•   
  •   

Monde Burkina: des soldats mutinés réclament des «moyens plus adaptés» à la lutte contre les jihadistes

22:30  23 janvier  2022
22:30  23 janvier  2022 Source:   rfi.fr

Burkina Faso. Quatre soldats français blessés par un engin explosif

  Burkina Faso. Quatre soldats français blessés par un engin explosif Un véhicule transportant des soldats de la force Barkhane en mission de reconnaissance au Burkina Faso a été touché par un engin explosif. Quatre hommes ont été blessés et transportés au Mali pour y être soignés. Quatre soldats français ont été blessés au Burkina Faso lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage de leur véhicule, dans le nord du pays, a annoncé à l’AFP mardi soir l’état-major français.« Le véhicule tout-terrain a explosé sur un IED à la sortie de l’aéroport de Ouahigouya », a-t-on indiqué à l’état-major, précisant qu’il s’agissait d’une « unité de Barkhane en mission de reconnaissance ».

Des forces de sécurité burkinabè face à des manifestants qui se sont rassemblés en soutien aux militaires mutinés, à Ouagadougou, le 23 janvier 2022. © Olympia de Maismont, AFP Des forces de sécurité burkinabè face à des manifestants qui se sont rassemblés en soutien aux militaires mutinés, à Ouagadougou, le 23 janvier 2022.

Des soldats se sont mutinés dimanche 23 janvier dans plusieurs casernes du Burkina Faso pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des « moyens plus adaptés » à la lutte contre les jihadistes qui frappent le pays depuis 2015. Le gouvernement reconnaît des tirs dans plusieurs casernes, mais a démenti « une prise de pouvoir par l'armée ».

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Devant le camp Sangoulé Lamizana où nous étions, peu avant 18h00, au quartier Gounghin, des soldats étaient toujours postés, fusils d’assaut en main. Ils continuaient à tirer en début d’après-midi.

Burkina: incidents à Ouagadougou après une interdiction de manifester

  Burkina: incidents à Ouagadougou après une interdiction de manifester Des incidents ont éclaté samedi à Ouagadougou entre les forces de l'ordre et des manifestants qui ont bravé l'interdiction de se rassembler pour protester contre l'insécurité au Burkina Faso en proie à la violence jihadiste, a constaté un journaliste de l'AFP. Les policiers anti-émeutes ont dispersé les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène, puis une course poursuite s'est engagée dans les rues du centre-ville de la capitale burkinabè où l'onLes policiers anti-émeutes ont dispersé les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène, puis une course poursuite s'est engagée dans les rues du centre-ville de la capitale burkinabè où l'on pouvait également voir des jeunes circulant à moto harcelant les policier


Vidéo: En Afghanistan, les talibans ordonnent aux commerçants de décapiter leurs mannequins en plastique (BFMTV)

Nous avons compté une centaine de personnes, mais ils sont plus nombreux que cela, car il y avait certains qui effectuaient des va-et-vient entre l’intérieur et l’extérieur du camp.

Sous nos yeux, ces soldats ont remis leurs rations alimentaires, constituées de pain et de boîtes de sardines, aux populations.

Des centaines de manifestants se sont alors rassemblés à quelques mètres de ces soldats. Ces manifestants disaient être venus apporter leur soutien aux soldats.

Autour de 15h00, une source officielle nous informait que ces soldats avaient exprimé leurs préoccupations relatives au relèvement de certains officiers et à une amélioration de leurs conditions et que le ministre des Armées, le général Barthélémy Simporé était en discussion avec ces soldats.

Des manifestants s’en prennent au siège de campagne du parti au pouvoir

Un groupe de manifestants ont saccagé et incendié une partie du lieu qui a servi de siège de campagne présidentielle du parti au pouvoir. C’était le quartier général de l’équipe de la campagne de Roch Christian Kaboré.Le rez-de-chaussée de l’immeuble, à plusieurs niveaux, est parti en fumée. Selon les témoins, c’est lorsque ces manifestants ont commencé à s’attaquer au reste du bâtiment, qu’ils ont été dispersés par les forces de l’ordre. Un important dispositif sécuritaire est sur place pour la protection de l’édifice.

L'ordre constitutionnel rétabli au Burkina Faso "quand les conditions seront réunies" .
L'ordre constitutionnel rétabli au Burkina Faso "quand les conditions seront réunies"OUAGADOUDOU (Reuters) - L'ordre constitutionnel sera rétabli au Burkina Faso quand les conditions seront réunies, a déclaré jeudi le chef de la junte qui a pris le pouvoir lundi à Ouagadougou à la faveur d'un coup d'Etat militaire.

usr: 1
C'est intéressant!