•   
  •   

Monde Royaume-Uni. L'affaire des fêtes de Boris Johnson en plein confinement résumée en cinq actes

04:05  25 janvier  2022
04:05  25 janvier  2022 Source:   ouest-france.fr

Démarrage de la PM "dans l'intérêt national" et "ajoute le stress de la santé mentale du pays" - STARMER

 Démarrage de la PM Boris Johnson devrait être expulsé dans l'intérêt national, le dirigeant du travail a déclaré suivre de nouvelles créances de la rue Downing Boozing au défi du verrouillage restrictions. © Reuters Il y a des appels croissants pour Boris Johnson pour se tenir en avant Sir Keir Starmer, a également augmenté la pression sur le Premier ministre prétentieux affirmant qu'il avait perdu son autorité morale et était trop préoccupée par "défendre sa rupture" .

Boris Johnson, le 23 juin 2021, devant le parlement à Londres. © JESSICA TAYLOR / PARLEMENT BRITANNIQUE / AFP Boris Johnson, le 23 juin 2021, devant le parlement à Londres.

Une nouvelle révélation ébranle le Premier ministre britannique, qui a fêté son anniversaire en compagnie de proches en plein confinement. Les appels à sa démission se multiplient après le scandale de plusieurs soirées organisées dans des bâtiments officiels du gouvernement depuis le début de la pandémie, malgré les restrictions imposées aux Britanniques.

Boris Johnson est sur la sellette. Le Premier ministre britannique fait l'objet de pressions pour démissionner à la suite d'une série de fêtes qui se sont déroulées à Downing Street alors que le reste du pays était soumis à des restrictions strictes pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Après les soirées de Noël et le « partygate », les « apéros du vendredi » à Downing Street accablent Boris Johnson

  Après les soirées de Noël et le « partygate », les « apéros du vendredi » à Downing Street accablent Boris Johnson Le conservateur de 57 ans est ouvertement critiqué dans sa majorité et confronté.Outre l’apéritif du 15 mai 2020, soit cinq jours plus tôt, dans le même parc, relayé photo à l’appui par le Guardian le 19 décembre dernier, puis les soirées de Noël au 10 Downing Street, de nouvelles révélations font cette semaine état de deux fêtes à Downing Street, sans Boris Johnson cette fois, mais à la veille de l’enterrement du prince Philip en avril 2021. Rappelons-nous qu’à l’époque, Elizabeth II avait assisté aux obsèques de son époux seule dans la chapelle du château de Windsor, une image symbolique de la rigueur des confinements.

Ces révélations - ainsi que les réponses et les excuses de Boris Johnson qui ont suivi - ont suscité l'indignation des Britanniques et même de son propre parti conservateur.

S'il ne démissionne pas, il pourrait être contraint à la démission par un vote de défiance de sa majorité. Cette décision dépendra certainement des résultats de l'enquête menée par la haute fonctionnaire Sue Gray, qui devraient être publiés prochainement.

Si une quinzaine de pots de départ, soirées arrosées ou garden-party sont visés par cette enquête, on vous résume à travers quatre actes les fêtes de Downing Street, qui ont conduit le dirigeant de 57 ans à sa pire crise depuis son accession triomphale au pouvoir à l’été 2019.

Acte I : Plusieurs fêtes de Noël

"Opération os à ronger" : le plan de Boris Johnson pour sauver sa tête

  Le Premier ministre britannique tente de sauver son mandat à Downing Street en annonçant des mesures taillées pour séduire son électorat conservateur. © afp.com/Tolga Akmen Le Premier ministre britannique Boris Johnson sort du 10 Downing Street pour se rendre au Parlement, le 12 janvier 2022 à Londres Lever les restrictions contre le Covid-19, recourir à l'armée afin de bloquer les migrants, couper les vivres à la BBC... Pour faire oublier les scandales et sauver son poste, le Premier ministre britannique Boris Johnson prépare, selon les médias, une série d'annonces choc séduisantes pour son électorat.

À la fin du mois de novembre 2021, le journal Daily Mirror rapporte pour la première fois qu'une série de fêtes de Noël ont été organisées au 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre - dont certaines auxquelles Boris Johnson a assisté. Ces soirées alcoolisées, avec jeux de société et canapés à volonté, se sont tenues pendant la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, en novembre et décembre 2020, alors que les Britanniques étaient tous privés de réunions familiales.

Face à ce premier scandale, l'ancien maire de Londres répondra à la Chambre des Communes que « toutes les directives ont été suivies à la lettre ».

Mais une semaine plus tard, ITV News publie une vidéo montrant Allegra Stratton, alors attachée de presse du Premier ministre, en train de rire et plaisanter avec ses collègues en préparant des réponses à d'hypothétiques questions de journalistes sur une supposée fête de Noël à Downing Street quatre jours plus tôt. « Je suis rentrée chez moi » répond-elle en riant à son collègue avant de botter en touche. Sur le ton de la plaisanterie, Allegra Stratton précise ensuite que « cette fête imaginaire était une réunion d'affaires et il n'y avait pas de distanciation sociale ».

Partygate: accusé de mentir, Boris Johnson s'en défend

  Partygate: accusé de mentir, Boris Johnson s'en défend Qui ment?

Acte II : Des garden-parties en mai 2020

Quelques semaines après ces révélations, le 19 décembre, The Guardian publie une photo datant du 15 mai 2020 montrant Boris Johnson aux côtés de sa femme, Carrie, et une dizaine d'employés dans le jardin de Downing Street, assis autour d'un verre de vin et mangeant du fromage.

Mais la fête qui a fait le plus de mal à la réputation de Boris Johnson est une autre garden-party qui s'est déroulée le 20 mai 2020, un mois seulement après que le dirigeant lui-même s'est remis du covid.

