•   
  •   

Monde Le jeudi noir de Joe Biden

10:55  14 janvier  2022
10:55  14 janvier  2022 Source:   lepoint.fr

Qu'est ce que le « filibuster », la règle parlementaire que Joe Biden veut contourner ?

  Qu'est ce que le « filibuster », la règle parlementaire que Joe Biden veut contourner ? Pour faire passer sa vaste réforme électorale qui vise notamment à protéger l'accès au vote des Afro-Américains, Joe Biden est prêt à tout, même à contourner une règle du Sénat appelée « filibuster ». Mais en quoi consiste cette technique d'obstruction parlementaire ?« Pour protéger la démocratie, je soutiens un changement des règles du Sénat, quel qu'il soit, pour empêcher une minorité de sénateurs de bloquer l'avancée sur l'accès au droit de vote », a menacé Joe Biden, mardi 11 janvier, lors d'un discours virulent prononcé en Géorgie, sur les terres de Martin Luther King.

etats-unis, joe biden, congrès, loi électorale, vaccin, covid-19, cour suprême © Oliver Contreras - CNP / Consolidated News Photos / picture alliance / Consolidated News Photos etats-unis, joe biden, congrès, loi électorale, vaccin, covid-19, cour suprême

La journée du jeudi 13 janvier n'a pas été de tout repos pour Joe Biden. Le président démocrate a vu, coup sur coup, la Cour suprême refuser l'obligation vaccinale en entreprise et sa réforme électorale bloquée au Congrès. Une journée cataclysmique qui en dit long sur les importantes difficultés de Joe Biden, plus d'un an après son arrivée au pouvoir.

« Je ne suis pas sûr » que nous y arriverons, a-t-il déclaré jeudi soir en sortant du Capitole, où il s'était exceptionnellement déplacé pour rencontrer Joe Manchin et Kyrsten Sinema, deux sénateurs démocrates opposés à sa réforme électorale. Celle-ci est composée de deux volets, l'un visant à rendre fériés les jours d'élection pour encourager le vote, tout en en renforçant le contrôle de l'État fédéral et le vote par correspondance (Freedom to Vote Act), et l'autre visant à interdire toute tentative de réduire le droit de vote d'une « minorité » (John Lewis Voting Rights Advancement Act).

Droit de vote des minorités : tout comprendre à la vaste réforme électorale voulue par Biden

  Droit de vote des minorités : tout comprendre à la vaste réforme électorale voulue par Biden Le président américain est prêt à faire passer sa réforme électorale en force après le gel du plan de dépenses sociales et environnementales "Build Back Better".

À LIRE AUSSIGérard Araud ? 2021, annus horribilis pour Joe Biden

« Si nous échouons la première fois, nous pouvons tenter une deuxième fois », a toutefois ajouté le président de 79 ans, qui continue de batailler. La rencontre avec ses opposants démocrates, qui a duré un peu plus d'une heure, s'est terminée peu avant 19 heures (0 heure GMT), selon un responsable de la Maison-Blanche.

Joe Biden ne peut rien faire, en revanche, après la décision de la Cour suprême qui a bloqué sa décision d'imposer soit le vaccin anti-Covid, soit des tests réguliers dans les entreprises de plus de 100 salariés. Il s'est dit « déçu ». La mesure, chère à Joe Biden, était dénoncée comme un abus de pouvoir par les élus républicains. Dans un pays où seulement 62 % de la population est totalement vaccinée, la question révèle de profondes fractures politiques. La haute juridiction a cependant validé l'obligation de vaccination pour les employés des structures de santé qui bénéficient de fonds fédéraux.

États-Unis : obligation vaccinale annulée, réforme électorale bloquée, jeudi noir pour Biden

  États-Unis : obligation vaccinale annulée, réforme électorale bloquée, jeudi noir pour Biden Joe Biden s'est dit jeudi "déçu" que la Cour suprême ait bloqué sa décision d'imposer la vaccination dans les entreprises de plus de 100 salariés. Avec le naufrage parlementaire de sa vaste réforme électorale, le président américain a traversé un jeudi noir qui expose ses fragilités politiques. Le président américain Joe Biden bataillait jeudi pour sauver du naufrage parlementaire sa vaste réforme électorale, après avoir vu la Cour suprême bloquer son obligation vaccinale en entreprise , lors d'un jeudi noir qui expose crûment les fragilités du président américain.

Promesses trop grandes ?

Cette succession de mauvaises nouvelles entame un peu plus le crédit politique d'un président déjà très impopulaire et qui a peut-être fait des promesses trop grandes avec une marge de man?uvre trop mince.

