce sens.

Désormais, le continent n'est plus dans la situation de pénurie des premiers mois de 2021 où l'accélération de l'épidémie en Inde avait obligé le pays à réserver ses capacités de production pour lui-même alors qu'il assurait la fabrication du vaccin AstraZeneca pour Covax. "Environ 20 millions de doses sont envoyées par semaine sur le continent aujourd’hui" par le biais de Covax, d'Avat (programme d'achat de vaccins de l'UA) et des accords bilatéraux signés par les Etats, a indiqué le 14 décembre le Dr Phionah Atuhebwe, chargée de l'introduction de nouveaux vaccins au bureau régional de l'OMS pour l'Afrique.

Covid-19: les restrictions se multiplient, pression sur les non-vaccinés

  Covid-19: les restrictions se multiplient, pression sur les non-vaccinés A une semaine de Noël, les restrictions se multiplient de nouveau à travers le monde face à la montée du variant Omicron.Un mois seulement après son identification en Afrique du Sud, le variant Omicron a déjà été identifié dans près de 80 pays et progresse de manière fulgurante en Europe, où il pourrait devenir dominant d'ici la mi-janvier, selon la Commission européenne.

Plus de prévisibilité

Afin d'optimiser leur déploiement, le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa CDC), l'OMS, l'Unicef, l'Alliance du vaccin-Gavi, entre autres, ont plaidé pour une meilleure prévisibilité des dons. "La majorité (de ceux) effectués jusqu'à présent étaient ponctuels, fournis avec peu de préavis et avec un court délai de conservation. Il est donc extrêmement difficile pour les pays de planifier des campagnes de vaccination", précise un communiqué publié fin novembre. Manque de fonds, pénurie de seringues, absence de personnels qualifiés ou encore mauvaise planification pour déterminer les cibles prioritaires sont autant d'obstacles à surmonter dans certains pays pour injecter les sérums.

A cela s'ajoute l'hésitation vaccinale qui touche le monde entier. Le 24 novembre, l'agence Reuters rapportait que l'Afrique du Sud avait demandé à Johnson & Johnson et Pfizer de retarder leurs livraisons parce la défiance vaccinale ralentissait sa campagne. Le pays est le plus touché par le Covid-19 en Afrique, mais est aussi l'un des rares sur le continent à se rapprocher du taux de vaccination de 40% fixé par l'OMS pour la fin de l'année. Cette méfiance, en partie nourrie par la désinformation, est souvent liée à "une réponse inadéquate" aux préoccupations concernant la sécurité et les effets secondaires des vaccins, analyse le Dr Phionah Atuhebwe. "Dans certains pays, nous avons également constaté que les chefs religieux sont très suivis et ce qu'ils disent (à ce sujet) est très important pour leurs fidèles, contrairement à ce que la science a à dire." L'implication de ces leaders d'opinion "très importants" est une donnée à prendre en compte, note l'experte. "Mais avec la troisième vague que nous observons dans la plupart des pays et l'arrivée de la quatrième, ajoute-t-elle, l'hésitation tend à diminuer." Car, a-t-on constaté à l'OMS, l'hésitation vaccinale est souvent balayée par les vagues de l'épidémie.

Omicron. Quelle situation épidémique en Afrique du Sud, où est apparu le nouveau variant ?

  Omicron. Quelle situation épidémique en Afrique du Sud, où est apparu le nouveau variant ? En Afrique du Sud, le territoire où le variant Omicron a été découvert en novembre, les contaminations semblent augmenter de moins en moins ces derniers jours. La situation épidémique est en train d’atteindre un pic ou un plateau dans le pays, selon un épidémiologiste. Où en est la vague d’Omicron en Afrique du Sud, pays de détection de ce variant qui est en train de faire frissonner le monde ? À ce jour, ce pays de 59 millions d’habitants enregistre en moyenne un peu plus de 19 000 nouveaux cas de Covid-19 par jour, en date de lundi 20 décembre.

Au total, les difficultés logistiques, la défiance vaccinale ou encore le présumé gaspillage des doses apparaissent secondaires pour appréhender l'inégalité vaccinale. "Il est nécessaire de dissiper l'impression que (...) des millions de doses sont perdues, expirant en Afrique. Ce n'est pas le cas. Le principal défi dans les pays africains est l'approvisionnement en vaccins", a déclaré le Dr Moeti le 14 décembre lors de la conférence de presse du Bureau régional.

L'Afrique continue de résister au SARS-CoV-2

Si elle est à la traîne pour la vaccination, "l'Afrique a plutôt mieux résisté (aux) différentes vagues" que ne le prévoyaient les statistiques au début de la pandémie, déclarait début décembre le Dr Richard Mihigo. Les raisons sont multiples mais les études de séroprévalence ont révélé "qu'entre 40% et 60% des populations" étaient rentrées en contact avec le virus dans certains pays. "La grande majorité des infections, et on le savait depuis longtemps, restait asymptomatique", ajoute-t-il. Cependant,"il est important pour éviter les formes graves, surtout dans les populations vulnérables" − les personnes âgées, celles avec des comobirdités et immunodéprimées − "que la seule protection ne soit pas une protection passive mais plutôt active, avec la vaccination."

A l'approche des fêtes de fin d'année, propices aux rassemblements, et en attendant de réduire leur dépendance en vaccins vis-à-vis de l'extérieur, l'OMS encourage les Africains à observer les gestes barrière. L'équation "gagnante" contre le SARS-CoV-2 étant la suivante : vaccination (quand elle est disponible) + gestes barrière. Le continent affronte "officiellement" sa quatrième vague. Au 14 décembre, il comptait près de 9 millions de cas et avait enregistré plus de 225 000 décès depuis le début de la pandémie.

Plus de 94 000 nouveaux cas en France, 122 000 au Royaume-Uni... Le point sur la pandémie .
Quelque 94 124 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France, ce qui constitue un record, selon les chiffres de Santé publique France ce vendredi. © afp.com/STEPHANE DE SAKUTIN Cabine de tests du Covid-19, le 23 décembre 2021 à Paris Des milliards de personnes à travers le monde s'apprêtent ce vendredi à fêter un Noël assombri par l'explosion du variant Omicron. Celui-ci entraîne de nombreuses restrictions à l'heure des réunions de famille, alors que des campagnes de rappel battent leur plein dans de nombreux pays.

usr: 1
C'est intéressant!