•   
  •   

Monde Tunisie : les explications des autorités sur l'affaire Noureddine Bhiri suscitent des questions

03:33  05 janvier  2022
03:33  05 janvier  2022 Source:   rfi.fr

Vaccination des 5-11 ans : entre pédagogie et transparence, comment les pédiatres tentent de répondre aux questions des parents

  Vaccination des 5-11 ans : entre pédagogie et transparence, comment les pédiatres tentent de répondre aux questions des parents Face aux interrogations des parents, le rôle des pédiatres est déterminant dans la campagne vaccinale des 5-11 ans, qui s'est ouverte à tous les enfants de cette classe d'âge le 22 décembre."Et vous, vous en pensez quoi ?" C'est certainement l'une des questions que Brigitte Virey, pédiatre à Dijon (Côte-d'Or) et présidente du Syndicat national des pédiatres français (SNPF), entend le plus, depuis que le gouvernement a ouvert la vaccination aux enfants de 5 à 11 ans présentant un risque de contracter une forme grave du Covid-19, mi-décembre. Curieux, concernés ou soucieux, les parents tâtent le terrain.

puissance étrangère dans les affaires intérieures d’un pays souverain : la Tunisie … Par Raouf Chatty *. Dans son communiqué officiel suite à cet entretien, l’ambassade d’Allemagne à Tunis a mis l’accent en particulier sur l ’importance que son pays accorde «à l’indépendance du pouvoir judiciaire» , quand bien même la Dans le même sillage s’inscrit la démarche du représentant du Haut commissariat des Nations Unies aux Droits de l’homme à Tunis. Celui-ci s’est également empressé de solliciter des autorités une rencontre avec M. Bhiri . Ayant obtenu rapidement l’accord de celles-ci, il a pu ainsi

L ’ affaire serait liée à l’octroi de passeports tunisiens et de certificats de nationalité pour des personnes recherchées par la justice, via l’ambassade tunisienne à Vienne ainsi qu’un certificat de nationalité délivrée à un individu ayant des parents syriens. Sans donner plus de détail ni sur les auteurs de ces Il a également précisé que les autorités avaient autorisé la femme de Noureddine Bhiri à lui rendre visite, contrairement aux dires de son épouse et qu’elle aurait refusé. Le parlementaire n’aurait aussi pas voulu être transporté à l’hôpital militaire pour être soigné, selon le ministre de l’Intérieur.

Nourredine Bhiri lorsqu'il était ministre de la Justice. (image d'illustration) © AFP PHOTO / FETHI BELAID Nourredine Bhiri lorsqu'il était ministre de la Justice. (image d'illustration)

La justification du gouvernement sur les arrestations musclées du vice-président d’Ennahda et d’un cadre sécuritaire vendredi 31 décembre ont suscité des réactions au sein du parti islamiste mais aussi de la société civile qui demandent plus de précisions.

Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

Le bloc parlementaire du parti Ennahdha s’est dit « étonné » mardi des charges retenues contre le vice-président de son parti qui relève uniquement de la justice, selon le communiqué. Noureddine Bhiri et un cadre sécuritaire sont soupçonnés dans une enquête liée à du terrorisme, selon Taoufik Charfeddine ministre de l’Intérieur.

Ces initiatives qui nous ont redonné le sourire en 2021

  Ces initiatives qui nous ont redonné le sourire en 2021 Pandémie de Covid-19, retour des Taliban en Afghanistan, crise économique majeure au Liban, répression de manifestations en Colombie, ou encore incendies en Algérie : l’année 2021 n’a pas été épargnée par les mauvaises nouvelles. Mais au sein de la rédaction des Observateurs de France 24, nous avons aussi retrouvé le sourire grâce à plusieurs initiatives, menées aux quatre coins du monde. La rédaction des Observateurs de France 24 revient sur sept initiatives positives menées par des individus en Afrique, en Asie, en Amérique et en Europe, en 2021.

L ' affaire serait liée à l'octroi de passeports tunisiens et de certificats de nationalité pour des personnes recherchées par la justice, via l'ambassade tunisienne à Vienne ainsi qu'un certificat de nationalité délivrée à un individu ayant des parents syriens. Sans donner plus de détail ni sur les auteurs de ces Il a également précisé que les autorités avaient autorisé la femme de Noureddine Bhiri à lui rendre visite, contrairement aux dires de son épouse et qu'elle aurait refusé. Le parlementaire n'aurait aussi pas voulu être transporté à l'hôpital militaire pour être soigné, selon le ministre de l'Intérieur.

