•   
  •   

Monde Ukraine : Londres et Washington ont-ils raison d'être alarmistes face à Moscou ?

22:00  25 janvier  2022
22:00  25 janvier  2022 Source:   france24.com

U.S. devrait soutenir l'insurrection en Ukraine si la Russie envahit: Mitt Romney

 U.S. devrait soutenir l'insurrection en Ukraine si la Russie envahit: Mitt Romney Sénateur Mitt Romney Dit dimanche Les États-Unis devraient soutenir une insurrection en Ukraine si le président russe Vladimir Poutine envahit le pays, comme une crainte est probable.

Des forces russes ont entamé des exercices communs avec l'armée biélorusse. © Vadim Savitskiy, AP Des forces russes ont entamé des exercices communs avec l'armée biélorusse.

Washington a commencé, lundi, à mobiliser plus de 8 000 troupes tandis que Londres multiplie les mises en garde contre une offensive militaire russe "éclair" en Ukraine. Pourtant, difficile sur le terrain de savoir si Moscou met la dernière touche à une attaque ou si c'est une mise en scène d'une escalade militaire.

Du nouveau à l’Ouest. Du moins, à Londres et Washington. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a multiplié ces derniers jours les sorties alarmistes concernant les risques d’une guerre en Ukraine. Il a assuré, lundi 24 janvier, que la Russie avait dorénavant amassé suffisamment de troupes à la frontière ukrainienne pour lancer une "offensive éclair". Durant le week-end, le gouvernement britannique a, en outre, soutenu que Moscou avait un plan pour installer un gouvernement fantoche à Kiev, citant des rapports des services de renseignement.

Ukraine : à Kiev, Blinken appelle à choisir une «voie pacifique»

  Ukraine : à Kiev, Blinken appelle à choisir une «voie pacifique» Une passe d’arme qui n’en finit pas. Ce mercredi, le secrétaire d’État américain a appelé le président russe Vladimir Poutine à choisir la « voie pacifique » pour sortir de la crise autour de l’Ukraine, tout en notant que Moscou pourrait renforcer « très rapidement » ses troupes qui menacent déjà son voisin.

Washington a également joué le jeu de l’escalade des tensions. Joe Biden, le président américain, a annoncé qu’il mettait 8 500 soldats en état d’alerte, prêts à être déployés vers l’Ukraine si la Russie se décidait à déclencher les hostilités. Il a aussi demandé aux familles du personnel diplomatique américain en poste en Ukraine de revenir aux États-Unis.

Rien de neuf à l’Est ?

Mais d’autres pays ont eu l’air moins alarmistes… à commencer par la France, qui occupe actuellement la présidence tournante du Conseil de l'Union Européenne. "Le Royaume-Uni a adopté un ton très alarmiste… et nous devons faire attention à ne pas créer des prophéties autoréalisatrices", a indiqué un diplomate français qui a préféré gardé l’anonymat, interrogé par le Financial Times.

L'armée ukrainienne, un poids plume face au rouleau compresseur russe ?

  L'armée ukrainienne, un poids plume face au rouleau compresseur russe ? Alors que les États-Unis ont tiré, mardi, la sonnette d’alarme, jugeant désormais que la Russie pouvait attaquer l’Ukraine à tout moment, le souvenir de l’armée russe prenant rapidement le dessus sur les soldats ukrainiens en 2014 a refait surface. Kiev a cependant fortement amélioré ses capacités de défense, notamment grâce à l’aide des pays de l’Otan. Washington, de plus en plus alarmiste, assure désormais que “la Russie peut attaquer l’Ukraine à tout moment”. Londres, de plus en plus concret, envoie de l’équipement militaire - essentiellement des armes antichar - à Kiev.

L’Ukraine n’a pas non plus semblé ravi que Washington demande à une partie de ses ressortissants de quitter le territoire par mesure de sécurité. Kiev a jugé cette décision "prématurée" et "excessive".