Joe Biden a ainsi promis de protéger l'accès aux urnes des minorités et la transparence des opérations de vote face à une multitude de réformes engagées par les États conservateurs, en particulier dans le sud du pays. Les ONG assurent que ces mesures adoptées par des républicains discriminent particulièrement les Afro-Américains, qui ont très largement voté pour Joe Biden à la dernière élection.

À LIRE AUSSIAttaque du Capitole : un an après, la démocratie vacille toujours

Pour faire barrage, le président démocrate veut harmoniser les pratiques de vote et donner à l'État fédéral un droit de regard sur les initiatives locales. Pour passer cette grande réforme au Sénat, il faudrait en théorie une majorité augmentée de 60 voix. Or le camp démocrate compte 50 voix plus celle de la vice-présidente Kamala Harris, et les républicains 50.

"Un revers embarrassant": la presse américaine épingle les difficultés de Biden au Congrès

  La presse américaine s'interroge sur la capacité du locataire de la Maison-Blanche à poursuivre ses réformes, alors qu'il fait encore et toujours face aux divisions de son propre camp. © afp.com/SAUL LOEB Joe Biden à Las Vegas, le 8 janvier 2022, lors des funérailles d'un ancien sénateur Les temps sont durs pour Joe Biden, et ce n'est pas la presse américaine qui dira le contraire.

Faute de pouvoir convaincre des sénateurs de l'opposition, farouchement opposés, les démocrates n'ont qu'une solution pour sauver leur projet : rompre cet usage parlementaire et passer en force à la majorité simple.

Spirale infernale

Mais cette man?uvre a été torpillée d'abord par Kyrsten Sinema. Selon la sénatrice de l'Arizona, cette stratégie ne ferait qu'alimenter la « spirale infernale de la division ». Joe Manchin, autre sénateur centriste qui a déjà bloqué à lui tout seul un immense programme social de 1 850 milliards de dollars de Joe Biden, a fait savoir, dans un communiqué, qu'il ne voterait pas « pour éliminer ou affaiblir » cette règle de majorité augmentée.

À LIRE AUSSIJoe Biden, le grand doute

Les deux élus sont favorables à la réforme elle-même, mais n'ont jamais fait mystère de leur attachement au seuil des 60 voix ? même dans un paysage politique polarisé comme jamais peut-être, où, après le tumultueux mandat de Donald Trump, le dialogue partisan est devenu extrêmement difficile, voire impossible. Sans leurs voix, la réforme est condamnée.

'SNL' prend un coup de jab à la réponse Covid-19 de Biden à Omicron et "Spider-Man '

 'SNL' prend un coup de jab à la réponse Covid-19 de Biden à Omicron et © Saul Loeb / AFP via Getty Images Le président américain Joe Biden parle lors d'un service commémoratif pour la fin du Sénat majoritaire du Sénat Harry Reid Au Centre Smith pour les arts de la scène à Las Vegas, Nevada, le 8 janvier 2022. Saul Loeb / AFP via Getty Images "SNL" a pris la réaction de Biden aux affaires de Covid-19 de Biden dans leur premier spectacle de 2022. Biden - Déjà dépeint par James Austin Johnson - blâmé des cas montantes sur "Spider-Man: Néaginalement." Johnson's Biden

Ce jeudi noir rappelle cruellement à Joe Biden qu'il n'a qu'une très faible latitude. Il doit composer avec un Congrès qu'il ne contrôle pas vraiment, des États conservateurs en rébellion ouverte sur de multiples sujets (avortement, droit de vote, stratégie sanitaire?) et une Cour suprême désormais très conservatrice après les nominations faites par Donald Trump.

Dans quelques mois, Joe Biden risque par ailleurs de perdre toute majorité au Congrès lors d'élections législatives de mi-mandat. Il serait alors, de fait, paralysé jusqu'à la prochaine présidentielle, durant laquelle Donald Trump pourrait bien faire son grand retour.

À LIRE AUSSI6 janvier à Washington : et Biden reparla de Trump

Joe Biden devrait s'excuser à Mitt Romney, déclare ex-sénateur démocratique .
L'ancien sénateur démocratique américain Heidi Heitkamp suggérait le président Joe Biden devrait s'excuser au sénateur Mitt Romney (R-UT) après des remarques controversées qui semblaient comparaître Sénat républicains à des ségrégationistes. © Getty Getty Images Une des photos composites montre la sénatrice Mitt Romney (R-UT) et le président Joe Biden. L'ancien sénateur Heidi Heitkamp a déclaré que Biden devrait s'excuser à Romney.

usr: 0
C'est intéressant!