C’est aux autorités de communiquer sur cette affaire et de dissiper les rumeurs qui sont diffusées à son propos dans les réseaux sociaux et qui alimentent un climat d’incompréhension et de tension, entretenu par les dirigeants d’Ennahdha qui craignent, à juste titre, derrière cette affaire , l’ouverture d’enquêtes judiciaires les concernant pour les abus qu’ils ont commis au. cours des dix dernières années au cours desquelles ils avaient conduit le pays et noyauté toutes les institutions de l’Etat, à commencer par la justice. Selon certaines sources, Noureddine Bhiri avait été transféré, hier soir


Vidéo: Tunisie : l'UGTT condamne les décisions de Kaïs Saied (Euronews)

À lire aussi : Tunisie: le ministre de l'Intérieur justifie l'arrestation de Noureddine Bhiri

Alors qu’Ennahdha a dénoncé une affaire « politique », la justice a également réagi dans un communiqué du ministère public. Une enquête avait bien été ouverte depuis le 7 octobre sur cette affaire et le dossier avait été confié fin décembre au pôle judiciaire antiterroriste, mais aucun mandat d’arrêt n’avait été encore enclenché, d’où l’étonnement de la justice face à l’action menée par le ministre de l’Intérieur, qui a justifié ses décisions, par « la menace pour la sécurité nationale et des mouvements suspects ces derniers jours ».

Tunisie-Ghannouchi demande au président Saïed des informations sur l'arrestation d'un responsable d'Ennahda

  Tunisie-Ghannouchi demande au président Saïed des informations sur l'arrestation d'un responsable d'Ennahda TUNISIE-POLITIQUE/:Tunisie-Ghannouchi demande au président Saïed des informations sur l'arrestation d'un responsable d'EnnahdaTUNIS, 2 janvier (Reuters) - Rached Ghannouchi, le président du Parlement tunisien dont les travaux sont suspendus, a déclaré dimanche qu'il avait demandé au président Kaïs Saïed dans une lettre de révéler le lieu et l'état de santé de Noureddine Bhiri, un haut responsable du parti Ennahda, arrêté vendredi.

Le ministre tunisien de l’Intérieur a justifié lundi l’arrestation de l’homme fort du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, Noureddine Bhiri , par “des soupçons de terrorisme dans le dossier”, assurant que ce dernier, hospitalisé parce qu’il refuse toute alimentation et médicaments, est “bien traité”. Les décisions de M. Saied ont été qualifiées de “coup d’État” par Ennahdha et plusieurs opposants, tandis que des ONG nationales et internationales ont dit redouter une dérive autoritaire. Le dossier est caractérisé par des “soupçons graves”, selon M. Charfeddine, et porte notamment sur “ la fabrication

Afrique. L'actualité en Tunisie . Tunisie : l ’arrestation de Noureddine Bhiri justifiée par des "soupçons de terrorisme". "Des soupçons de terrorisme dans le dossier" ont justifié l'arrestation vendredi de l'ex-ministre et homme fort du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, Noureddine Bhiri , a déclaré le ministre tunisien de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine, le 3 janvier.

Aujourd’hui, malgré les explications des deux ministères, beaucoup de questions et d’inquiétudes perdurent comme le souligne la Ligue Tunisienne des droits de l’homme qui a appelé le ministre de l’Intérieur à éclaircir les conditions de l’arrestation du député islamiste, et s’il a été porté atteinte à son intégrité physique.

L’Organisation mondiale contre la torture a également rappelé les violations des libertés fondamentales dans les arrestations, sans fondement légal.

À lire aussi : Tunisie: inquiétude autour de l'état de santé de Noureddine Bhiri enlevé devant son domicile

Violences armées sur un site de la CAN .
A Buea, une des villes hôtes de la compétition continentale, les autorités ont constaté un à plusieurs morts par balles, selon les sources. © Fournis par Football 365 Limbé La Tunisie et la Gambie, deux des sélections présentes à la CAN 2021, ont été invitées à suspendre leur entraînement pour raison de sécurité. Buea (sud-ouest du Cameroun), un des sites de la compétition, a été marqué par des violences armées. Des affrontements entre l’armée camerounaise et des groupes séparatistes auraient fait trois morts (deux civils et un soldat), selon un article du portail afrik.

usr: 2
C'est intéressant!