La Russie, quant à elle, a regretté "l’escalade des tensions" dont se seraient rendus coupables les États-Unis en mettant 8 500 soldats en état d’alerte. Moscou assure, de son côté, ne pas vouloir jeter de l’huile sur le feu.

Il est vrai qu’à l’Est, il n’y a pas grand chose de nouveau "depuis le redéploiement des troupes russes vers la frontière ukrainienne au printemps 2021 qui a commencé à inquiéter les pays occidentaux en novembre", rappelle Jeff Hawn, spécialiste de la Russie à la London School of Economics, interrogé par France 24.

Le nombre de soldats estimés à la frontière russo-ukrainienne est resté à peu près stable depuis novembre aux alentours de 100 000 hommes. "Il n’y a pas eu de regain d’activité qui justifierait le ton alarmiste de certains responsables occidentaux", estime cet expert. Ces hommes sont, en outre, généralement stationnés dans des baraquements à plus de cent kilomètres d’une éventuelle ligne de front, rappelle-t-il.

Ukraine : face à la menace russe, Washington hausse encore le ton

  Ukraine : face à la menace russe, Washington hausse encore le ton Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'est voulu ferme sur une possible invasion de l'Ukraine par la Russie, qui masse ses troupes à la frontière.Le diplomate a fait ce parallèle depuis Berlin, ville coupée en deux par un mur pendant près de 30 ans, où il a mené jeudi des pourparlers avec ses alliés européens à la veille d'une rencontre cruciale à Genève avec les Russes. La Russie a déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne, laissant craindre une invasion.

Sauf que Moscou a annoncé, mardi 25 janvier, que 6 000 soldats, soutenus par une soixantaine d’avions, avaient commencé des entraînements en Crimée. Mais là encore, pas de quoi jouer aux va-t-en guerre, assure Jeff Hawn. "Ce ne sont pas des exercices de grande ampleur, et c’est probablement surtout une réponse à l’annonce américaine de mettre les 8 500 soldats en état d’alerte", estime-t-il.

Des exercices militaires de la Crimée à la Biélorussie

Surtout, le front dans la région du Donbass - où les troupes ukrainiennes affrontent des séparatistes soutenus par Moscou - est particulièrement calme en ce moment. Trop justement pour certains analystes qui ont une vision plus sombre de la situation sécuritaire à la frontière. "Si rien ne se passe dans une zone de conflit, c’est qu’il y a quelque chose qui se prépare, et généralement quelque chose d’important", juge Glen Grant, analyste sénior à la Baltic Security Foundation et spécialiste des questions militaires russes et ukrainiennes, contacté par France 24.

"Moscou achemine quotidiennement, actuellement du matériel neuf pour équiper les combattants dans le Donbass", souligne cet expert. Å ses yeux ce n’est "pas suffisant pour assurer une percée dans cette région, mais cela peut servir à fixer une partie des troupes ukrainiennes pendant qu’une offensive est organisée ailleurs", conclut Glen Grant.

Ministres de la Défense russe et britannique Pour se réunir au-dessus de l'Ukraine

 Ministres de la Défense russe et britannique Pour se réunir au-dessus de l'Ukraine Le ministre de la Défense russe Sergei Shoisiigu a accepté une invitation à rencontrer Britanno-homologue Ben Wallace sur la crise de l'Ukraine, une source de défense britannique supérieure a annoncé same samedi, comme des préoccupations se développent sur une invasion imminente.

Potentiellement depuis la Biélorussie. C’est le long des 1 120 km de frontière entre ce pays allié de la Russie et l’Ukraine que Moscou déploie dorénavant de nouveaux contingents de soldats. "Des troupes venus de Sibérie y arrivent quotidiennement actuellement", précise l’analyste du Baltic Council. De quoi donner des sueurs froides aux habitants de Kiev qui sont bien plus près de la frontière avec la Biélorussie que de celle avec la Russie.

