•   
  •   

Monde Mali: l'Union européenne veut parler d'une voix ferme et déterminée

10:35  15 janvier  2022
10:35  15 janvier  2022 Source:   rfi.fr

La présence de mercenaires russes au Mali risque de mettre fin à l’engagement des forces spéciales européennes

  La présence de mercenaires russes au Mali risque de mettre fin à l’engagement des forces spéciales européennes Réunis à Brest le 13 janvier 2022, les ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères ont cherché la réponse à l'arrivée de mercenaires du groupe Wagner au Mali. © Fournis par franceinfo Alors que la présence de 300 à 400 mercenaires russes du groupe Wagner au Mali a été confirmée par plusieurs diplomates, les Européens présents dans la région, notamment à travers la force Tabuka, ont exprimé leur inquiétude lors d'un sommet informel des ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Union européenne à Brest, le 13 janvier 2022.

Josep Borrell: «La situation ne va pas dans la bonne direction et la junte ne donne aucun signal positif, au contraire». © JOHN THYS AFP Josep Borrell: «La situation ne va pas dans la bonne direction et la junte ne donne aucun signal positif, au contraire».

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE)  étaient réunis, jeudi 13 et vendredi 14 janvier à Brest, dans un contexte de tension d'un niveau inédit avec la Russie sur l'Ukraine et plus largement sur la sécurité et la défense européennes. Les ministres ont affiché leur unité et leur détermination face à la Russie, et expliqué qu’ils préparaient de lourdes sanctions pour dissuader Moscou de toute action militaire en Ukraine. Autre sujet d'actualité brûlant qui a occupé les ministres, la situation au Mali ; là aussi les Vingt-Sept ont parlé d'une voix unie et déterminée.

Vague nationaliste après les sanctions contre le Mali

  Vague nationaliste après les sanctions contre le Mali Les sanctions contre Bamako réveillent le sentiment anti-français sur les réseaux sociaux, tandis que la communauté internationale soutient la Cédéao. © Fournis par franceinfo Aides financières coupées, avoirs gelés, frontières fermées... la décision de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de sanctionner la junte au pouvoir au Mali continue de susciter des réactions nombreuses. Difficile de trouver sur les réseaux sociaux une trace de soutien à la décision de la Cédéao de sanctionner le pouvoir malien.

Sur la situation au Mali, les Vingt-Sept pays de l'Union européenne partagent le même constat, selon le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell : « La situation ne va pas dans la bonne direction et la junte ne donne aucun signal positif, au contraire ».

Et les ministres se sont mis d'accord sur les points suivants : « Plein soutien et front uni avec la Cédéao (la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) dont nous saluons une fois de plus le travail. Nous préparons des sanctions contre ceux qui font obstruction à la transition. Nous maintenons nos activités et nos missions de formation et de conseil aux forces armées et aux forces de sécurité intérieures maliennes. Nous maintenons la suspension de l’appui budgétaire ».

En Côte d’Ivoire, la colère de la communauté malienne après les sanctions de la Cédéao

  En Côte d’Ivoire, la colère de la communauté malienne après les sanctions de la Cédéao Les nombreux Maliens établis à Abidjan sont affectés par les mesures restrictives sur les échanges commerciaux et les transactions financières. Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique. © Fournis par Le Monde Des conteneurs remplis de marchandises à destination du Mali, du Niger et du Burkina Faso, au port autonome d’Abidjan, en 2002.

« Si on est en sécurité pour manifester, on doit sûrement être en sécurité pour voter »

Et le prochain G5 Sahel sera rapidement suivi par une réunion de la coalition internationale, a précisé le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian, qui s’est permis une pointe d'ironie sur les manifestations de vendredi : « La raison qui est invoquée d’allonger la transition, c’est des raisons de sécurité, je pense que si on est en sécurité pour manifester, on doit sûrement être en sécurité pour voter ».

Et si les Européens ont confirmé leur volonté de maintenir une présence au Mali, c'est dans le cadre de la lutte contre le terrorisme « et pas pour autre chose », a tenu à préciser Jean Yves le Drian. Pour évoquer la situation au Mali, Josep Borrell va donc, prochainement, organiser une réunion avec les ministres des pays du G5 Sahel.

À lire aussi : Mali : après la démonstration de force, la junte s'active sur le front diplomatique

Mali : L'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par les militaires, est mort .
Un an et demi après avoir été écarté du pouvoir, « IBK » est décédé des suites d’une longue maladie © Ludovic Marin/AP/SIPA Ibrahim Boubacar Keïta est décédé. AFRIQUE - Un an et demi après avoir été écarté du pouvoir, « IBK » est décédé d L’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta est décédé dimanche à Bamako à l’âge de 76 ans. « Le président IBK est décédé ce matin à 9 heures à son domicile » dans la capitale, où il vivait retiré, à l’écart de la vie publique, indique un membre de sa famille.

usr: 1
C'est intéressant!