L'événement, révélé par ITV News le 10 janvier, a été organisé par le chef de cabinet du Premier ministre, Martin Reynolds, qui a envoyé un e-mail à plus de cent personnes pour leur demander de « profiter du beau temps » et de se réunir dans le jardin du 10 Downing Street pour boire un verre. « Venez et apportez votre propre alcool », précisait l'e-mail.

À l’époque, les citoyens britanniques ne pouvaient rencontrer qu’une seule personne d’un autre foyer.

Acte III : Un pot de départ le soir des obsèques du prince Philip

L'autre soirée qui a sans doute le plus choqué les Anglais est celle du 16 avril 2021. Le Daily Telegraph révèle le 13 janvier 2022, que ce soir-là, la fête a duré jusqu’au milieu de la nuit pour célébrer le départ de deux membres de l'équipe du chef du gouvernement.

Ce pot de départ à Downing Street a eu lieu la veille des funérailles de l'époux d'Elizabeth II, le Prince Philip, alors que le pays était en période de deuil national. Les images de la reine, assise seule dans la chapelle du château de Windsor, en raison des restrictions liées au Covid-19, avaient alors symbolisé les rigueurs du confinement au Royaume-Uni.

Le dirigeant conservateur n’était pas présent et se trouvait, selon un porte-parole cité par le Telegraph, à Chequers, la résidence de campagne des chefs de gouvernement britanniques. Mais ces nouvelles informations viennent allonger une liste déjà longue de fêtes organisées dans les cercles du pouvoir durant les périodes de confinement.

Acte IV : Les excuses de Boris Johnson

Suite à cette énième révélation, Boris Johnson s’est excusé le 14 janvier auprès de la reine Elizabeth II. « Il est profondément regrettable que cela ait eu lieu à une période de deuil national et le 10 (Downing Street) a présenté des excuses au palais », a alors déclaré un porte-parole du Premier ministre.

Levée des restrictions en Angleterre, record de cas en Allemagne... Le point sur la pandémie

  Levée des restrictions en Angleterre, record de cas en Allemagne... Le point sur la pandémie En difficulté, Boris Johnson a engagé ce mercredi la levée des dernières restrictions en Angleterre. L'Allemagne a de son côté recensé plus de 100 000 nouveaux cas de contaminations par le Covid-19 en 24 heures. © afp.com/Robin MILLARD Boris Johnson a engagé la levée des dernières restrictions sanitaires en Angleterre. Durement touché par la vague Omicron, le Royaume-Uni entrevoit toutefois "la lumière au bout du tunnel". En revanche d'autres pays sont toujours en plein dans la vague Omicron et battent des records de contaminations, comme l'Allemagne, qui a enregistré un nombre record de cas.

Deux jours auparavant, l'ancien maire de Londres présentait ses excuses devant le parlement, reconnaissant sa présence à la garden-party du 20 mai 2020. Il refuse pourtant de reconnaître complètement sa faute. « Je pensais de façon implicite qu’il s’agissait d’une rencontre de travail », avance-t-il. L’objectif était de remercier les employés de leur travail très dur pendant cette période agitée.

Il s'est enfoncé une fois de plus devant le parlement, la semaine suivante, en ne concédant qu'une erreur de jugement et rejetant la faute sur ses conseillers. « Personne ne m’a dit que cela contrevenait aux règles​, » a-t-il osé, quand ces règles étaient fixées par son propre cabinet.

Ces excuses ont été balayées d'un revers de main par l'opposition, ainsi que par Dominic Cummings. Le cerveau de la campagne victorieuse pour le Brexit accuse Boris Johnson d’avoir menti. Dans un tweet, son ancien conseiller affirme que l’invitation à boire un pot au jardin était clairement un événement social et non professionnel.

L'objectif de l'enquête de Sue Gray, dont les résultats influenceront l'avenir de Boris Johnson, est justement de déterminer si ces réunions arrosées en plein confinement peuvent bénéficier du statut de réunion de travail.

Acte V : Une fête d'anniversaire L’anniversaire de Boris Johnson

Si Boris Johnson continue de renvoyer aux conclusions de cette enquête interne, une nouvelle révélation a de nouveau entaché sa réputation, lundi 24 janvier 2022.

Selon ITV, Boris Johnson a participé à sa fête d'anniversaire organisée par son épouse Carrie le 19 juin 2020 après-midi, lors du premier confinement, alors que de tels rassemblements étaient alors proscrits.

Jusqu’à 30 personnes y auraient participé, dont l’architecte d’intérieur Lulu Lytle, chargée d’effectuer la coûteuse rénovation de l’appartement de Boris Johnson à Downing Street, au financement controversé.

Selon une porte-parole de Downing Street, Boris Johnson aurait participé moins de dix minutes à ce rassemblement de ses collaborateurs.

Cette nouvelle information intervient quelques jours après la tentative de diversion du Premier ministre. ll a annoncé, le 19 janvier, la levée de l'essentiel des restrictions sanitaires à compter du 27 janvier : fin du masque obligatoire, du télétravail recommandé et de l'interdiction des grands rassemblements.

Pas sûr que ce « retour à la liberté » fasse oublier aux Britanniques l’existence d’au moins dix-huit soirées dans les cercles du pouvoir.

"Partygate": journée à haut risque pour Boris Johnson, sur la sellette .
Boris Johnson s'apprête à passer sur le gril des députés britanniques mercredi et à défendre coûte que coûte sa place de Premier ministre, désormais suspendue à la publication d'un rapport potentiellement explosif sur les fêtes tenues à Downing Street pendant les confinements.

usr: 0
C'est intéressant!