Certes, sur le papier, il s’agit d’exercices communs aux troupes russes et biélorusses qui n’ont pas grand chose à voir avec l’Ukraine. Et "lancer une offensive depuis la Biélorussie signifierait que ce pays accepte également d’entrer en guerre contre l’Ukraine, ce qui n’est pas une décision à prendre à la légère pour le régime d’Alexandre Loukachenko", prévient Jeff Hawn, de la London School of Economics.

Mais entre ce redéploiement des troupes russes en Biélorussie, les exercices militaires en Crimée, "l’arrivée prochaine en mer Noire de bateaux d'assaut amphibie détachés de la flotte russe de la mer Baltique [prévue entre le 1er et le 4 février], et la décision américaine de sanctionner des Russes accusés d’activités de déstablisation en Ukraine il y a un faisceau de signaux qui suggèrent qu’un conflit armé risque d’éclater bientôt", estime Oscar Jonsson, expert des questions militaires russes à la Swedish Defence University, contacté par France 24.

Londres accuse Moscou de vouloir installer un dirigeant en Ukraine

  Londres accuse Moscou de vouloir installer un dirigeant en Ukraine Londres accuse Moscou de vouloir installer un dirigeant en Ukraine © Reuters/ANNA KUDRIAVTSEVA LONDRES ACCUSE MOSCOU DE VOULOIR INS LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne a accusé samedi le Kremlin de chercher à installer un dirigeant pro-russe en Ukraine, ajoutant que des agents du renseignement russe avaient été en contact avec un certain nombre d'anciens hommes politiques ukrainiens dans le cadre de projets d'invasion.

Prix à payer pour Moscou

Pour lui, Moscou ne peut pas avoir décidé de mobiliser "près de 40 % à 50 % des bataillons mécanisés de son armée - c’est-à-dire ces forces d’invasion - simplement dans une posture défensive". À ce stade, "le statu quo n’est plus une option pour Vladimir Poutine", ajoute Glen Grant.

Moscou paie déjà le prix politique d’une posture militaire perçue comme belliqueuse. Elle renforce le camp antirusse en Ukraine, a poussé l’Occident à accroître son soutien à Kiev et a relancé le débat en Suède et en Finlande sur l’opportunité de rejoindre l’Otan.

Pour Vladimir Poutine, seule une victoire militaire permettrait à la Russie de sortir la tête haute de cette crise, estiment Glen Grant et Oscar Jonsson. "S’il décide de ne rien faire, cela donnera l’impression qu’il a plié face à l’Occident alors que jusqu’à présent, Moscou a toujours fait en sorte de ne jamais céder aux menaces extérieures", rappelle Oscar Jonsson.

Mais est-ce que Moscou peut se permettre d’aller au conflit ? "Des sanctions économiques supplémentaires sont un prix trop important à payer pour la Russie", veut croire Jeff Hawn. Pour ce spécialiste, la Russie souffre déjà économiquement du régime de sanctions internationale, et s’il y en avait encore plus, "ce pays sera réduit à une trop grande dépendance économique par rapport à la Chine, ce qui est incompatible avec le statut d’une puissance de premier plan que Vladimir Poutine veut donner à la Russie".

Le président aurait tout intérêt à maintenir la menace d’une attaque, ajoute Jeff Hawn. Ce serait diplomatiquement plus payant que de lancer une offensive qui ne ferait qu’isoler politiquement et économiquement la Russie encore plus sur la scène internationale.

"Le 20 février est une date clé pour en savoir plus sur les intentions russes", prédit Glen Grant. Ce sera la fin des Jeux olympiques d’Hiver en Chine et "Moscou ne lancera pas d’offensive pendant cette période afin de ne pas contrarier Pékin", estime-t-il. La fin de cette "trêve olympique" coïncidera, en outre, avec le terme des exercices militaires en Biélorussie. On verra alors ce qu’il adviendra de toutes ses troupes transférées depuis la Sibérie…

Crise en Ukraine : inquiétude côté Etats-Unis, déception en Russie .
Crise en Ukraine : inquiétude côté Etats-Unis, déception en Russie

usr: 0
C'est intéressant!